Skip to content

La mémoire est une chienne indocile de Elliot Perlman

20 août 2013

Titre : La mémoire est une chienne indocile

Titre original : The street sweeper

Auteur : Elliot Perlman

Traduit de l’anglais (Australie) par Johan-Frédérik Hel Guedj

Édition : Robert Laffont, 2013, 576 pages

 

Les premières phrases du roman :

« La mémoire est une chienne indocile. Elle ne se laissera ni convoquer ni révoquer, mais ne peut survivre sans vous. Elle vous nourrit comme elle se repaît de vous. Elle s’invite quand elle a faim, pas lorsque c’est vous l’affamé. Elle obéit à un calendrier qui n’appartient qu’à elle, dont vous ne savez rien. Elle peut s’emparer de vous, vous acculer ou vous libérer. Vous laisser à vos hurlements ou vous tirer un sourire. »

Admirative, je suis admirative ! Ce roman est brillant, intelligent, foisonnant, érudit ! Il mériterait plusieurs lectures pour bien en saisir toute la portée (aussi bien dans sa construction que dans son propos).

L’histoire ?  non, plutôt, les histoires… Un jeune noir sort de prison et entame un travail au service d’entretien d’un grand centre de cancérologie, période probatoire de 6 mois au terme duquel il pourra peut-être prétendre à un « vrai » travail. Dans la même ville, New York, un universitaire quitte sa femme, et risque de perdre son emploi parce qu’il n’a pas présenté de sujet de mémoire depuis trop longtemps.

Bon, d’accord, pour l’instant, je ne vous donne aucune envie de lire ce roman !

Tout est une histoire de rencontres dans ce livre (comme dans la vie). Le jeune noir va sympathiser avec un malade, Juif rescapé du camp d’Auschwitz. Il deviendra le réceptacle de sa mémoire. Parallèlement, l’universitaire va « tomber » sur des enregistrements de Juifs rescapés qu’un enseignant psychologue a réalisés en 1946, quand personne ne connaissait encore ce qui s’était réellement passé dans les camps d’extermination.

Quel lien entre ces deux personnages me direz-vous ? Et bien, c’est là que Elliot Perlman est très très fort. Tous les protagonistes de ce livre ont un lien entre eux, sans qu’il soit forcément clairement établi, sans que les personnages ne se rencontrent… magnifique toile tissée par un auteur virtuose et  ce d’autant plus qu’il nous emmène d’une époque à une autre avec une facilité déconcertante… sans jamais perdre son lecteur. C’est une histoire d’imbrication, de mémoire, de défense des droits civiques, d’Holocauste, d’amour, d’injustice…

Et puis, pour parfaire le tout, c’est aussi un roman intime. On entre dans la vie personnelle des personnages qu’ils soient vivants ou morts, qu’on soit en 1946, en 1938, en 1950 ou aujourd’hui, et on partage leurs états d’âme, leurs craintes, leurs amours, leurs espoirs.

Humain, c’est le terme qui qualifie le mieux cet ouvrage. Les personnages sont humains. Et on se sent humain en le lisant.

Histoire, histoires… habilement imbriquées. Il n’y a pas une once d’artifice ! C’est… remarquable et tellement bien écrit, tellement bien construit !

N’ayons pas peur des mots, ce roman est un chef-d’œuvre ! Et comme tout chef-d’œuvre, il se mérite et donc, se savoure. J’ai omis de parler d’une dernière qualité : ce roman est d’une puissance émotionnelle rare.

Alors, vous n’êtes pas encore partis l’acheter ?

J’ajoute quelques mots : j’ai appris plein de choses sur l’Histoire, sur le sens de la vie,  sur le rôle de l’Histoire et de la mémoire.

Bon, ça y est , vous avez pris vos clés, votre porte-monnaie et vous courez chez votre libraire favori ?

« Internet. Quel outil ! Tous ces progrès technologiques permettent aux gens de s’installer aux premières loges pour assister à la régression du monde. »

J’oubliais : un grand, énorme merci à Clara pour la découverte de ce roman !

Publicités
25 commentaires
  1. Ça sent encore le roman d’exception ! Je le lirai un de ces jours, je n’ai plus le choix maintenant

  2. Clara me l’a promis, il me tarde (mais je croyais qu’il était chez sylire?)

    • Je l’ai acheté…

      • Aaaaaaaaaaaah! Pardon pour l’erreur, comme tu remerciais clara… ^_^

      • Je la remercie souvent parce que grâce à ses billets je découvre des tas de livres passionnants ! et celui-là il devrait te plaire, il est… !!!!

  3. hé hé ! il est sur l’étagère !

  4. Doriane permalink

    Merci Krol de parler aussi bien d’un livre … Ces émotions nous font vibrer et nous rendent chaque jour un peu plus vivant !!! Tu parles de billets … effectivement … ce sont des aller simple vers la liberté !

  5. Décidément, vous vous liguez toutes : il faut que je le lise !

  6. Merci pour votre passage chez moi…j’apprécie énormément d’autant qu’il me permet de découvrir votre blog qui est très agréable…et le hasard faisant bien les choses je tombe sur le billet d’un livre que j’avais adoré également…voir mon billet ici( http://jacky-caudron.blogspot.fr/search/label/La%20m%C3%A9moire%20est%20une%20chienne%20indocile%20-%20Elliot%20Perlman)…notre liste de romans pour la rentrée littéraire étant sensiblement la même je me frais un plaisir de voir vos billets….je vous ajoute donc avec plaisir à ma blogroll…
    Amicalement…Jack

  7. Merci Krol de me lire, de partager le mêmes coups de cœur !Rien que pour ça,je suis contente d’avoir mon blog : c’est le plus beau des remerciements…

    • Autrefois, je lisais un magazine littéraire pour choisir mes livres, aujourd’hui, je lis les blogs…

  8. Je ne cesse d’entendre des louanges sur ce roman (et cet auteur). Je vais devoir le faire remonter de quelques places vers le haut de ma LAL 🙂

  9. Je viens de le terminer et c’est vraiment un roman génial, tellement riche en histoire, sans rien perdre de son côté romanesque. Une totale réussite, je vais suivre l’auteur de près.

    • Et une de plus séduite par ce magnifique roman ! Difficile de prendre un autre livre ensuite, j’en ai abandonné deux…

  10. J’aime beaucoup ce type de narration car c’est généralement habile et talentueux.

  11. « Ambiguités » m’a laissé un souvenir imperissable, un très grand roman et il semble que ce titre le soit aussi. Je vais chercher à le dénicher au plus vite !!!

Trackbacks & Pingbacks

  1. Elliot Perlman, La mémoire est une chienne indocile | Lettres exprès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :