Aller au contenu principal

La sérénade d’Ibrahim Santos de Yamen Manai

2 janvier 2019

La sérénade d’Ibrahim Santos

Yamen Manai

Elyzad  première édition 2011

Elyzad poche 2018

236 pages

 

 

 

 

Ma bibliothécaire m’a mis ce petit roman dans les mains en me demandant de le lire avant la venue à la bibliothèque de l’auteur en février.

Quelle belle découverte !

Yamen Manai nous conte une histoire que l’on n’a pas envie d’oublier. Santa Clara, une petite ville fondée par une bande d’ivrognes, vit loin de toute communication avec le reste du pays. On y produit le meilleur rhum qui soit, les sérénades d’Ibrahim Santos prédisent la météo, ainsi les cultivateurs de canne à sucre adaptent-ils leur travail dans les champs aux paroles du musicien. C’est magique, et c’est authentique. Mais voilà, un jour, tout cela va tourner au vinaigre (du rhum qui tourne au vinaigre, quel gâchis !), lorsque le dictateur du pays (dont les habitants du village ignoraient l’existence) va goûter et aimer ce fameux rhum…

Grâce à une très belle langue, l’auteur, au travers de cette fable, va dénoncer les dérives du pouvoir dictatorial révolutionnaire et l’appauvrissement des cultures par l’utilisation abusive des pesticides et des engrais.

Conte philosophique, écologique, ce texte est beaucoup plus profond qu’il n’y parait. Et il produit un bonheur de lecteur incommensurable.

Une gitane qui lit dans le marc de café, un musicien qui prédit la météo, un soupçon de magie, un petit morceau de bon sens, quelques situations cocasses pas piquées des vers, des cochons, un idiot du village armé d’une trompette, … il n’en faut pas plus (et c’est déjà beaucoup) pour succomber aux charmes de ce livre.

Je vous le recommande chaudement, très chaudement ! Et en janvier, ça réchauffe !

Cerise sur le gâteau, cela m’a permis de découvrir une petite maison d’édition tunisienne.

Et maintenant, j’attends ses deux autres livres dont le dernier qui est, parait-il, magnifique !

 

38 commentaires
  1. J’avais beaucoup aimé ce roman, c’est super que tu puisses rencontrer l’auteur 🙂

  2. Je me souviens l’avoir repéré il y a quelques années en grand format, avec une contrebasse rouge en couverture, mais il n’était pas dans mes bibliothèques.
    Je note de chercher la version poche !

  3. A_girl_from_earth permalink

    Effectivement, on dirait bien qu’on t’a mis entre les mains une petite pépite ! Ça me tente beaucoup. Bon, moi mes bib’ ne l’ont pas, je viens de vérifier. Quels nuls !

  4. Je vais voir si je peux le trouver ici… je ne connais pas du tout la maison d’édition. Mais tu es hyper tentante!

  5. aifelle permalink

    Un auteur que je ne connais pas du tout ; je note, il a l’air intéressant.

  6. Connais pas du tout (tu nous raconteras la rencontre?)

  7. Je suis super contente ! J’ai chroniqué ce titre il n’y a pas très longtemps, c’est de mes coups de coeur de cette année, un vrai … Mon article a dû être dans les moins lus du blog sur l’année ! ^-^ Alors oui, c’est super que tu donnes envie de lire ce conte philosophique et écologique, mais pas que, et qui laisse un goût de bonheur, c’est vrai ( et pourtant ….).
    Bonne rencontre avec l’auteur ( vu à Saint Malo l’année dernière et qui parle aussi bien qu’il écrit ! Et en plus, il a un sourires des plus charmants …) Veinarde

  8. Je ne connais pas ce titre mais j’adore cette maison d’édition !

  9. encore une tentation à l’horizon!

  10. Excellent, et bien, l’annee 2019 est prometteuse 😉

  11. Merci pour cette découverte.

  12. Jamais entendu parler. Mais on peut dire que tu mets l’eau à la bouche !

  13. Voilà un billet plein d’enthousiasme, qui donne immédiatement envie de lire ce livre ! Je connais cette petite maison d’édition grâce à une jeune libraire qui en fait la promotion. Les couvertures sont aussi tentantes que celles des éditions Zulma. C’est dire !

    • Et bien cette jeune libraire fait bien son travail ! C’est intéressant de découvrir de nouvelles maisons d’édition loin des dinosaures immuables.

  14. C’est drôle, j’ai également découvert cette maison, qui soigne vraiment ses livres, le mois dernier, avec un remarquable petit livre de Michelle Perrot sur les femmes rebelles – Olympe de Gouges, Flora Tristan et George Sand.

  15. Très tentant. J’ai découvert l’an dernier seulement cette maison d’édition et les deux romans lus jusqu’à maintenant ont été des coups de coeur. Plutôt bon signe!

    • Je veux leurs noms !!! Euh pardon, j’aimerais bien connaître les titres, s’il te plait…

      • Morte de rire! Alors, il s’agit de « Parle à ta mère » de Leïla Sebbar et de « Ouatann » d’Azza Filali. Il y en a un de plus! J’ai aussi lu « La Houlette » de Kamil Hatimi, dont je garde un très bon souvenir…

      • Oh merci beaucoup !

  16. Il a tout pour plaire ce roman… merci pour ce coup de coeur ! 😉

  17. hop hop hop je note

Trackbacks & Pingbacks

  1. L’amas ardent de Yamen Manai | Le blog de Krol
  2. La blogo vous conseille… ou les derniers coups de coeur du web #6 – Les lectures d'Antigone

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :