Aller au contenu principal

Eden springs de Laura Kasischke

20 novembre 2018

Eden Springs

Laura Kasischke

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy

Page à page

2018

170 pages

 

 

 

Dans la série « je navigue de déception en déception », je vous présente le dernier Kasischke. Une auteure qu’on aime ou qu’on déteste. Personnellement, j’ai aimé les 6 romans que j’ai lus, vraiment beaucoup aimé pour certains d’entre eux.

Donc, je me suis dit en prenant en main ce dernier ouvrage paru en France, « là, je vais enfin sortir de ma série noire ! » Que nenni !

Cet ouvrage ne manque pourtant d’intérêt. Pour la première fois, Laura Kasischke s’inspire d’un fait réel. Au début du siècle dernier, aux Etats-Unis, un prédicateur promet la vie éternelle à ses adeptes. La communauté qu’il a fondée vit de la vente de fruits de leur verger et d’un parc d’attractions ouvert à tous. Seulement voilà, un beau jour, alors qu’il croyait enterrer une femme de 68 ans, sur le terrain de la communauté, un fossoyeur s’aperçoit qu’il descend en terre un corps de jeune fille.

Laura Kasischke retrace l’histoire de cet homme et de sa communauté à l’aide d’extraits de journaux, de témoignages, de photos, et elle y insère sa propre vision des choses, d’une manière tantôt poétique, tantôt à travers des dialogues savoureux, ne livrant que des bribes de l’histoire, comme une mosaïque dont le lecteur a, malheureusement, bien du mal à assembler les morceaux cassés.

J’ai eu un fort sentiment d’insatisfaction, n’ayant qu’une vision impressionniste de l’histoire, et non globale. On sent bien que les jeunes filles ont une adoration sans borne pour Benjamin  Purnell (le prédicateur), on ne sait rien de ce que pensaient les hommes (il y en avait pourtant), on n’apprend pas grand-chose sur Lena Mc Farlane, celle qui a fait des révélations, on navigue à vue.

J’ai donc eu beaucoup de mal à m’intéresser au roman. L’auteure avait pourtant de quoi développer ses thèmes de prédilection : l’adolescence, le rapport à la mort, l’étrangeté des situations mais ici, ce n’est pas abouti.

 

 

29 commentaires
  1. Décidément, c’est une malédiction ! En ce qui me concerne, je suis mitigée sur cette auteure, j’ai aimé certains titres, mais je trouve qu’elle a tendance à verser dans la caricature..

  2. J’ai justement lu les 10 premières pages de ce livre aujourd’hui à la médiathèque et je l’ai finalement reposé sentant que je n’accrochais pas vraiment…
    D’elle, je n’ai lu qu’Esprit d’hiver que j’avais beaucoup aimé.

  3. Bonjour Krol, trois déceptions d’affilée, cela fait beaucoup. J’espère que le mauvais sort en matière de lecture va s’arrêter. Allez courage. Bonne journée.

  4. aifelle permalink

    Je n’en ai pas lu beaucoup de cette auteure ; j’en ai beaucoup aimé un, moins un autre .. mais je la relirai, c’est certain.

  5. Aïe aïe aïe je crois qu’il est temps que tu fasses un petit tout sur TLivresTArts pour y repérer l’un de mes coups de ❤️ Ça ne peut pas durer comme ça 🤔 et on va bien finir par te séduire 😉

  6. Avec cette auteur, j’en suis à Un détesté, Un qui passe…

  7. J’ai lu un seul roman de cette auteure, sans arriver à me souvenir ni du titre ni de l’intrigue. Je crois que ce n’est pas bon signe…

  8. C’est une auteure dont j’aime beaucoup les romans, d’habitude, mais là, le genre collage de documents et de textes, c’est une forme qui me plaît rarement, très rarement !

  9. Pareil que Keisha !

  10. Elle en a beaucoup parlé au festival America.

    • Ah ! j’aurais bien aimé l’entendre. Tu vas le lire ?

      • Sincèrement je ne sais pas, d’autant plus que tu n’as pas l’air enthousiaste. il faut dire que les critiques sont mitigées. je lirais bien d’autres ouvrages sur le thème. Au cours des conférences, les intervenants ont cité d’autres auteurs sur le sujet qui me tentent peut-être plus. Notamment une canadienne dont j’ai oublié le nom (mais je l’ai noté quelque part).

  11. Je fais partie de ceux qui n’aiment pas du tout Kasischke, je comprends donc parfaitement ta déception 🙂

  12. j’ai beaucoup aimé « Esprit d’hiver » mais un peu déçue par « Un oiseau blanc dans le blizzard » depuis je n’ai plu rien lu de cette auteure j’en ai quelques uns dans ma PAL, mais il n’y a pas le feu 🙂

  13. Une auteure que j’apprécie également. Mais sur ce coup-là, ma PAL te remercie.

  14. Inconditionnelle de Kasischke, c’est le premier roman qui m’a (beaucoup) déçue … Je le trouve inabouti, comme toi, alors qu’il y avait matière à développer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :