Aller au contenu principal

A son image de Jérôme Ferrari

2 septembre 2018

A son image

Jérôme Ferrari

Actes sud

Août 2018

219 pages

 

«Sur les photographies, les vivants mêmes sont transformés en cadavres parce qu’à chaque fois que se déclenche l’obturateur, la mort est déjà passée.»

 

 

Antonia, après avoir fixé pour l’éternité un mariage, retrouve un légionnaire qu’elle a rencontré pendant la guerre en ex-Yougoslavie. Ils passent une partie de la nuit à parler. Elle décide de rentrer juste après, épuisée. Sa voiture fait une embardée sur une petite route corse et bascule au fond d’un précipice. La célébration funèbre de la jeune femme sera propice à une réflexion sur le rôle de la photographie, à  l’évocation du nationalisme corse, et à l’échec d’une vie écartelée entre le désir d’être et de faire et la réalité.

Le titre, ambivalent, résume à lui seul le contenu du roman : la photographie et la religion. Le rapport de l’homme avec Dieu, de l’homme avec l’homme, de l’homme avec la société, de l’homme avec la guerre, Jérôme Ferrari confronte la vie et la mort dans un style irréprochable. J’ai aimé cette musique-là, celle des longues phrases qui résonne longtemps dans notre esprit, celle qui touche le cœur et l’âme, parce qu’il y a quelque chose de mystique dans ce texte.

Dans chaque chapitre, des photographies sont décrites comme si on les voyait. Les mots au service des images. Celles d’Antonia, fictives, et puis celles bien réelles de photographes cités à la fin du livre. Quant à Gaston Chéreau et Rista Marjanovic, deux photographes du début du vingtième siècle, ils ont donné lieu aux deux chapitres les plus passionnants du livre (selon moi) et ont permis à l’auteur de développer une réflexion sur la photographie de guerre.

« … il n’a pas seulement pris la photo d’un soldat famélique à l’agonie mais il a capté une fois pour toutes, en une seule image saisissante, le visage du siècle. »

Il y a la photographie pour rendre compte, pour sortir les gens de leur ignorance, pour informer, celle qu’Antonia aimerait faire et puis la photographie de complaisance (que l’on prend au grand angle pour qu’il y ait le plus possible de personnes dessus, personnes qui seront contentes de se retrouver là, fixées dans un journal local), celle qu’elle déteste mais qu’elle fait malgré tout, et qu’elle délaissera juste le temps d’aller en ex-Yougoslavie (pour son compte personnel).

« Le parrain d’Antonia faisait le tour du cercueil, l’encensoir à la main, en pensant que jamais plus il ne voulait porter en terre quelqu’un qu’il avait connu enfant. S’il restait ici, il lui faudrait pourtant le faire à nouveau. Car rien ne changeait, rien ne cessait, rien ne commençait.»

Jérôme Ferrari dont je n’avais encore jamais rien lu, m’a charmée.

 

Publicités
36 commentaires
  1. aifelle permalink

    Je n’ai rien lu encore de lui. Ses thèmes ne m’attirent pas beaucoup.

  2. Je ne l’ai pas encore lu non plus !

  3. J’avais lu de lui Le sermon sur la chute de Rome, que j’avais plutôt aimé. Celui-ci me tente assez.

  4. J’ai lu Un dieu, un animal de cet auteur, dans lequel on retrouve un peu les mêmes thématiques, si je me souviens bien. Le principe est sur ma PAL, je l’avais commencé puis reposé sur mes étagères, le début en est un peu abrupt…

  5. Pourquoi pas pour le thème ? Je n’ai rien lu de cet auteur non plus

  6. Je lis une série de romans en lien avec la photo en ce moment. Je note ce titre (mais pas tout de suite). J’ai beaucoup beaucoup aimé Oµ j’ai laissé mon âme (si tu cherches un autre titre).

  7. J’ai lu « Le sermon sur le chute de Rome » qui ne m’a tellement plu, donc pas trop envie de retenter l’expérience avec l’auteur 🙂

  8. Autist Reading permalink

    J’ai lu plusieurs titres de cet auteur, à chaque fois avec bonheur. Je trouve la lecture de ses romans exigeante mais très gratifiante.

  9. Après Le sermon sur… j’avais dit que je le relirais, cet auteur…

  10. Je garde un souvenir marquant de ma lecture  » un dieu, un animal « , je crois que je ne vais pas pouvoir résister à celui ci !

  11. J’ai tout lu de lui, et tout aimé. Celui-ci attend son tour, tu penses bien 😉

  12. Bonjour Krol, pas plus tentée que cela par ce roman. Je reconnais que Ferrari écrit bien (Le serment sur la chute de Rome) mais ce qu’il raconte ne m’intéresse pas trop. Bonne journée.

  13. luocine permalink

    encore un billet très attirant, surtout que j’aimebien cet auteur .

    • Et pourtant, j’en ai entendu une très mauvaise critique au Masque et la plume… Heureusement, après l’avoir lu et aimé.

  14. Un auteur que j’apprécie. Titre noté.

  15. je n’ai jamais rien lu de lui mais j’ai entendu dire que ce titre était plus accessible que ses précédents… alors peut-être, oui!

  16. J’ai beaucoup aimé Le sermon sur la chute de Rome, et par la suite, Un dieu, un animal… je lirai celui-ci à l’occasion, rien ne presse, et surtout j’ai déjà un Ferrari dans ma PAL (Le principe).

  17. valmleslivres permalink

    J’avais lu Le sermon sur la chute de Rome. J’hésite encore sur celui-ci, on dit que c’est un grand roman mais Ferrari me fait toujours un peu peur.

  18. Pierre SCHILL permalink

    Pour les lecteurs intéressés par un des personnages clés du roman, le reporter de guerre Gaston Chérau, un ouvrage disponible en librairie le 18 octobre est consacré à sa correspondance de guerre en Libye (1911-1912). C’est elle qui est à la source de l’inspiration de l’écrivain.
    Les références du livre :

    Pierre Schill, « Réveiller l’archive d’une guerre coloniale. Photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912) », éditions Créaphis, 2018.
    Avec des contributions de Caroline Recher, Smaranda Olcèse, Mathieu Larnaudie et Quentin Deluermoz.
    Diffusion Interforum.
    ISBN 978–2–35428–141–0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :