Skip to content

Et je danse, aussi de Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

29 avril 2015

danse aussiTitre : Et je danse, aussi

Auteurs : Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux

Editeur : Fleuve

Date de parution : 12 mars 2015

280 pages

 

 

 

 

Les romans épistolaires m’ont souvent laissé un goût amer. Je me souviens du calvaire que fut la lecture des Lettres de Mme de Sévigné. Plus récemment, je me suis ennuyée à la lecture du livre adulé par tous (ou plutôt toutes, je n’ai guère lu d’opinions positives masculines) Quand souffle le vent du nord, j’ai trouvé ça niais à souhait et n’en ai d’ailleurs gardé aucun souvenir précis, les  amateurs d’épluchures de patates ne m’ont pas non plus convaincue (contrairement, là encore, à la majorité des critiques), alors lorsque les deux auteurs jeunesse que je préfère se lancent dans l’écriture d’un roman épistolaire, ça m’inquiète ! Grincement de dents de ma part, grimaces,  jusqu’au jour où mon fils m’apporte le livre dédicacé à mon nom avec des mots si gentils de l’un et de l’autre auteur que je fonds et j’enterre mes craintes, (pas immédiatement, il est resté un bon mois sur une étagère ! Je suis un peu frileuse à cette époque de l’année !).

Une journée m’a suffi pour l’engloutir. Je n’ai pu résister à la plume de ces deux comparses. On lit ce roman comme une enquête policière (qu’y a-t-il dans ce fameux paquet ? Qui est Adeline ? Pourquoi Véra a-t-elle disparu du jour au lendemain ? Et pourquoi n’a-t-elle jamais donné de ses nouvelles à ses enfants ?), on veut connaître la réponse à toutes ces questions et à bien d’autres encore, on veut courir après les petits poussins.

Et puis, il y a un ton, une écriture dont on se délecte. C’est enlevé, ils ont l’un et l’autre l’art de la formule.

Bien sûr, ce n’est pas un texte qui nous résiste, il s’avale avec aisance, mais c’est divertissant, sympathique, touchant… Idéal pour un premier jour de vacances ! N’est-ce pas une des fonctions de la littérature ? Nous faire passer un moment agréable, voire très agréable.

Les personnages secondaires ne sont pas dénués d’intérêt, bien au contraire, ils apportent une densité aux personnages principaux et une vraisemblance nécessaire. On a même l’impression de les connaître, de les avoir déjà croisés quelque part. Max et Josy semblent bien réels et nous font bien rire.

Je voulais ajouter une dernière chose : au détour d’échanges légers apparaissent des réflexions intéressantes sur l’écriture, ou sur le mauvais usage de la ponctuation.  D’ailleurs, moi qui étais une adepte des points de suspension, j’avoue me retenir et ne plus oser en glisser dans mes écrits (vous remarquerez que ce billet en est dénué au profit des parenthèses).

« A ce propos, et profitant de cette parenthèse ouverte (je méprise les points de suspension, mais j’abuse des parenthèses, chacun son vice, mais reconnaissez avec moi que les parenthèses nous offrent quelque chose en plus tandis que les points de suspension nous en privent), profitant donc de cette parenthèse ouverte, je voudrais vous poser une question incroyablement indiscrète. »

Mon fils, qui a donc assisté à une rencontre chez l’éditeur avec les deux auteurs, m’a raconté de quelle manière avait été écrit le roman, ce qui ajoute du piquant à l’ensemble… (Et là je mets les points de suspension car je ne dévoile rien, j’appâte sans rien dire de plus.)

 

Dernière réflexion qui n’engage que moi : la couverture du livre ressemble plus à une couverture d’un livre jeunesse que d’un livre pour adultes, ce qui pourrait nuire à sa vente.

 

 

Dernier livre lu et très apprécié d’Anne-Laure Bondoux : Tant que nous sommes vivants, paru en septembre 2014. Je vous recommande aussi : Pépites ou encore Les larmes de l’assassin. De Jean-Claude Mourlevat, j’ai tout lu et je vous recommande TOUT !

 

Noukette a eu un coup de cœur, Clara s’est régalée, Cathulu a retardé son repassage, Cuné a trouvé le roman très attachant, Gruznamur tire son chapeau aux auteurs.

Publicités
30 commentaires
  1. keisha41 permalink

    Repéré, je le veux!
    Tu devrais lire Les liaisons dangereuses, quel beau roman (épistolaire)

  2. Tu as tout dit ! Je me suis fait la même réflexion amusée sur cette histoire de points de suspension dont j’abuse à outrance, ça m’a fait bien rire ! Coup de coeur aussi pour ces personnages secondaires qui valent tous leur pesant de cacahuètes… et coup de coeur tout court pour ce très chouette roman qui donne le sourire ! (argh, j’ai mis des points de suspension ! 😉 )

  3. chez édition du Fleuve ????? c’est noté pour moi ! Effectivement la couverture pourrait indiquer un autre lectorat, mais j’crois bien que c’est fait express néan ?

  4. J’aime aussi ces deux auteurs et je n’ai rien contre les romans épistolaires( j’avais aimé les éplucheurs de patates ;)). ça m’intéresse ! J’adore le passage sur les points de suspension. Je suis aussi très parenthèses 😀

    • Alors, tout est réuni pour que tu aimes ce roman.

      • Surtout que ça fait quelques années que je n’ai rien lu d’eux. C’est une bonne occasion de faire une pierre deux coups ^^

  5. la couverture est pas top, c’est clair !

  6. Et bien, moi j’aime bien les romans épistolaires, Les liaisons dangereuses, c’est quand même pas mal , non ?

  7. eimelle permalink

    ajouté à ma liste d’envies !

  8. ouhhh, ça devrait me plaire! Je te rejoins pour la couverture, on dirait que c’est destiné à des ados!

  9. vu les auteurs à La Grande Librairie, z’étaient bien sympas !

  10. Et bien, je ne suis pas très roman épistolaire non plus mais là j’ai bien envie de tenter le coup 🙂 J’ai bien aimé Terrienne de Mourlevat, mais rien lu de Bondoux.

    • Il faut lire Bondoux !!! Le dernier est très bien mais Pépites ou Les larmes de l’assassin, c’est vraiment très très bien !

  11. Je l’ai beaucoup offert ce roman et c’est un carton plein : tout le monde l’aime 🙂

  12. Tu recommandes même la troisième vengeance de robert poutifard ? 😉
    (qu’il est sympa ce fils quand même !)

  13. sous les galets permalink

    Tu as raison de souligner que ce livre souffre d’un problème d’identification car effectivement, je croyais que c’était de la littérature jeunesse à cause de la présentation qu’on fait des auteurs. Je note ton enthousiasme Krol 😉

  14. Je suis fan des deux auteurs, donc ça ne peut que me plaire! 🙂

Trackbacks & Pingbacks

  1. « Et je danse, aussi , Anne-Laure BONDOUX et Jean-Claude MOURLEVAT | «Sur mes brizées
  2. Nos amis devenus de Jean-Claude Mourlevat | Le blog de Krol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :