Aller au contenu principal

Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin Mc Arthur

27 septembre 2019

Les femmes de Heart Spring Mountain

Robin Mc Arthur

Traduit de l’américain par France Camus-Pichon

Albin Michel

30 janvier 2019

351 pages

 

 

 

Vale à la recherche de sa mère disparue lors du passage de l’ouragan Irene, part sur les traces de ses ancêtres, soupçonne son arrière arrière grand-mère d’être indienne, et se trouve ainsi, si ce n’est une identité, tout au moins une filiation.

A travers leurs histoires croisées sur plusieurs générations, les femmes sont à l’honneur dans ce roman. Les hommes un peu moins. Ils jouent, malgré tout un rôle important, dans la mesure où ils transmettent la vie, ils sont des pères, des amants, mais ils sont aussi des êtres de passage, nul homme ne reste à Heart Spring Mountain, la montagne des femmes.

De courts chapitres alternent les voix des unes ou des autres et révèlent peu à peu leurs secrets. Malgré les en-têtes, j’avoue avoir été un peu perdue (surtout au début) entre les différents personnages et surtout entre les liens qui les unissent. Je revenais sans cesse en arrière pour préciser le lien de parenté : mère, grand-mère, belle-fille etc… Mais qui est qui ? D’autant plus que l’auteure prend son temps pour révéler ces fameuses relations entre toutes ces femmes et surtout mélange allègrement les époques. Autant, le personnage de Lena (la plus lumineuse de toutes) a réussi à me toucher, autant je suis restée à distance des autres. Pendant la moitié du roman je ne me sentais pas concernée, ni émue par les diverses histoires et puis peu à peu, elles se sont densifiées, les fils entrelacés ont commencé à tisser de véritables pans de vie, et l’émotion a commencé à surgir. Mais un peu tard.

L’écriture ne m’a pas foudroyée, les chapitres centrés sur Lena me semblent les plus aboutis, ce sont d’ailleurs les seuls à la première personne. Les autres chapitres ont gagné en intérêt au fil des pages mais parce qu’ils révélaient des choses sur Lena, ils n’ont pas permis aux autres personnages de s’épanouir pleinement.

Je ressors assez frustrée de cette lecture qui ne m’a pas apporté tout ce qu’elle laissait espérer.

 

24 commentaires
  1. Tout à fait d’accord avec ta lecture, je m’étais d’ailleurs sentie bien seule au milieu d’un concert de louanges à sa sortie…

    • Oui j’ai relu ta critique et mon commentaire… visiblement nous avons eu le même ressenti face à ce texte.

  2. J’ai tellement de romans à lire que vu tes bémols, je vais passer…

    • C’est vrai que nous n’aurons pas assez d’une vie pour lire tout ce qu’on veut lire. Alors il faut bien faire l’impasse sur beaucoup de titres.

  3. Mouais… dommage! Je l’avais repéré mais n’en avais pas fait une priorité!

    • Moi aussi je n’en avais pas fait une priorité mais je suis tombée dessus par hasard à la médiathèque et je l’ai pris.

  4. Bah mince alors. J avais très envie de le lire ayant eu un gros coup de cœur pour son reccueil de nouvelles. Bon et sinon ravi de t’avoir revu hier !!

  5. Je me le suis procuré suite à l’avis enthousiaste de Marie-Claude, et je l’ai prêté à une collègue sans le lire. Elle m’a fait un peu les mêmes retours que toi : elle a eu du mal à y rentrer, et elle aurait aimé que les personnages soient traités plus e profondeur…. A voir…

    • Ah, Marie-Claude avait été enthousiaste, je ne m’en souviens pas mais c’est peut-être suite à son avis que je l’avais noté… Je vais relire de ce pas sa critique.

      • Ouh là! Quel dommage… mais je peux très bien comprendre. C’est étrange, parfois, le ressenti. Avec du recul, je réalise que mon enthousiasme a été teinté par ma lecture de son recueil de nouvelles, que j’avais adoré. J’ai certes aimé son roman, mais moins que son recueil. Je lui suis loyale! Son roman ne m’aurait assurément pas fait le même effet si je ne la connaissais pas avant, avec son recueil.

      • Ah ! C’est bien de le reconnaître ! 😉 Il ne me reste plus qu’à découvrir son recueil de nouvelles. C’est amusant, tu commentais chez moi pendant que je lisais et commentais succinctement chez toi !

  6. A_girl_from_earth permalink

    Non mais ce qui est bien, c’est que ça fait une tentation de moins.:) J’aurais pu aussi me laisser porter par l’enthousiasme et la curiosité. Merci de m’éviter ça.

  7. aifelle permalink

    Le genre de roman où il faudrait faire un arbre généalogique dès le départ, pour s’y référer ensuite ..

    • Même pas… parce qu’il y a un personnage qu’on ne pourrait placer pendant un petit moment… Et en plus, il n’y a pas tant de personnages que ça, mais je n’ai pas réussi à les fixer. Alors que dans le livre de Tommy Orange il y en a bien plus, mais ils devaient être plus marquants parce que cela m’a posé moins de problèmes.

  8. Un titre sans grande originalité, j’ai l’impression que ce type de construction se propage dans la littérature américaine du moment. Ce n’est pas toujours utile en plus.

  9. J’ai lu d’excellents retours, d’autres moins bons comme le tien, il m’attend donc il va falloir que je me lance pour me faire mon propre avis 😉

  10. Je vais suivre ton avis déçu, ainsi que celui de Kathel. Je m’abstiendrais.

  11. luocine permalink

    je vais essayer de me procurer ses nouvelles qui ont l’air bien meilleures.

Répondre à krolfranca Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :