Aller au contenu principal

Ce que l’on sème de Regina Porter

18 janvier 2020

Ce que l’on sème

Regina Porter

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Laura Derajinski

2019

360 pages

 

 

 

 

Titre prometteur… Les graines que l’on sème chez les êtres humains, on le sait, peuvent ressurgir un  jour ou l’autre dans la descendance. Les traumatismes des uns et des autres se transmettent, souvent inconsciemment. A travers l’histoire de deux familles, l’une blanche, l’autre noire, Regina Porter trace de manière originale le parcours de personnages singuliers. Les deux familles vont s’entrecroiser, et même fusionner à travers un mariage. Les uns vont côtoyer les autres au hasard d’un déménagement, de relations amoureuses homosexuelles ou hétérosexuelles. Les histoires qui nous sont contées s’entremêlent habilement, les événements s’éclairant (ou pas) les uns les autres au fil des pages.

Les photos qui parsèment le texte donnent une authenticité aux propos de l’auteure. Elles jalonnent les lieux, comme autant de repères spatio-temporels réels qui permettent d’illustrer l’histoire des personnages au sein de l’Histoire des Etats-Unis.

Des doses d’humour, des narrateurs différents et crédibles, une écriture dynamique et variée. C’est une peinture impressionniste qui se déroule sous nos yeux. Impression en noir et blanc.

Mais j’ai parfois été perdue dans le dédale de toutes ces histoires et je me suis souvent référée à la présentation des personnages de la première page. Lorsque j’ai découvert l’histoire d’Eloise, je suis revenue en arrière, pour vérifier que je l’avais déjà croisée (et un peu oubliée), mais sous un autre angle. Tout s’enchâsse, cela donne un effet kaléidoscopique. Chaque chapitre est passionnant mais on a du mal à les relier entre eux. Ce serait mon plus gros bémol. Les chapitres se répondent, se font écho les uns aux autres. Mais j’avoue ne pas toujours avoir saisi où l’auteure voulait m’emmener. Et on ne peut pas dire non plus que l’histoire des Etats-Unis soit fouillée, elle est effleurée, elle situe le contexte (la guerre du Viêt-Nam, la mort de Martin Luther King, la ségrégation raciale, la difficulté de se réinsérer dans la vie après avoir participé à la guerre, jusqu’à la présidence d’Obama tout juste citée). L’accent est davantage mis sur les relations entre tous ces personnages.

Je suis restée un peu sur ma faim même si j’ai aimé croquer chaque tranche de vie comme des parts d’un trop gros gâteau.

 

C’est Kathel qui m’a donné envie de lire ce roman.

31 commentaires
  1. Tout à fait en phase avec ton ressenti… d’ailleurs, j’avais renoncé à écrire le mien après lecture. Un peu lassée par cette mode des romanciers américains de la construction éparpillée façon puzzle surtout quand on finit par s’y perdre comme ici (alors que j’ai souvent beaucoup aimé ça).

    • Parfois, ça marche comme pour le Tommy Orange, que j’ai apprécié, parfois ça fonctionne moins bien, comme ici.

  2. J’aime beaucoup les romans où les personnages s’entrecroisent… même quand c’est un peu mêlant. Par contre, les photos me font peur… c’est une histoire vraie?

  3. il devrait me plaire…

  4. Il me tentait beaucoup. Je l’ai feuilleté en librairie et je l’ai reposé. Mon instinct était bon!
    Le manque de liant m’aurait agacée…

    • Si tu l’as feuilleté puis reposé, c’est qu’il ne te tentait pas. Tu ne sauras donc pas s’il t’aurait plu… 😉

  5. Kathel, et d’autres, m’ont fait envie aussi, et je crois que je vais tenter, malgré tes bémols. Je retiens en revanche qu’il est prudent de prendre des notes en cours de lecture..

    • Des notes peut-être pas mais le recours à la liste des personnages au début du livre, est indispensable.

  6. luocine permalink

    Je n’aime pas me perdre dans les romans pourtant ce que tu me dis me tente . Sauf que …j’ai tant de retard dans mes lectures que j’hésite beaucoup à en rajouter.J’attends les coups de cœur absolus que je ne dois en aucun cas rater .

  7. J’ai le même avis que toi sur ce livre, je me suis perdue dans cette histoire qui aurait pu être si belle. Merci 🤔🤗

  8. aifelle permalink

    Vous êtes plusieurs à dire que vous vous êtes perdues, ce n’est pas très engageant.

  9. A_girl_from_earth permalink

    Je l’avais noté chez Kathel aussi et je reste curieuse de ce roman mais je note tes bémols.

    • Et tu as bien raison de rester curieuse. Chaque chapitre indépendamment des autres m’a bien plu, c’est le lien entre certains personnages que j’ai eu du mal à faire.

  10. Delphine Olympe permalink

    Tout à fait la même perception de celle Kathel, si je me souviens bien…

  11. Oh, mais je croyais avoir commenté ! Pour dire aux indécis qu’ils peuvent tenter s’ils n’en ont pas soupé des romans familiaux américains de style choral… Point trop n’en faut, je ne pourrais pas lire que ça ! 🙂 Celui-ci a dû passer au bon moment ! (par contre, j’ai commencé Ici n’est plus ici et pas accroché du tout : je pense que c’est à cause du style assez oral, souvent je bloque sur ce genre d’écriture… sinon, le roman choral m’aurait plu.

    • Ah bah non, tu n’avais pas commenté, à mon grand désespoir ! C’est amusant, moi, en revanche, j’ai mieux accroché au roman de Tommy Orange, pour le sujet sûrement !

  12. (j’ai abandonné le tommy Orange)
    Bon, celui dont tu parles est dans ma liste, on verra.

  13. Un peu indigeste, alors ?

  14. Je n’aime pas les romans où je me sens trop perdue au milieu d’un trop grand nombre de personnages, et hélas, j’ai l’impression que c’est de plus en plus souvent le cas.

  15. Il lui manque un petit quelque chose à ce roman on dirait.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :