Aller au contenu principal

Glory d’Elizabeth Wetmore

4 septembre 2020

 

Glory

Elizabeth Wetmore

Traduit de l’anglais par Emmanuelle Aronson

Les Escales

27 août 2020

320 pages

 

 

 

Ce ne sont pas les serpents à sonnettes, les mocassins d’eau et les scorpions, les plus dangereux au Texas.

Ce ne sont pas la poussière du désert, les champs de derricks, et la chaleur qui écrasent les femmes de la petite ville d’Odessa.

 

14 février 1976, jour de la St Valentin, Gloria, jeune américaine d’origine mexicaine de 15 ans, fait l’erreur de grimper dans la voiture d’un homme qu’elle ne connaît pas mais qui a l’air si sympathique. Le roman ouvre sur sa voix, le lendemain matin, quand elle se réveille à côté de la voiture, très mal en point. Elle a été battue et violée.

C’est un roman choral. Certains chapitres sont à la première personne, d’autres à la troisième, mais focalisés sur un personnage en particulier, toujours féminin. On progresse dans l’histoire, et donc dans le temps (de février à août) à travers des points de vue différents. Chaque femme a une vie propre, une profondeur, un caractère, bien développés, elles ne sont pas que les faire-valoir de la situation principale. Elles auraient pu être l’héroïne de leur propre roman.

La tension est extrême dès le début, retombe un peu lorsque l’on suit les pérégrinations de la très jeune Debra Ann (10 ans), que la mère a abandonnée pour fuir cette ville oppressante, mais elle remonte en flèche le jour du procès. Ah ! Il y a donc une justice dans ce monde où les femmes n’ont qu’à tenir leur place de mère au foyer, fabriquant des petits gâteaux pour leur communauté bigote, élevant leurs enfants en silence et subissant les retours alcoolisés de leur mari.

Justice ? Vous avez dit justice ? Tu parles. Elle l’avait bien cherché. Elle n’a eu que ce qu’elle méritait. Et lui, fils de pasteur, un ange fait homme. Il n’y est pour rien. Heureusement, le procès ne se déroule que sur un chapitre. Et je dis bien heureusement, parce qu’il met, évidemment, les nerfs en pelote. L’avocat de la défense retournant la situation au profit de l’homme. La seule personne à témoigner étant une femme, celle qui a accueilli la jeune fille chez elle, qui lui a sauvé la vie mais qui va elle-même devenir la cible de la méchanceté des hommes et des femmes de sa ville. On ne défend pas une mexicaine au Texas ! Je ne divulgâche rien, on s’attendait bien sûr à cette position. Rappelons que nous sommes en 1976 dans le Texas.

La brutalité du climat, l’aridité du paysage et la rudesse des gens sont à l’unisson. Sexisme, racisme sont les ingrédients efficaces de ce roman et nous rappelle que l’homme est un loup pour… la femme dans certains milieux où le manque d’éducation ne rime surtout pas avec compassion mais avec agression.

L’atmosphère est pesante et poussiéreuse, on a envie de donner un bon coup de pied dans cet embrouillamini de faux semblants. Mais on ne ferait que davantage de poussière !

 

Petit bémol : je ne sais pas si c’est dû à la version e-book, mais des fautes d’orthographe et surtout des tournures maladroites, trop nombreuses pour être passées sous silence m’ont fait tiquer à plus d’un endroit.

 

Merci à Netgalley et aux éditions Les Escales.

 

36 commentaires
  1. Je te lis en diagonale pour ne pas être trop influencée ! 😉 (mais j’ai remarqué les mêmes fautes « de frappe » !)

  2. keisha41 permalink

    Chouette billet, mais je ne suis pas sûre de vouloir me plonger dans une histoire qui me désespèrerait je le sens

  3. Cela me fait penser au terrible « Viol, une histoire d’amour » de J.C OAtes… pas sûre de vouloir de ce genre de récit maintenant;

  4. Beaucoup beaucoup de romans sur ce thème en ce moment…. Alors un de temps en temps 😉

  5. Ah, mais tu sais que ce billet rentre pile dans la thématique du jour du Mois Américain ? :
    https://plaisirsacultiver.com/2020/09/02/billet-recapitulatif-le-mois-americain-2020/

  6. Je ne sais pas si je vais réussir à survivre à ce type de récit. Ouf!

  7. Très très, très tentée par une atmosphère pareille !

  8. Malheureusement, ces « fautes de frappe » sont assez courantes chez cet éditeur auquel j’avais déjà écrit à ce sujet, sans réponse… C’est dommage. Pas certaine d’avoir envie de ce genre d’histoire et d’atmosphère en ce moment 🙂

    • Ah bon ? Mais là, il n’y a pas que ça, il y a aussi des tournures qui ne sont pas terribles, je pense plutôt que cela vient de la traduction ou du texte original.

  9. j’hésite car il y a pléthore de livres sur le sujet ces derniers temps…

  10. Delphine Olympe permalink

    Pas sûre de te suivre sur cette thématique il est vrai un peu rebattue…

    • Pas tant que ça rebattue grâce à son approche, les différentes voix apportent au texte plus que l’unique thématique.

  11. A_girl_from_earth permalink

    Tout comme Keisha. Je sens que ça me hérisserait le poil.

    • Le poil ne se hérisse pas tout du long. Notamment certaines voix évoquent tout autre chose, et c’est bien intéressant.

  12. oh bon sang que ça peut me faire saliver!! ça a tout pour me plaire.

  13. luocine permalink

    sujet terrible. il en faut du temps pour que la justice américaine devienne juste pour tous!

    • Oui et il ne me semble pas que ce soit le cas aujourd’hui encore… Mais dans les années soixante-dix, c’était terrible !

  14. A vérifier si la version papier est meilleure. Je note ce titre.

  15. Dommage pour les fautes. Je note malgré tout car il me tente beaucoup.

  16. Aïe !!! J’avais repéré ce bouquin qui me tenait pas mal (sans être une priorité) mais ton bémol n’en sera pas un pour moi. Rien de pire pour gâcher une lecture que de se faire piquer les yeux par des fautes récurrentes qui, pour la plupart, auraient pu facilement être évitées si l’éditeur avait été un tant soit peu plus rigoureux dans son travail…. Dommage.

  17. Sans doute trop lourd de thème et d’atmosphère pour moi ces temps ci. je passe.

  18. Cathelineau Nina permalink

    Même fautes de frappe dans la version papier, malheureusement. Travail de relecture et de correction qui laisse à désirer.

Trackbacks & Pingbacks

  1. Glory, Elizabeth Wetmore – Pamolico, critiques romans, cinéma, séries
  2. Elizabeth Wetmore, Glory – Lettres exprès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :