Skip to content

Café Krilo de Baptiste Boryczka

5 avril 2017

Café Krilo

De Baptiste Boryczka

Editions Lemieux

2017

163 pages

 

 

 

 

J’ai lu le premier roman de cet auteur, Korzen, il y a environ deux ans. J’avais déjà remarqué son goût pour l’étrange, les situations décalées mais j’avais été quelque peu déçue par son écriture.

Pativore, proposant de faire voyager ce second roman, je n’ai pas hésité, l’écriture me rebutait-elle toujours ? Qu’avait-il inventé cette fois-ci ?

Le thème est intéressant. A la fin du vingt-et-unième siècle (début du vingt-deuxième) au Danemark, les extrémistes religieux luthériens ont pris le pouvoir et ont établi une dictature, combattue par des résistants. On suit trois personnages : Lotte, John et Mark, différents mais réunis dans le même immeuble et mus par le même désir de rouvrir le café Krilo, ancien haut lieu du syndicalisme et image d’une Europe disparue.

Ce roman est tout à fait d’actualité. Dans une ambiance européenne glaçante où la montée des populismes côtoie la montée des extrémismes religieux, et où certains pays ferment leurs frontières aux réfugiés, ce roman permet de réfléchir à notre avenir. Que voulons-nous pour nos enfants ?

Ce livre est terrifiant, mais pas pesant parce que l’auteur y met une belle note d’espoir.

La construction est intéressante, le dernier chapitre fait écho au premier et nous amène le sourire aux lèvres,  mais…

Il est long à se mettre en place, quelques destins de personnages restent en suspens (ce qui, après réflexion, n’est pas pour me déplaire), la fin est précipitée, il y a donc un déséquilibre dans l’organisation du roman, quelques comparaisons douteuses, toujours un style qui ne me séduit pas et puis (même si c’est une bagatelle) les fautes d’orthographe et les erreurs de conjugaison (à deux reprises, on lit il rejoint au lieu de il rejoignit). N’y a-t-il pas des correcteurs chez les éditions Lemieux ?

Et malgré tout ça, j’ai lu les cinquante dernières pages avec frénésie, souhaitant connaître la fin.

Encore une fois, une lecture en demi-teinte.

Merci à Pativore d’avoir fait voyager ce livre jusqu’à moi.

Publicités
15 commentaires
  1. Je crois que l’on utilise de moins en moins les services des correcteurs qui étaient souvent des correctrices c’est bien dommage. Pas très tentée par cette lecture je trouve que l’actualité se suffit à elle-même pas besoin de la noircir.

    • Et je trouve qu’il y a de plus en plus de fautes d’orthographe mais aussi de syntaxe et ça m’agace !

  2. Hélas les correcteurs… Parfois je râle, une erreur ça va, mais trop c’est trop parfois.

  3. A voir donc… J’avais lu et aimé le premier sans réussir à en faire un billet. Du coup j’hésite un peu pour celui là…!

  4. je ne suis pas tentée… je vois l’Europe se casser la gueule, les populistes de tous bords monter en puissance, donc cela me terrifie assez comme ça. on est loin des Etats Unis d’Europe dont j’avais rêvé

  5. Un auteur qui ne parvient pas à te convaincre on dirait 😉

  6. long à mettre en place et seulement 163 pages? Bah, je passe!
    Il est rare que je lise un livre sans repérer une seule faute. Et je ne vois certainement pas tout. C’est affligeant!

  7. A_girl_from_earth permalink

    Une lecture en demi-teinte mais tu as quand même dévoré les dernières pages. Voilà qui rend ce roman intrigant malgré tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :