Aller au contenu principal

Un roman de Pascal Manoukian, une BD de Younn Locard et Florent Grouazel

10 mai 2020

Un roman de Pascal Manoukian, une BD de Grouazel et Locard.

Deux lectures en un billet, le point commun : la différence.

De quelle manière les personnes dites « civilisées » traitent les populations locales, que ce soit au XIXème siècle en Nouvelle-Calédonie ou aujourd’hui en Amazonie. Vaste sujet, qui a le don de me mettre dans un état d’énervement indescriptible.

 

 

Publié au Seuil en janvier 2020

328 pages

 

 

 

« Les choses n’ont de valeur que celle qu’on leur invente ».

Le roman de Pascal Manoukian, auteur dont j’ai lu tous les livres, m’a étonnée. Cet auteur sait se renouveler. Dans ce roman, il s’appuie sur son vécu pour relater l’histoire d’un groupe d’Indiens isolés et au bord de la disparition totale, qui vit dans la forêt Amazonienne. Un homme, tel l’aviateur du petit prince, va s’écraser avec son petit avion dans la canopée. Recueilli par la tribu des Yacous, traité d’abord comme un animal, il va peu à peu apprendre à les connaître, pour vivre à leurs côtés jusqu’à ce qu’ils rencontrent les hommes qui exploitent (non pardon, qui détruisent) la forêt pour le bien-être des occidentaux.

J’ai aimé l’écriture fluide de ce roman qui m’a permis de passer quelques heures de lecture agréables au début de la période de confinement. La question de notre rapport à la nature est posée, notre société de consommation et la mondialisation sont épinglées. C’est un roman d’aventures, à l’allure légère, la situation inversée est cocasse, l’homme blanc est devenu l’animal sauvage, et le lecteur s’en amuse. Mais il émane de ce roman une réflexion grave sur l’Homme et sur ce qu’il dégage.

La suffisance des occidentaux qui possèdent les dernières technologies et qui regardent avec mépris et hauteur les peuples qui ne sont pas entrés dans  notre processus de destruction, est esquissée en contrepoint. Bien sûr que je n’aurais aucune envie de vivre comme cette tribu, parce que j’ai été élevée avec un mode de vie différent, mais est-ce une raison pour les juger ? Pour les exploiter ? Pour les humilier ? Pour faire de leurs femmes des putes et de leurs hommes des esclaves ? Pour les empêcher de vivre à leur manière, avec leurs croyances et leurs traditions ?

Le roman de Pascal Manoukian a le pouvoir d’ouvrir un chemin dans notre esprit, il allume des petites lumières dans l’obscurité de notre société mondialisée, prisonnière d’un capitalisme féroce.

Malheureusement, l’homme s’est toujours cru supérieur à d’autres hommes, à ceux dont il ne comprenait pas le mode de vie. L’homme occidental pense qu’il est plus sain de manger avec une fourchette et un couteau et ne tolère pas une façon différente de faire… Ce n’est qu’un exemple, à l’apparence anodine mais qui en dit long sur l’intolérance et l’arrogance.

Et ce dernier point permet de faire une transition entre ce roman et la BD de Grouazel et Locard.

 

Publié chez Actes Sud en novembre 2013

221 pages

 

 

 

« Je vais l’empailler ! C’est tout à fait faisable ! Ce sera une première ! »

Ici nous sommes en 1837, quelque part sur la côte de la Nouvelle-Calédonie. Les Français ont décidé de ramener en France, sur leur bateau, un spécimen, un sauvage, un sujet d’étude. Cette BD est extrêmement bien faite. C’est un huis-clos en mer. On ne sait d’où va venir le danger, tous ces hommes sur le bateau ont des raisons de détester Eloi ou de le défendre. Ceux qui le défendent, ne le font pas pour lui mais pour leur propre cause : la science, ou la religion. Cette BD m’a mis les nerfs en pelote. La bêtise humaine est grande, l’ignorance rend les hommes mauvais et sanguinaires.

Le graphisme en noir et blanc accentue la tension. J’ai, en revanche, été gênée à plusieurs reprises par l’aspect physique des personnages, j’avais du mal à les distinguer les uns des autres. Mais ce n’est qu’un détail qui ne m’a pas empêchée d’apprécier à sa juste valeur cette BD historique.

 

29 commentaires
  1. Bien contente de te lire sur Le Cercle des hommes et de voir que tu soulignes la gravité sous l’apparente légèreté. C’est intéressant et osé ce parti pris de Pascal Manoukian…

    • Tout à fait. J’aime bien l’écriture de Manoukian même si Les échoués reste mon roman préféré.

  2. les deux semblent très intéressants et complémentaires !

  3. Je n’avais pas vu passer ce roman, la Bd est aussi une découverte. Je vais voir si je peux la feuilleter.

  4. J’aime les romans de Manoukian, du moins les deux que j’ai lus. Il a le don, comme tu le dis si bien, d’allumer de «petites lumières dans l’obscurité de notre société mondialisée». Tu me donnes gravement envie de me plonger dans son dernier roman, qui m’était passé sous le nez.

  5. aifelle permalink

    Je n’ai pas encore lu Pascal Manoukian mais je vais le faire ; on ne dira jamais assez l’arrogance de l’homme blanc occidental à l’égard de tout. La BD est certainement intéressante aussi, mais c’est vrai que ça met franchement en colère.

    • Commence par Les échoués si tu n’as jamais lu Manoukian, si je peux me permettre de te donner un conseil.

  6. Comme toi j’ai lu tous les romans de Manoukian et avec celui-ci une fois encore, il nous surprend, nous fait réfléchir grâce à sa plume percutante. Un excellent roman et je serai au rendez-vous de son prochain livre c’est certain!

  7. J’avais adoré la plume et le ton de Manoukian dans Les Échoués.
    Je lirais bien celui-là.
    (Et je ne connais pas du tout cette BD.)

  8. Tiens, j’avais moi aussi cette BD dans ma PAL de confinement, mais je n’ai pas accroché, trop sombre et je n’aimais pas plus que ça le graphisme.

  9. Depuis Les Echoués, je me promets de lire un autre roman de Manoukian… merci pour la piqûre de rappel. Moins tentée par la BD.

  10. Je suis partagée… Ton avis sur le Manoukian est vraiment tentant (ne serait-ce que pour sa thématique), mais j’ai personnellement été déçue par les deux titres que j’ai lus de lui..

    • Ah ? Tu as lu Les échoués ? Mais si tu as été déçue, il se peut que tu le sois encore…

      • Oui, j’ai lu Les échoués et Ce que tient ta main droite t’appartient, et j’ai eu le même bémol pour les deux, l’impression que la volonté démonstrative de l’auteur prenait le pas sur l’intrigue, au dépens de sa crédibilité..

      • Pour le second je suis un peu d ‘accord avec toi, en revanche, pour le premier je n’ai pas ressenti ça du tout et j’ai beaucoup aimé l’écriture.

  11. luocine permalink

    Je comprends tes jugements sur la bêtise humaine et le roman de cet auteur que je ne connais pas me tente beaucoup ., visiblement tu en as déjà parlé sans que je le remarque!

  12. J’ai souvent des réactions épidermiques avec ce genre de roman… la BD me tente bien, même si ça m’énerve quand je ne démêle par les personnages.

  13. Je n’ai lu que le premier roman de Manoukian, il faudrait que je réitère l’expérience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :