Skip to content

Bohemian Flats de Mary Relindes Ellis

19 août 2015

Bohemian flatsTitre : Bohemian Flats

Auteur : Mary Relindes Ellis

Traduit de l’américain par Marc Auligny

Editeur : Belfond

Date de parution : 2014

469 pages en poche

 

 

 

Rappelez-vous de Wisconsin ! Qui ne l’a pas aimé ? Moi, je l’avais adoré, ce premier roman de Mary Relindes Ellis. J’ai découvert qu’elle en avait écrit un second en tombant tout à fait par hasard sur ce livre de poche dans une librairie.

Je n’ai pas retrouvé l’écriture qui m’avait enchantée dans Wisconsin mais j’ai avalé cette histoire avec un grand intérêt. C’est le côté historique qui m’a séduite, l’histoire de l’Europe et de l’Amérique de la première moitié du vingtième siècle.

Le roman commence en 1881 et se déroule jusqu’en 1968 avec beaucoup d’ellipses (trop peut-être). En fait, sont détaillées les vingt dernières années du dix-neuvième siècle et les vingt premières années du vingtième siècle. De l’Allemagne rurale à Minneapolis, on suit une famille mi-allemande, mi-européenne de l’est. Racisme et rejet d’un côté génèrent fraternité et débrouillardise de l’autre.

Les personnages sont extrêmement attachants, et l’auteure s’applique à montrer pour ne pas dire démontrer que l’instruction est salvatrice et que sans elle, la bêtise humaine peut être sans limites (Otto, le vilain petit canard de la famille en étant un condensé).

J’ai été séduite aussi par l’ambiance des Flats, ces bidonvilles au bord du Mississipi, dans lesquels se côtoient les immigrés de tous les pays d’Europe. Grande communauté où la générosité et l’entraide sont naturelles.

Qu’est-ce qui m’a déçue ? L’écriture. J’ai trouvé le style « plat ». Et l’utilisation du présent, à partir de l’arrivée de Raimund aux Etats-Unis, m’a gênée, je me suis rendue compte que bien souvent je substituais le passé au présent. Va savoir pourquoi…

Paradoxalement, j’ai tout de même lu ce livre avec plaisir, même s’il n’est pas aussi puissant que son premier roman.

Et pour vous aider à visualiser le lieu et l’époque, cette petite photo trouvée sur Wikipédia :

Washington_Avenue_Bridge_1885 Washington avenue bridge 1885

 

 

Publicités
17 commentaires
  1. luocine permalink

    alors j’ai commandé Wisconsin , plutôt que celui-là que je lirai aussi sans doute.

  2. En plus, c’est vraiment une époque passionnante que l’on ne connaît pas si bien. Mais bon le style c’est l’homme et la beauté de la langue doit se retrouver dans l’écriture.

  3. Je ne connais pas du tout cette auteur mais je note Wisconsin !

  4. sous les galets permalink

    Je vais plutôt noté son premier opus alors Krol, parce que ce que tu dis de l’écriture risque de me gêner sur la longueur (c’est peut-être la traduction d’ailleurs qui est en cause non ?). c’est dommage parce que j’aime assez les fresques historiques…
    Belle journée à toi.

    • Et bien, j’y ai pensé aussi. La traduction n’a pas été faite par la même personne que pour son premier roman. Peut-être cela vient-il de là ! Ah si je pouvais lire en anglais…

  5. sous les galets permalink

    noter pas noté (pardon, pardon)

  6. Je retiens le premier et suivrai les traces de celui-ci si je finis par être convaincue.

  7. Oh oui Wisconsin, quel roman ! J’hésite pour celui-ci, le sujet me tente moins et si l’écriture t’a moins parlé…

  8. Wisconsin est dans ma pal, je vais donc commencer par là 😉

  9. je retiens le nom de l’auteur, en tous cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :