Aller au contenu principal

Et nous nous enfuirons sur des chevaux ardents, Shannon Pufahl

26 juin 2022

Et nous nous enfuirons sur des chevaux ardents, Shannon Pufahl, traduit de l’américain par Emmanuelle Vial, Albin Michel, collection Terres d’Amérique, 2022, 417 pages.

1956. Muriel et Julius, deux êtres qui veulent aller au bout de leurs désirs, deux êtres entièrement libres, que rien n’arrête.

Elle est jeune mariée, mais ne ressent pas de passion pour son mari. Elle va mener une vie cachée, dans l’univers des paris de courses de chevaux. Elle va goûter à la liberté et ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

Lui, c’est le frère de son mari. Il est homosexuel, il évolue dans l’univers des salles de poker. Loin du carcan qu’impose la société, il décide de vivre pleinement sa passion pour un homme dont il tombe amoureux, quitte à se perdre lui-même.

Ils n’ont pas choisi la facilité, nous sommes dans les années cinquante, et leurs choix de vie sont très courageux pour l’époque. Leur adrénaline, c’est la prise de risque.

L’écriture est dense, elle nous plonge dans les lieux sans préambule. Elle est assez magnétique dans le sens où on a envie de poursuivre l’histoire. Mais malgré tout, je n’ai pas été totalement accrochée. J’ai lu ce roman sans déplaisir mais sans passion. Peut-être parce qu’il n’est pas assez introspectif à mon goût. On voit évoluer les personnages sans jamais ressentir leurs émotions. Nous sommes davantage dans un roman d’atmosphère. Les milieux sont parfaitement décrits, notamment ceux dans lesquels évoluent les homosexuels qui doivent se cacher du monde, mais cela, cette fois, ne m’a pas suffi. Malheureusement, je suis restée en lisière, à les observer, sans vraiment parvenir à les comprendre ou à entrer dans leur intime conscience.

Ceci dit, ce roman a séduit bien d’autres lecteurs et tant mieux parce qu’il a des qualités.

Le bouquineur, Pamolico, Mimipinson

Merci à Albin Michel pour l’envoi de ce livre.

23 commentaires
  1. Je me souvent en effet de l’enthousiasme du Bouquineur.. mais tu me refroidis un peu, et comme j’essaie pour la énième fois d’être raisonnable et de limiter ma fièvre acheteuse -je crois que ça a été plus facile d’arrêter de fumer-, je vais me fier à ton avis !

  2. Je crois que ce qui me plaît le plus dans ce que tu dis du livre, c’est son titre 😁

  3. Dommage, pourtant c’est vraiment très bien…. mais chacun voit midi à sa porte !

    • Et bien, tout dépend du moment où on lit un livre, aussi. Celui-ci, je l’ai lu après American Rust que j’ai adoré, donc je ne l’ai sûrement pas apprécié à sa juste valeur…

  4. keisha41 permalink

    Bah, comme sur le m oment je n’ai pas accepté l’offre (beaucoup à lire!) , cela ira;

  5. Si tu n’as pas été entièrement convaincu, je préfère ne pas m’y frotter 😉

  6. J’ai eu exactement le même ressenti que toi sur l’absence de matérialité des personnages et je crois que c’est ce que l’autrice voulait faire… il faudrait que je te retrouve l’interview. Moi aussi, ça m’a un peu gênée, mais la précision photographique des décors et les atmosphères qui se dégagent de ces pages m’ont convaincue 🙂
    Merci pour le lien !

  7. luocine permalink

    je fais partie des gens qui (et je ne peux pas expliquer pourquoi!) se méfient des romans dont le titre est trop long. J’aime l’effort de l’écrivain (ou de l’éditeur) pour trouver un titre court et percutant ou tellement bien trouvé que l’on ne peut pas les oublier.

  8. alexmotmots permalink

    Au vue de ton ressenti, je ne le note pas.

  9. Je reste curieuse de ce roman, mais pas au point de l’acheter… je verrai en poche ou en médiathèque, parce que je suis assez adepte des écritures qui ne pénètrent pas dans la psychologie des personnages…

  10. le début m’a bien plus et puis progressivement, je me suis lassé à partir du moment où Julius par au Mexique. Je l’ai terminé en diagonal, ce qui n’est pas bon signe…je suis déçu qu’il ne m’ai pas plus, j’avais envie, pourtant ! 😉

Trackbacks & Pingbacks

  1. Et nous nous enfuirons sur des chevaux ardents, Shannon Pufahl – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :