Aller au contenu principal

Au café de la ville perdue, Anaïs Llobet

11 juillet 2022

Au café de la ville perdue, Anaïs Llobet, Les éditions de l’Observatoire, janvier 2022, 327 pages.

Chypre. Une île partagée en deux, déchirée entre les chypriotes turcs et les chypriotes grecs.

Depuis 1974, la ville de Varosha est derrière les barbelés, inaccessible, une ville fantôme qui fut, pourtant, dans les années soixante, une ville solaire, très prisée des touristes. Ariana n’a pas connu la maison que ses parents avaient dans cette ville, au 14, rue Ilios, à l’ombre d’un figuier majestueux, mais elle trimballe son histoire et lorsque son père vend cette maison pour qu’elle soit détruite, elle est sous le choc et ne comprend pas.

La construction de ce roman est très fine. C’est ce qui fait la réussite de ce roman. Une écrivaine (Anaïs LLobet elle-même ?) recueille les témoignages des personnes qui ont connu cette ville, qui y ont vécu et parallèlement, on découvre ce qu’ont vécu ces personnes devenus personnages de son roman.

L’intrigue sur les grands-parents d’Ariana est subtilement dévoilée au fil des pages, étroitement imbriquée avec le présent. Les époques valsent entre elles, s’entrecroisent, sans jamais nous perdre, on se laisse emmener au gré des vagues, au gré des rencontres, des non-dits. Le texte n’est pas linéaire, il faut en assembler les pièces pour comprendre les uns et les autres, pour que se dévoile la vraie profondeur des caractères.

Il est plein de détails qui forgent le texte, qui lui donnent de l’ampleur. Certains personnages secondaires provoquent des émotions fortes comme ce grand-père qui perd la tête mais qui a récupéré les photos du 14 rue Ilios. Les tatouages de la jeune Ariana, comme un condensé de son héritage…

Obligés de quitter leurs maisons, les habitants de Varosha ont dû déménager dans la partie grecque de l’île avec interdiction totale de revenir sur les lieux de leur vie d’antan. En abandonnant tout. Ce roman mêle adroitement les deux histoires : celle de l’île, en évoquant cet exil forcé dans son propre pays et celle d’une famille, en déroulant leur vie à l’image d’une tragédie grecque. C’est l’incapacité des hommes à vivre les uns avec les autres que l’auteure creuse à travers ces secrets de famille.

Un livre qui m’a passionnée.

37 commentaires
  1. Fanny permalink

    Il a l’air de faire l’unanimité !

  2. keisha41 permalink

    cela pourrait me plaire…l’histoire, l’écriture…

  3. J’ai beaucoup aimé même si au début comme tu le précises il faut s’imprégner des personnages, découvrir les méandres de l’histoire de l’île et j’ai aimé l’inclusion de l’autrice elle-même et de son travail d’écriture 😉

    • Et cerise sur le gâteau, j’ai appris plein de choses que je ne savais pas. En fait, de Chypre, je savais juste qu’elle était partagée entre Turcs et Grecs… Le pourquoi du comment m’était inconnu…

  4. Il a tout pour me plaire ce roman!

    • Alors, il ne faut pas hésiter…

      • Je n’ai pas une pal mais un gratte-ciel… Je l’ai bien noté mais pour plus tard.

      • Oui j’ai vu sur ton blog ! Je n’arrive pas à laisser un commentaire parce qu’il me demande mon mdp wordpress et que celui que je lui donne ne lui convient pas… bref !

  5. Il est à la bibliothèque ! Je vais le réserver. Je ne sais pas grand chose sur Chypre moi non plus, c’est une excellente occasion d’en apprendre davantage.

  6. J’ai beaucoup aimé aussi ce roman, construit, comme tu le soulignes, avec beaucoup de finesse et d’adresse.

  7. Très heureuse de te lire et de te voir souligner la finesse de la construction. Anaïs m’a vraiment épatée après Des hommes couleur de ciel qui était déjà un sacré truc.

    • Oui j’avais déjà été conquise par Des hommes couleur de ciel… Anaïs Llobet est vraiment une auteure à suivre.

  8. Tu es aussi enthousiaste qu’Athalie : difficile de faire l’impasse…
    Et c’est toujours OK pour notre LC du 17 ?

  9. Je suis tout à fait d’accord avec toi, je l’ai lu et chroniqué l’an dernier et j’ai été aussi bluffée par la construction ! en plus on apprend vraiment beaucoup sur ce lieu et ce qui s’y est passé…

  10. J’ai beaucoup aimé « Des hommes couleur de ciel », je suis certain que celui-ci me plairait beaucoup aussi.

    • Oui moi aussi j’avais beaucoup aimé Des hommes couleur de ciel… Et celui-ci très différent mais tout aussi fort.

  11. Je l’ai déjà repéré et souligné, il me reste à le trouver, ou l’emprunter.

  12. alexmotmots permalink

    Un roman fort sur un sujet dont on n’entend plus parler.

  13. Une « destination » intéressante. Je note !

  14. j’ai l’impression de le voir partout, ce livre ! Je sais maintenant ce qu’il vaut, merci 🙂

  15. A_girl_from_earth permalink

    Intéressant ! Je n’ai rien lu sur Chypre, ce serait l’occasion.

  16. luocine permalink

    je n’avais pas vu ce titre passé pourtant le sujet m’intéresse mon amie chypriote souffre encore de cette partition

  17. Je suis une fan de cette autrice depuis son premier roman Les mains lâchées. C’est toujours un plaisir de la lire et on apprend beaucoup.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :