Skip to content

Les secrets d’Amélie Antoine

25 mars 2018

Les secrets

Amélie Antoine

Michel Lafon

Mars 2018

391 pages

 

 

 

 

Un couple est en attente. En attente d’enfant.  Six ans qu’ils attendent. Qu’ils en crèvent.

Un autre couple a un enfant non désiré. Lui est jeune et ne se sent pas concerné, elle est jeune et veut le garder. L’enfant, pas le mec. Puisque lui, il fuit, il n’en veut pas, il n’est pas amoureux.

Mathilde, Adrien, Elodie, Yascha. Quatre personnages qui vont se croiser et même plus, si affinités.

Luocine, ce livre pourrait être pour toi, il commence par la fin ! Si, si, vraiment ! Par la page 391 ! L’originalité de ce roman est sa construction. On remonte le temps, pour éclairer le propos. L’histoire est racontée à rebours. On connaît la chute (ou presque parce qu’il faut compter sur Amélie Antoine pour nous réserver une petite surprise de dernière minute) et on enfourche la machine à remonter le temps en faisant des bonds de six mois en six mois jusqu’à la source, pour comprendre comment on en est arrivé là. C’est le cheminement qui intéresse l’auteure, non le résultat.

Des secrets ou des mensonges ? La frontière est mince entre les deux. Mathilde aime jouer avec la vérité, s’inventer un monde, une vie différente. Et surtout que ne ferait-elle pas pour tomber enceinte ? La première révélation arrive rapidement, on la devine même avant qu’elle n’arrive, parce que l’accent n’est pas mis sur les révélations mais sur les non-dits, les faux-semblants, le mal-être des personnages. Amélie Antoine nous emmène dans la descente aux enfers d’une femme en mal d’enfant, entraînant son mari avec elle dans sa chute, mari d’une patience infinie et qui souffre aussi de ce désir d’enfant non comblé.

C’est en cela que la couverture est trompeuse et aguicheuse.  Le roman est présenté comme un thriller. Or, il n’en est pas un, il est construit comme tel mais il n’y a pas de multiples rebondissements, la tension n’est pas dans l’action mais dans le combat que mènent les personnages pour avoir un enfant. Tout sonne juste, tout sonne vrai. Mais on est loin de la formule d’accroche : « Il sait tout d’elle… Sauf la vérité » qui nous éclate au visage dès qu’on prend le livre en main.

Même si j’ai préféré Quand on n’a que l’humour, même si j’aurais aimé un peu plus de noirceur,  je reconnais à Amélie Antoine, qui m’a gentiment envoyé son roman, une grande finesse dans l’analyse des sentiments.

 

 

Publicités
21 commentaires
  1. Ce que tu dis de la construction me tente, même si le désir d’enfant me paraît un sujet un peu incongru pour une descente aux enfers …

    • Je ne connais pas, mais il me semble qu’un couple qui cherche à tout prix à avoir un enfant, peut vivre un véritable enfer si au bout de plusieurs années, plusieurs passages entre les mains de spécialistes, plusieurs fiv, rien ne se passe… Et Amélie Antoine rend bien ce malaise, cette descente aux enfers (c’est un peut-être un terme un peu fort mais il me semble juste).

  2. la construction est intéressante mais ce thème est difficile pour moi pour des raisons personnelles alors je vais passer

  3. Intriguant… Je ne connais pas du tout cette auteure.

    • Je n’ai lu d’elle qu’un roman avant celui-ci : Quand on n’a que l’humour sorti en poche récemment sous un autre titre d’ailleurs.

  4. aufildeslivres permalink

    Je n’ai pas été emballée …. alors que j’avais bcp aimé ses deux premiers romans …

    • J’ai été nettement moins emballée que lorsque j’ai lu Quand on n’a que l’humour…

      • aufildeslivres permalink

        Je me suis ennuyé, pas toi ?

      • Pas du tout ! Mais j’attendais toujours quelque chose de surprenant… qui n’est pas venu.

  5. Je passe mon tour, ce n’est vraiment pas un sujet qui m’intéresse et en plus tu ne déborde pas d’enthousiasme 😉

  6. pas envie de ce thème en ce moment mais je note le nom de l’auteur que je ne connaissais pas.

  7. luocine permalink

    bon alors si je comprends bien je ne vais lire que les premières pages et puis la dernière.. merci de me si bien connaître mais je dois avouer que malgré cela je ne suis pas tentée (par le sujet)

    • Oh ! pour une fois que tu pouvais lire la fin sans aller feuilleter le livre jusqu’au bout… En tout cas, quand je l’ai découvert j’ai immédiatement pensé à toi !

  8. Je note plutôt le précédent que tu as préféré, il me semble.

  9. Je ne détesterais pas découvrir l’auteur mais je pense que je tenterai plutôt Quand on a que l’humour. Let’s see!

Trackbacks & Pingbacks

  1. Les secrets, Amélie Antoine – Les lectures d'Antigone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :