Aller au contenu principal

Mur Méditerranée de Louis-Philippe Dalembert

24 mai 2020

 

Mur Méditerranée

Louis-Philippe Dalembert

Sabine Wespieser Editeur

Août 2019

326 pages

 

 

 

La Méditerranée, le plus grand cimetière marin. Quand on pense à tous ces hommes, femmes et enfants qui se sont noyés dans cette mer inamicale alors qu’ils n’espéraient qu’une vie meilleure… C’est terrifiant. Et si les images submergent nos pensées, et bien on ne vit plus. On culpabilise, parce qu’on ne peut rien faire pour eux. Alors, on oublie, on occulte.

Ce roman, grâce à une écriture tout en finesse, ne peut que marquer son lecteur. Chochana, la Nigériane et Semhar l’Erythréenne sont à la fois combatives, courageuses, et terriblement humaines. Quelle force ! Quels caractères ! Admirative, et effrayée, j’ai lu leurs parcours avec frénésie mais aussi avec retenue, il m’a fallu du temps pour les accompagner. Leur traversée de la Méditerranée n’est pas moins périlleuse que celle de l’Afrique. Elles ont subi ce que personne ne souhaite vivre. Viols, enfermement, coups, humiliations. L’âme de l’homme peut être décidément bien noire et bien mauvaise.

Et nous, Européens heureux, nous  osons refuser d’accueillir ces hommes et ces femmes meurtris par la vie ! Mais de quel droit ? Celui du sol ? Parce qu’on est né dans la région du monde la plus riche et la plus facile à vivre, on se permet de fermer nos portes à ceux qui ont eu le courage de braver tous les obstacles pour mettre le pied sur notre vieux continent…

C’est un roman qui remue les tripes, qui agace les nerfs, qui donne envie de pleurer de rage devant la méchanceté, la bêtise et l’ignorance.

J’ai omis, sciemment, de parler d’une troisième femme, Dima, la Syrienne. Issue d’une famille aisée, choyée par ses parents, habituée au luxe, elle va apprendre à côtoyer les noirs, qu’elle n’aime guère et de qui elle se méfie.  Elle m’a longtemps agacée, je n’aimais pas ce personnage, suffisant, prétentieux, hautain. Il y a des cons partout, y compris parmi les prétendants à l’immigration. La fin de l’histoire, très romanesque, offre une rédemption à ce personnage, grâce à l’une des deux autres femmes. Cela ne gommera pas son caractère, mais cela l’adoucira.

L’auteur s’est inspiré d’un fait authentique : un bateau de clandestins sauvé par un pétrolier Danois en 2014.

J’ai énormément apprécié la qualité littéraire du texte, d’un réalisme cru parfois, avec des accents poétiques, l’auteur parvient à allier les deux pour proposer un texte jamais vulgaire, jamais prétentieux, toujours humain et surtout pas démonstratif. Il est bouleversant et en même temps bien documenté. Ce que ces femmes ont vécu, des femmes le subissent tous les jours. Un livre nécessaire.

 

« En temps normal, le geôlier, le même ou un autre, en choisissait trois ou quatre qu’il ramènerait une poignée d’heures plus tard, quelquefois au bout de la journée, les propulsant tels des sacs de merde au milieu des autres recroquevillées par terre. La plupart trouvaient refuge dans un coin de la pièce, murées dans leur douleur ou blotties dans les bras de qui avait encore un peu de compassion à partager. D’aucunes laissaient échapper des sanglots étouffés, qui ne duraient guère, par pudeur ou par dignité. Toutes savaient l’enfer que les « revenantes » avaient vécu entre le moment où elles avaient été arrachées de l’entrepôt et celui où elles rejoignaient le groupe. Même les dernières arrivées étaient au courant, les anciennes les avaient mises au parfum. »

 

« De l’intérieur de la cale, on entendait les rugissements conjugués des vents et de la Méditerranée. Le chalutier exécutait sa chorégraphie de bateau ivre et fou, faite de plaquages impressionnants à bâbord et à tribord, de précipités abyssaux et de montées golgothéennes, selon le mot de Semhar. Les cris de frayeur des passagers reprirent également. La voix stridente des femmes et déchirante des enfants venait s’emmêler à celle, rauque, des hommes. Elles disaient toutes le même effroi, la peur de finir en chair à requins et autres animaux marins. »

27 commentaires
  1. aifelle permalink

    J’ai beaucoup aimé le précédent roman de l’auteur ; je suis tentée de lire celui-ci, même si le thème est encore plus dur. On n’en parle même plus d’ailleurs ces temps-ci, le covid a tout recouvert, c’est commode 😦

  2. Si, de temps en temps, un entrefilet sur le journal, on a quelques nouvelles…
    dima, oui. Mais bah, pourquoi les gens qui souffrent seraient-ils parfaits et sympathiques, hein? ^_^

  3. J’ai le précédent roman de cet auteur sur ma PAL, sur lequel j’ai lu des avis tantôt enthousiastes, tantôt mitigés… à voir, donc. Et j’avais eu l’occasion de l’écouter évoquer ce titre lors de son passage à la grande librairie, il y a quelques mois. J’ai souvenir d’un homme doux et discret,qui ne s’ets pas exprimé autant que je l’aurais voulu…

    • Les auteurs ne sont pas forcément de grands orateurs, Modiano en est un vivant exemple. On peut écrire très bien et être très mal à l’aise à l’oral, face à un public.

      • C’est surtout que j’ai trouvé qu’on ne lui laissait guère la parole.. ou en tous cas moins qu’aux autres invités !

      • Ah oui c’est frustrant !

  4. Je pense que tu auras envie de faire une pause avec ce thème après une lecture si éprouvante mais j’aimerais quand-même, pour plus tard, te recommander un autre titre qui selon moi devrait figurer au programme scolaire : « Sur la route des clandestins » du journaliste d’investigation italien Fabrizio Gatti. Le récit (qui se lit comme un roman) n’est pas tout récent (il date de 2007 je crois) mais il est d’une cruelle actualité. Tu le trouveras sur mon blog si tu as envie d’y jeter un oeil de plus près (tag: Non fiction ou Exil&Migration). J’insiste un peu lourdement mais vraiment: il faut le lire!

  5. Un sujet difficile que ces vies brisées de réfugiés.

  6. Un livre nécessaire? Je vais en faire une lecture nécessaire. Je file à la librairie!

  7. luocine permalink

    ce livre a frôlé ma pile de livres à lire car il était au programme du club de lecture, mais il me fait un peu peur aussi. C’est un sujet si douloureux !

    • Douloureux mais il me semble important de lire et lire encore sur ce thème pour ne pas les oublier, tous ces candidats à l’exil.

  8. Il m’attend. Mais en ce moment j’ai choisi de ne lire que du doux et du léger, il attendra encore un pue du coup 🙂

  9. Je n’arrive pas à accrocher à la plume de cet auteur, il y a un petit quelque chose qui me tient à distance et m’empêche de rentrer dans ses textes.

  10. tu en parles suffisamment bien pour m’avoir donné envie… Sur le même thème : Eldorado de Gaudé et Les échoués de Manoukian sont magnifiques

  11. Trop difficile pour moi ces temps ci ce genre de lecture, surtout que j’ai récemment lu un roman terrible sur les enfants soldats, dont je ne suis pas encore remise. Plutôt besoin d’évasion !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :