Aller au contenu principal

De si bons amis de Joyce Maynard

20 mars 2019

De si bons amis

Joyce Maynard

Traduit de l’anglais par Françoise Adelstain

Philippe Rey

330 pages

 

 

 

 

Mais pourquoi ai-je lu ce livre ? Il me tendait les bras sur son présentoir à la bibliothèque et j’avais lu de bonnes critiques.

 

L’héroïne a perdu la garde de son fils à cause de son alcoolisme, elle n’est pas épanouie dans son métier de photographe. En un mot, elle est perdue. Un jour, elle rencontre un couple fortuné qui va bouleverser sa vie.

C’est l’histoire d’une amitié toxique, d’un aveuglement malgré les nombreux signaux d’alerte qui clignotaient. L’atmosphère est oppressante, le malaise grandissant, on attend le drame de page en page. D’autant plus que le premier chapitre relate la fin de l’histoire. On veut juste savoir de quelle manière on en arrive là.

L’auteure montre assez justement la manière dont on peut être écartelé entre des amis que tout oppose. Elle décrit bien le processus qui mène à devenir dépendant d’un ami ou d’une amie, l’emprise que peuvent avoir certaines personnes sur d’autres en utilisant leur fragilité, leurs failles. Mais elle force le trait pour le personnage d’Elliot, elle le rend vraiment ennuyeux, ce n’était pas forcément nécessaire. J’ai trouvé les personnages trop caricaturaux. Il me semble qu’on pouvait traiter du même sujet avec des caractères moins marqués. C’est un peu cliché, tout de même, le comptable barbant…

J’ai trouvé l’écriture sans relief, des passages m’ont fait tiquer, des tournures de phrase un peu lourdes (maladresse de traduction ?), mais malgré tout l’intrigue agrippe le lecteur.

Il n’y a pas de doute ce roman est un vrai page-turner. On ne résiste pas à l’envie de poursuivre une lecture haletante et en même temps, comme souvent avec ce genre de littérature, on s’agace de la facilité avec laquelle l’auteur s’amuse avec nos nerfs, pour nous faire patienter jusqu’au drame attendu.

J’ai lu rapidement ce roman, curieuse de connaître le fin mot de l’histoire mais je n’ai pas été totalement emballée.

Je ne suis pas certaine de revenir d’autres fois vers cette auteure qui ne m’avait déjà pas convaincue avec Les filles de l’ouragan qui était pourtant bien meilleur que celui-ci (à mon humble avis).

Publicités
22 commentaires
  1. je guette son arrivée à la bibliothèque pour me faire une idée!

  2. keisha41 permalink

    Je te cite
    ‘Il n’y a pas de doute ce roman est un vrai page-turner. On ne résiste pas à l’envie de poursuivre une lecture haletante et en même temps, comme souvent avec ce genre de littérature, on s’agace de la facilité avec laquelle l’auteur s’amuse avec nos nerfs, pour nous fait patienter jusqu’au drame attendu.’
    Tu dis bien ce qu’il en est pour bien des romans… que j’évite en général!

    • Tu me cites et je vois une faute de frappe !!! Grrr ! que je corrige aussitôt. Merci Keisha de m’avoir citée.

  3. J’ai aimé Les filles de l’ouragan et L’homme de la montagne, mais moins Les règles d’usage. Finalement mon préféré reste le premier lu : Long week-end, bien plus marquant que les suivants.
    Si en plus la traduction est lourdaude…

    • La traduction ou l’original ? Parce qu’il y a un propos sur les autistes que je n’ai guère apprécié… mais je ne l’ai pas relevé et je n’ai plus le livre.

  4. Je ne connais pas cette auteure, que l’on croise fréquemment sur les blogs, mais qui ne m’a jamais fait envie… ton billet ne va pas me faire changer d’avis !

    • C’est sûr que mon billet n’incite pas à se jeter sur ce livre. Mais c’est un ressenti très personnel que beaucoup de lecteurs ne partagent pas.

  5. Je suis en train de lire Les filles de l’ouragan qui ne me convainc pas beaucoup. Alors si celui-ci est moins bien, je doute de le lire un jour.

  6. je n’ai encore lu aucun de ses romans 😦

  7. J’ai trouvé « Les filles de l’ouragan » convenu et sans surprise … mais j’ai adoré son autobiographie « et devant moi, le monde » !

  8. J’aime beaucoup Joyce Maynard, même si ses romans sont inégaux. Je commence à peine celui-ci, j’espère ne pas être trop déçue 🙂

  9. aifelle permalink

    Une auteure que j’aimerais bien découvrir, mais ce que je lis sur ses romans ne m’emballe guère.

  10. luocine permalink

    Je reconnais à tes réponses aux commentaires, le sentiment que je ressens aussi quand je ne me suis pas senti bien dans un roman apprécié sur la blogosphère … je souligne alors que « beaucoup ont aimé » malgré cette mise en garde de ta par, je ne lirai pas ce roman je pense qu’il m’agacerait pour les mêmes raisons que toi!

    • Le ressenti sur un roman est tellement personnel et parfois, oui, nous ne ressentons pas la même chose que la majorité parce que notre sensibilité, notre vécu, notre goût pour l’écriture est différent d’une personne à l’autre. C’est pour cette raison que j’ai souvent du mal à parler d’un livre que je n’ai pas aimé.

  11. Je n’ai jamais lu l’auteur… j’hésite. Pourtant, j’en ai 2 dans ma pile. Je ne pense pas que je vais commencer par celui-là.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :