Aller au contenu principal

Asta de Jon Kalman Stefansson

21 octobre 2018

Asta

Jon Kalman Stefansson

Traduit de l’islandais par Eric Boury

Grasset

489 pages

 

« Certains trouvent le monde plus beau quand il pleut, d’autres affirment que le ciel semble empli de larmes, ce qui les attriste. Qui a raison, qui a tort ? »

 

Quel texte ! Ouh la la ! J’ai adoré et j’aurais aimé que le livre soit bien plus long ! J’ai freiné des deux pieds cent pages avant la fin, ne souhaitant pas sortir de cet univers, de cette narration. J’ai pris mon temps pour déguster les dernières pages. J’ai étiré le temps.

Tout a été écrit sur l’amour ? Et bien non. Stefansson réinvente ce terme galvaudé et qui peut parfois refléter tant de niaiseries. Helga, Asta, deux personnages passionnés, qu’on aime à la folie et qui aiment à la folie mais qui sont incapables d’aimer avec mesure. Ce sont des passionnées, des femmes pleines de souffrance, de vie.

J’ai aimé me perdre (mais pas tant que ça) dans la narration éclatée, au gré des souvenirs qui abreuvent le cerveau d’un homme tombé d’une échelle. Eclatée parce que notre cerveau ne cesse d’osciller entre le présent et nos passés multiples, parce qu’une image en appelle une autre… souvenirs qui se mêlent aux hallucinations d’un homme qui se meure.

« Si tant est que ça l’ait été un jour, il n’est désormais plus possible de raconter l’histoire d’une personne de manière linéaire, ou comme on dit, du berceau à la tombe. Dès que notre premier souvenir s’ancre dans notre conscience, nous cessons de percevoir le monde et de penser linéairement, nous vivons tout autant dans les événements passés que dans le présent. »

Posez-vous un instant, laissez vos pensées vagabonder et vous constaterez qu’elles vont et viennent dans le temps sans aucun respect chronologique.

Asta regrette, toute sa vie, elle regrettera, toute sa vie, elle accumulera les regrets de n’avoir pas su, pas su dire à sa nourrice qu’elle l’aimait, pas su aimer, se laisser aimer par, un père, un amant, une fille, une mère. Asta est l’image même d’une défragmentation, Asta nous explose à la figure, Asta a touché ce qu’il y avait de plus profond en moi. Je me suis délectée de chaque mot, de chaque page, j’avais même l’impression que certains passages étaient écrits pour moi, n’est-ce pas là le summum de la réussite romanesque ?

« Pour tromper le monde, je m’habille avec élégance chaque fois que je sors. J’allume mon sourire. Je maquille un peu ma tristesse puis je mets mes lunettes de soleil pour que personne ne remarque ton absence au fond de mes yeux. »

Stefansson écrit l’amour, la difficulté d’aimer, de le dire, de le vivre. Les personnages croisés ça et là sont aussi touchants les uns que les autres, aussi fragiles, comme cette vieille femme qui ne se réveille pas toujours à la même époque ou comme son fils si cruellement proche d’elle, si aimant, si empli de désarroi.

C’est beau, je me suis régalée sans retenue, avec démesure, j’avais l’impression de me nourrir. J’ai tout aimé sans restriction, sans bémol, tout.

J’ai aimé les incursions de l’auteur, les titres des chapitres, les pointes d’humour mais aussi la détresse, la poésie des mots, et la justesse des réflexions, le regard porté sur le monde.

C’est passionné, c’est passionnant, c’est vivant.

Et des paroles qui semblent évidentes et que je n’ai pourtant jamais lues, notamment sur « avoir hâte », hâte de vivre, hâte de se réveiller auprès de l’être aimé, et pourquoi pas hâte de découvrir un nouveau roman de Stefansson !

Ce roman est sans conteste possible le plus beau de la rentrée littéraire (parmi ceux que j’ai lus bien sûr !)

Jérôme a de nouveau été conquis par un auteur dont il a tout lu, Moka a découvert Stefansson avec ce titre, et elle en parle magnifiquement bien. Folavril a trouvé que c’était un roman d’une beauté renversante, Fanny s’est laissé prendre par les phrases poétiques et sensibles.

 

 

 

Publicités
48 commentaires
  1. je crois que je ne peux que noter!

  2. Comment se fait-il que je n’ai jamais noté cet auteur ?! Je répare immédiatement cet oubli…

  3. Je l’avais mis dans mes choix pour les MRL mais j’ai reçu L’Ecart (ce que je ne regrette pas)… Il fera partie de mes rattrapages de fin d’année, j’aime me choisir une lecture spéciale et belle pour la bascule d’une année à l’autre et je crois que ce sera celle ci 🙂

  4. je viens de me le procurer, il me faisait de l’oeil depuis la rentrée! il était dans mes choix pour les MRL mais j’ai eu « Trois fois la fin du monde » de Sophie Divry qui m’a bien plu…

    • Je n’ai pas trop aimé Trois fois la fin du monde… Asta a plus de profondeur, de corps, d’âme.

      • je l’ai aimé, mais ce n’est pas un coup de foudre… J’avais choisi aussi « La vraie vie » que j’ai fini par m’acheter et bonne surprise

  5. tu m’as convaincue !! je vais essayé de me procurer ce livre…

  6. aifelle permalink

    Je n’ai pas encore lu cet auteur, mais je suis très tentée ; j’attends celui-ci avec impatience à la bibliothèque.

    • C’est le troisième roman que je lis de l’auteur. Je me demande si ça n’est pas mon préféré…

  7. Qu’est-ce que je regrette de ne pas avoir été envoûtée par ce récit qui a conquis tant d’entre vous ! Pour ma part, je l’ai trouvé trop lent, trop brouillon… Quand je lis la critique dans LIRE de quelqu’un qui a été subjugué, mais qui a mélangé tous les personnages, je me dis que j’aurai peut-être dû me laisser porter par la poésie, quitte à ne pas tout comprendre de l’histoire… ou pas.

    • Je viens de laisser un commentaire sur ton blog… La confusion dans la critique de Lire m’étonne…

  8. Pas de souci, il est dans mes deux biblis, je saurais y penser! (déjà noté, d’ailleurs!)

  9. Comment ne pas être charmé? 🙂 Heureuse de lire un si beau billet!

  10. A_girl_from_earth permalink

    Malgré ton enthousiasme contagieux et motivant, je crains fort que ce roman ne soit pas pour moi à cause précisément de la thématique centrale. Pas convaincue d’être perméable à la beauté de son traitement par l’auteur.^^

    • Si tu le penses, alors, ne pas le lire… Je comprends fort bien, il y a tellement de livres que d’autres lecteurs aiment et que je sais ne pas être pour moi !

  11. Quel enthousiasme! Si je n’avais pas déjà un de ses romans dans ma bibliothèque, je courrais me l’acheter.

  12. Il semble faire l’unanimité.

    • Pas tout à fait, j’ai lu deux critiques non pas négatives, mais de lecteurs qui n’ont pas été séduits.

  13. Idem, je me dois de réparer cet oubli, tu m’as convaincue !

  14. Et bien quel enthousiasme ! Tu me donnes vraiment envie !!!

  15. C’est aussi mon grand coup de coeur.

  16. Quel auteur, mais quel auteur ! Il construit au fil de ses romans une oeuvre incroyable de beauté, de profondeur et d’humanité. Et puis quelle écriture ! (et quelle traduction d’Eric Boury !)

  17. luocine permalink

    je te sens rarement aussi enthousiaste rien que pour cela je sais que je dois le mettre dans une liste et ne pas l’y l’oublier.

    • Cela m’arrive d’être enthousiaste mais pas tous les jours… 😉 C’est vrai que ce roman m’a particulièrement touchée.

  18. Mais, mais, mais… je le veux ! Je l’avais mis un premier choix pour les matchs mais ce n’est pas celui que j’ai reçu. Une chose est sûre, je le lirai, depuis le temps que je veux découvrir cet auteur !

  19. Il fait l’unanimité! Mais j’ai abandonné La Tristesse des anges alors est-ce pour moi??

  20. Je n’ai jamais lu l’auteur. Je crois bien que je le découvrirai avec ce titre qui semble faire la quasi unanimité.

  21. Bonjour Krol, quel enthousiasme! Je note même si j’en ai d’autres à lire avant. Bonne journée.

  22. Il faut tout lire de cet auteur (chouchou)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :