Aller au contenu principal

Lumière d’été, puis vient la nuit, de Jon Kalman Stefansson

27 août 2020

 

Lumière d’été, puis vient la nuit

Jon Kalman Stefansson

Traduit de l’islandais par Eric Boury

Grasset

26 août 2020

320 pages

 

 

« Il faut être défunt pour ne pas penser à la mort. »

Ce roman a été écrit par Stefansson en 2005 (date de parution en Islande) avant celui qui l’a fait connaître en France, Entre ciel et terre. Nous découvrons donc l’œuvre de Stefansson dans le désordre.

Un village situé dans l’ouest de l’Islande, peu d’habitants, ils se connaissent tous, c’est une petite communauté et nous allons vivre à son rythme.

Ce roman se déroule comme une pelote de ficelle, un personnage surgit, puis un autre et encore un autre et on suit ainsi l’histoire de l’un puis celle de l’autre, parfois elles s’emmêlent et le lecteur démêle alors les écheveaux pour aller encore plus loin. C’est donc un roman qu’on peine à poser tellement il nous emmène d’un chemin vers un autre et l’on souhaite que ça ne s’arrête jamais.

« Si nous continuons à accumuler ces histoires, si nous peinons autant à nous arrêter, c’est peut-être aussi parce que celui qui a pour projet de décrire la vie a tendance à en étirer le fil – tout ce que nous entreprenons est d’une manière ou d’une autre une lutte contre la mort. »

La narration à la première personne du pluriel ne permet pas au lecteur de savoir qui parle, qui raconte, si ce n’est ce nous collectif, le village, les habitants dans leur globalité, en tout cas un narrateur omniscient. Cela donne au roman un ton particulier, enchanteur, cela permet les pointes d’humour, les digressions et surtout, le lecteur veut en apprendre toujours davantage sur les habitants, sur les phénomènes étranges qui ont lieu dans l’Entrepôt, sur les liens qui unissent les uns et les autres, sur la vie et la mort.

« […] Pas plus que nous n’oublierons l’interrogation de Björg : pourquoi ai-je vécu ? Faut-il voir en ces récits sur nos vies et nos morts au village et dans les campagnes voisines une tentative de réponse à cette question, ainsi qu’aux doutes et incertitudes qu’elle engendre ? »

Les récits centrés sur des personnages différents à chaque chapitre, dévoilent des êtres seuls, en mal d’amour, de lien social, nous suivons les joies mais aussi les peines, les chagrins d’amour, les peurs, les hésitations, les voies du destin, tout ça avec en filigrane une légère critique de notre société matérialiste.

Certaines pages transpirent de désir sexuel, la vie dans ce qu’elle a de plus âpre, de plus profond, la vie qui remue nos tripes, qui irrigue notre bas-ventre et qui procure autant de plaisir que de destruction.

« N’allez pas imaginer que c’était facile, notre conscience a le don de gâcher nos plaisirs charnels. »

 

J’ai pris un plaisir infini à dérouler les fils des vies des villageois. Stefansson allume toujours en moi, une petite lumière.

 

Merci à Netgalley et aux éditions Grasset.

35 commentaires
  1. Stefansson ❤ !!!

    Je me l'offrirai un peu plus tard c'est sûr et certain!

  2. aifelle permalink

    Auteur toujours pas lu, mais il est au programme !

  3. keisha41 permalink

    Jamais lu l’auteur non plus!

  4. il m’attend dans ma liste de la rentrée… Une de mes toutes prochaines lectures
    petit coup de mou en ce moment alors retard dans les lectures et les chroniques 🙂

  5. je suis, pour l’instant, passée à côté de cet auteur, j’ai dû mal me débrouiller ^^ mais j’y reviendrai sans doute…

  6. Je termine ma lecture en cours et je le commence! Hâte!

  7. Je n’arrive pas à lire cet auteur, j’ai fait deux tentatives, une troisième est-elle bien indispensable ? Je m’interroge !

  8. Un auteur qu’il me reste encore à découvrir.
    Une question, tiens, puisque tu évoques ce oint dans ton billet : à quelqu’un comme moi qui n’a encore jamais lu cet auteur, conseillerais-tu de lire plutôt ses livres dans l’ordre chronologique de leur parution originale(pour mieux « sentir » l’évolution de son écriture, de son univers) ou ça n’a pas vraiment d’intérêt ?

    • Ses romans sont très différents. Il y a sa trilogie Entre ciel et terre (je n’ai lu que les deux premiers), il y a Asta (que j’ai adoré), celui-ci encore différent mais tout à fait séduisant, et puis encore deux autres que je n’ai pas lus non plus et qu’il faut que je découvre. Je ne suis pas sûre que l’on puisse se rendre compte de l’évolution de son écriture. De toute façon, si tu écoutes Jérôme qui a tout lu ou presque, tout est bon chez Stefansson ! Bref, mon commentaire ne t’a surement pas aidé.

      • Bien sûr que si : je sais désormais que je peux faire comme bon me semble et commencer par le premier qui me tombera sous la main ; ça n’a aucune espèce d’importance puisque de toute façon, ça sera un bon moment garanti.

  9. Curieux hasard ! Je lis ton billet alors que je suis devant « Echappées Belles en Islande » sur France 5 ! Les deux donnent bien envie de passer un moment en Islande, via la littérature d’abord, avant d’avoir la chance un jour d’y aller pour de vrai !

  10. Un titre très beau, et ton billet donne envie.

  11. luocine permalink

    je me suis tellement ennuyée au seul roman que j’ai lu de lui que je ne suis pas prête à retenter l’aventure, et pourtant j’aime beaucoup ton billet . Je me dis que je rate quelque chose mais tant pis pour moi!

  12. J’avais tellement aimé Asta ! je vais forcément lire celui ci !

  13. Je suis en plein dedans et je me régale !

  14. Je l’attaque la semaine prochaine si tout va bien, hâte! 🙂

  15. J’aime vraiment l’auteur. Du coup, je vais certainement finir par le lire!

  16. Là encore, depuis Asta, que j’ai trouvé bouleversant, je veux tout lire de lui.

    • Et tu ferais bien parce que cet auteur fait partie de ceux que je lis les yeux fermés… euh non, parce que ça serait difficile, disons, les yeux ouverts mais avec enthousiasme et surtout sans avoir rien lu sur le roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :