Aller au contenu principal

On était des loups, Sandrine Collette

7 septembre 2022

On était des loups, Sandrine Collette, J-C Lattès, août 2022, 192 pages

« Les gens qui me connaissent disent que j’ai un fond en or seulement il est tout au fond voilà. »

Ce roman, c’est avant tout un ton. Il fallait le trouver ce ton particulier du narrateur, ni trop familier, ni trop lourd, ni trop artificiel. Sandrine Collette a opté pour une ponctuation partielle qui traduit parfaitement les pensées du personnage. On y croit, on le suit, et même si on ne le comprend pas toujours, si on n’acquiesce pas toujours en sa faveur, il est authentique, il est bien incarné. En ce sens, le roman est réussi.

Nous ne connaissons ni le nom de ce narrateur, ni le lieu où se passe l’action, peu importe, nous savons simplement qu’il vit avec sa femme et son fils dans la montagne, dans une nature hostile, sauvage, loin d’une civilisation au sein de laquelle le narrateur ne peut plus vivre, parce qu’il n’est pas adapté aux relations humaines.

Ce n’est pas un énième roman survivaliste, non pas du tout, c’est le roman d’une relation père-fils, une relation presque perdue d’avance, et pourtant… On ne nait pas père, on apprend à l’être, même malgré soi, même quand plus rien ne nous le fait espérer. C’est noir et lumineux, c’est dur et à peine teinté de tendresse, c’est d’une folle puissance.

Je ne veux rien raconter de l’histoire (mais j’imagine que de nombreuses critiques le font), c’est tellement plus agréable de la découvrir par soi-même, tellement plus percutant.

Ce texte est court mais il est efficace !

Merci aux éditions J-C Lattès et à Netgalley pour l’envoi.

Publicité
36 commentaires
  1. justement, je m’étais lassée de ses romans archi noirs apocalyptiques et je pensais faire l’impasse pour celui-ci… tu me prouves que j’ai tort 🙂 !

  2. Je ne suis pas fan de Sandrine Collette, je n’ai rien contre son écriture, mais j’ai lu un de ses romans, très sombre, et à mon avis, pas très crédible, et n’ai pas eu envie d’en lire d’autres. (c’était Un vent de cendres)

    • Moi je n’ai lu que Et toujours les forêts que j’ai beaucoup aimé et Animal dont je ne me souviens pas…

  3. j’hésite… J’ai aimé « Et toujours les forêts » mais le côté sombre me tente moins depuis quelques temps, sinistrose actuelle oblige 🙂

  4. C’est une autrice que j’aime et que je n’ai pas lu depuis un moment. Ton billet me plaît, ça donne envie. Merci, je vais renouer avec Sandrine !

  5. Je me disais que je passerais mon tour… les romans survivalistes, le peu de ponctuation… mais bon, we’ll see! Sait-on jamais!

    • Ce n’est pas à proprement parler un roman survivaliste… En tout cas, l’accent n’est pas mis là-dessus.

  6. J’ai abandonné Sandrine Collette depuis un moment, je la trouvais de plus en plus sombre et désespérée .. je pourrais retenter celui-ci en bibliothèque, peut-être …

    • Je crois que celui-ci est moins sombre mais comme j’aime ce qui est sombre… je ne suis pas très objective.

  7. je sens que je ne suis pas la seule à ne pas trop aimer cet auteur mais je vois aussi que tu conseilles cette lecture à moi de décider!

  8. Je viens de voir que c’est le livre qui sera offert à tous les visiteurs de l’édition 2022 du salon du livre de poche qui se tient à côté de chez moi, et que je ne manquerais pour rien au monde !

    • Et qui est quand et où ?

      • A Gradignan du 7 au 9 octobre. Florence Aubenas est la marraine, et parmi les nombreux invités, il y aura entre autres R.J. Ellory, Alain Damasio, Djaïli Amadou Amal, Michel Bussi, Magyd Cherfi, Mathias Enard, Agnès Desarthe, Eddy L. Harris, Jospeh Incardona, etc, etc…
        Le programme et toutes les infos ici : https://www.lireenpoche.fr/salon/2022/accueil.html

        C’est un très bon salon : la commune s’attache à sa gratuité et à son accessibilité, et les rencontres sont toujours bien organisées et souvent passionnantes.

      • Extrêmement intéressant ! Des auteurs que j’aime beaucoup… Ce n’est pas si loin de Poitiers, c’est à réfléchir !

      • En effet, Poitiers n’est pas très loin… n’hésite pas à me faire signe si tu t’y rends !

  9. Ça c’est sympa de ne pas nous révéler l’histoire !

    • J’essaie toujours de ne pas révéler l’histoire, parce que moi-même je n’aime pas tout connaître de l’histoire avant de lire un livre… et malheureusement, beaucoup de billets sont davantage des résumés du livre que des avis.

  10. Tu connais mon ressenti alors que j’adore ses romans d’habitude. J’espère que le prochain me réconciliera avec sa plume.

  11. alexmotmots permalink

    Comme toi, j’ai beaucoup aimé ce père en devenir.

  12. keisha41 permalink

    L’auteure, ou plutôt ses livres, ne m’attire pas spécialement. Mais à travers les commentaires je vois que tu parles bien d’un salon!

  13. Suis pas très fan de Sandrine Collette… j’avais lu un polar (les fourmis blanches je crois), pas mal et son dernier très noir, genre La route en moins bien. Pas mon truc mais elle a beaucoup d’adeptes.

    • On ne peut pas dire que je sois une adepte de Sandrine Collette, je n’ai lu que deux livres d’elle, Et toujours les forêts que j’ai aimé et Animal dont je ne me souviens plus du tout… Celui-ci est donc le troisième et j’avoue que l’angle d’attaque m’a bien séduite.

  14. J’ai « découvert » Sandrine Collette récemment, en lisant « Juste après la vague », et j’avoue que j’y replongerais bien. En plus si ce titre que tu présentes est court et efficace, ça me motive encore plus !

  15. J’ai lu plusieurs livres de Sandrine Collette mais le dernier que j’ai lu (qui n’est pas son dernier paru je crois), m’a déçue. C’est « Ces orages-là » dans lequel je n’ai pas retrouvé ce ton et cette ambiance particulièrement noire qui me plaisent tant chez elle.

    • Je n’ai pas lu celui dont tu parles… je l’avais découverte avec Et toujours les forêts qui m’avait bien plu.

  16. Choup permalink

    J’avais commencé Et toujours les forêts, et moi qui aime pourtant le sombre et le noir, c’était vraiment trop. Ou alors pas du tout le bon moment. Depuis je ne m’y suis plus tentée.

Trackbacks & Pingbacks

  1. Sandrine Collette – On était des loups | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :