Aller au contenu principal

Le goût de la viande de Gildas Guyot

19 août 2020

 

Le goût de la viande

Gildas Guyot

Éditions In8

Octobre 2018

Lu en poche

212 pages

 

 

 

Âmes sensibles s’abstenir.

Ce livre commence d’abord par vous laisser dans la bouche un goût âcre, la scène d’ouverture (remarquable dans son écriture) est difficile à avaler parce qu’on vit ce que vit le personnage, on imagine très bien ce qu’il entend, ce qu’il sent, on a en bouche cette « chape grumeleuse et dégueulasse », « cet étrange magma ». D’ailleurs les 40 premières pages amènent plus d’une fois la nausée au bord des lèvres. Vraiment.

Il en faut du culot pour écrire un pareil roman (et premier de surcroît !), il ne faut pas avoir peur de faire fuir le lecteur… Parce qu’il faut avoir le cœur bien accroché sur certains passages.

Mais comme il serait dommage d’arrêter la lecture trop tôt. Ce roman est original, certes, mais surtout drôlement bien troussé. Il allie la qualité indéniable de l’écriture à l’humour noir de chez noir, l’art de conter à demi-mots à la causticité.

Hyacinthe Kergoulé est dans les tranchées, il échappe à la mort mais n’échappera plus à ce qu’elle aura fait de lui. Et il va nous dérouler le fil de sa vie tout au long de ces pages. Et on la suit avec avidité. Glauque ? Et bien non, ce n’est pas le bon terme. Dérangeant ? Sûrement. Mais surtout puissant. La culpabilité de l’homme qui revient vivant de la guerre (avec seulement un bras en moins) transpire dans tous les actes de cet homme. C’est ce que l’auteur traduit magnifiquement bien.

Un livre à conseiller à ceux qui ont le cœur solide et les boyaux bien accrochés.

Idée de lecture piochée chez Yv qui a énormément aimé. Keisha a goûté avec plaisir à cette viande-là aussi.

 

 

 

25 commentaires
  1. Balcon permalink

    J’ai lu ce livre , il y a 1 an , conseillée par une libraire et ce fut un choc terrible ! J’ai beaucoup apprécié cette lecture mais effectivement, il faut être accroché pour supporter donc j’ai toujours du mal à le prêter. Ravie de ton avis que je rejoins totalement.

  2. mais qu’est-ce que c’est que ce livre??? 😉 Bon, je suis toujours à la recherche de l’insolite donc je le note. Pas difficile de retenir le titre d’ailleurs.

  3. Ah cette lecture ne s’oublie pas! Et le deuxième roman de l’auteur va sortir en septembre;.. Si son écriture est la même, ça promet!

  4. aifelle permalink

    Je n’ai pas les boyaux bien accrochés, donc je vais faire l’impasse.

  5. luocine permalink

    j’imagine trop bien l’horreur , je ne vais pas me confronter à cette lecture, par manque de courage. Je fais au passage une remarque il faut donc attendre 100 ans pour que des écrivains décrivent avec réalisme l’horreur de la guerre de 14/18. « Les croix de bois » de Dorgeles qui a fait cette guerre et qui manquera de peu le prix Goncourt( il faut dire qu’il concourait en même temps que Marcel Proust) que j’ai lu dans ma jeunesse n’avait pas ce côté glauque. Pudeur des anciens combattants ?ou impudeur aujourd’hui de ceux qui n’ont fait aucune guerre et dont l’horreur la plus récente qu’ils aient vécue, est d’avoir dû sortir faire des courses avec des masques ?

    • On écrit aussi peut-être aujourd’hui avec moins de retenue, on ose dire les choses, même si elles ne sont pas belles à dire. En l’occurrence, ici, c’est la qualité de l’écriture qu’il faut souligner.

  6. je passe mon tour! trop dur par les temps qui courent 🙂

  7. A_girl_from_earth permalink

    Ah oui, je me disais bien que le thème me disait quelque chose. Repéré chez Keisha aussi mais avec une autre couverture. Pas dit que je m’y risque de si tôt mais sait-on jamais…

    • Tout à fait, je me souvenais bien de cette couverture ! Et j’étais ravie de voir qu’il était sorti en poche.

  8. J’hésite toujours, je dois être une âme sensible, sans doute….

  9. Vu le titre, je m’attendais à un essai contre la souffrance animale …. J’allais passer la lecture de ta note du coup (je n’ai rien contre les essais contre la soufrance animale, mais je sais que je les lirai pas, c’est pourquoi). Finalement, j’ai bien fait de te lire quand même, j’ai, en général, les boyaux bien accrochés et j’aime bien me coltiner du lourd. Pas tout le temps quand même ^-^

    • Oh alors il pourrait te plaire. Je n’ai pas lu d’avis négatifs. Bon, en même temps, je n’ai lu que très peu d’articles sur ce roman.
      Je ne lis pas d’essai contre la souffrance animale… 😉

  10. J’aime sortir de mes lectures habituelles et j’ai l’estomac bien accroché, je retiens!

  11. J’ai lu ton avis en diagonale parce qu’il est sur ma PAL, et je pense le lire bientôt. Ta première phrase suffit à me convaincre qu’il est pour moi, ceci dit…

  12. Je suis étrangement tentée, poussée par une forme de curiosité presque malsaine.
    Pourquoi pas…

    • Et tu ferais bien parce que l’écriture est hallucinante.
      Dis donc, quand tu passes sur mon blog, tu ne fais pas semblant… tu commentes tout ! J’adore. Repasse quand tu veux ! Tu es la bienvenue.

      • J’ai du mal à faire ça au quotidien mais je me fais des sessions lectures de chroniques carnet en main via une appli qui recense mes blogs « prescripteurs ». Et comme tu l’auras remarqué, ce matin, j’ai pris le temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :