Aller au contenu principal

La prière des oiseaux de Chigozie Obioma

29 janvier 2020

La prière des oiseaux

Chigozie Obioma

Traduit de l’anglais (Nigeria) par Serge Chauvin

Buchet-Chastel

420 pages

Lu sur liseuse

 

 

 

Chinonso, un éleveur de volailles du Nigeria va voir sa vie basculer le jour où il va empêcher une jeune femme de se suicider.

Cette histoire est une véritable tragédie en trois actes : l’amour, l’exil, le retour. La grande originalité de ce roman et ce qui m’a complètement séduite c’est que le narrateur n’est autre que le Chi du personnage principal (qu’il nomme « mon hôte »).

Le Chi ? Ca ne vous parle pas ? Vous voulez un petit éclairage ? C’est l’esprit protecteur de l’homme, dans la cosmologie Igbo. Sa petite voix intérieure.

Grâce à cette habile narration, le roman prend toute son envergure. Il est à la fois drôle, dépaysant, étonnant, sublime, tragique, terrible.

La construction participe aussi à cette belle réussite. On sait dès le début que le personnage a commis un acte grave (puisque le Chi veut intercéder en sa faveur auprès des divinités) mais on ne sait pas lequel et dans quelles circonstances, et bien sûr, notre curiosité n’en est que plus aiguisée. On ne l’apprend, bien sûr, qu’à la toute fin du livre.

Le langage très imagé, les croyances, les incantations du Chi, les « leçons » qu’il tire de son observation des hommes, tout est jouissif.

Cet auteur a un grand talent de conteur, il sait interpeller le lecteur, jouer avec les situations, faire rire son lecteur, il sait le surprendre, ou l’émouvoir. Combien de fois me suis-je exclamer à haute voix !… commentant ce que je lisais, hilare, terrassée ou interloquée.

Ce roman évoque la vulnérabilité de l’être humain qui, tel un papillon, est pris dans le filet du destin, sans pouvoir en sortir. Le filet n’est pas troué, les mailles sont bien serrées, et l’homme est ainsi prisonnier de son histoire. Le pouvoir de l’amour est décidément bien destructeur…

J’avais découvert cet auteur avec son roman Les pêcheurs que j’avais beaucoup apprécié. Lorsque j’ai vu que celui-ci était proposé sur Netgalley, je n’ai pas hésité une seconde et l’ai demandé. J’ai bien fait. Dépaysement assuré, plaisir de lecture total.

 

26 commentaires
  1. Je l’ai, celui-ci! J’hésitais, mais ravie de voir qu’il est bien… la narration avec le Chi m’intrigue au plus haut point!

    • Mais tu as tous les livres que je lis, toi ! En revanche, je pourrais entendre qu’on n’aime pas… La littérature africaine est tellement différente ! Mais tellement riche !

  2. Il me tente beaucoup, « Les pêcheurs » était vraiment un très bon roman… J’ai parfois eu du mal à accrocher avec la littérature africaine, mais pas dans ce cas-là.

  3. une de mes prochaines lectures! ce sera mon premier contact avec l’auteure que je connais bien de nom… Et je suis en train d’étoffer mes lectures africaines, jusqu’ici très limitées 🙂

  4. aifelle permalink

    Je ne suis pas très attirée par la littérature africaine, mais pourquoi pas. « Le pêcheur » a l’air d’avoir bien plu à tout le monde, je pourrais commencer par là.

  5. luocine permalink

    J’ai quelques bons souvenirs de romans africains en particulier quand il manie l’humour. Je me souviens du livre « Ma Mercedes est plus grosse que la tienne: roman » de Nkem Nwankwo qui m’avait beaucoup rire . Je vais le relire pour faire un billet sur Luocine et je garde ton titre en mémoire.

  6. Une lecture qui a l’air de faire du bien par son humour. Forcément, je note.

    • Ce n’est pas l’humour qui prévaut. C’est tout de même la descente aux enfers d’un personnage.Mais le fait qu’elle soit racontée par son Chi donne tout son sel à l’histoire.

  7. Après avoir lu ton billet sur « Les pêcheurs », je décide de commencer d’abord par ce dernier.
    Bien joué!

  8. Il est dans mes projets de lecture, je n’ai jamais lu cet auteur

  9. oh oui, ça me dirait bien! Jamais rien lu de l’auteur…

  10. Un plaisir de lecture total, ça ne se refuse pas !

  11. Je l’avais vu passer sans trop m’y attarder mais tu m’as donné envie d’y regarder de plus près 🙂

  12. je ne connais pas du tout cet auteur mais j’avoue que tu attises ma curiosité et mon envie. Et puis ce n’est pas tous les jours qu’en France on ait accès à la littérature du Nigéria !

    • Ca change de lire un peu de littérature africaine, ça dépayse et ça cultive et ça ouvre l’esprit.

  13. Un auteur qu’il faut que je découvre! Celui-ci semble faire l’unanimité, je me le suis noté 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :