Skip to content

Avenue des mystères de John Irving

28 janvier 2018

Avenue des mystères

Traduit de l’anglais par Josée Kamoun et Olivier Grenot

John Irving

Le Seuil

Mai 2016

514 pages

 

 

 

D’ordinaire, j’aime bien l’univers de John Irving et j’ai acheté ce livre, il y a un an, confiante. J’avais bien lu ici ou là des avis très mitigés, des avis négatifs mais cela ne me faisait pas peur. Irving, je connaissais, ça ne pouvait pas être mauvais !

Je m’étais régalée à la lecture de son précédent, A moi seul tous les personnages. Je ne pouvais pas être déçue.

Certains reprochent à ce dernier roman d’Irving son côté débridé. Moi, c’est ce que j’ai le mieux apprécié. Un écrivain vieillissant revit en rêves sa jeunesse au Mexique et parallèlement, le lecteur suit son périple aux Philippines. On se retrouve donc trimballé d’un endroit à un autre, d’un temps à un autre, au gré des pensées et des rêves de l’écrivain. Il s’endort n’importe où,  à n’importe quel moment, ce qui permet au lecteur de replonger dans l’enfance du narrateur, au détour d’un paragraphe, d’une phrase. On pourrait en être déstabilisé, je ne l’ai pas été. Ca m’a plutôt amusée. D’ailleurs, comme il le dit, page 387 :

« Dans notre mémoire, dans nos rêves, les derniers moments de nos chers disparus prennent malgré nous le pas sur le reste de leur histoire. Dans les rêves, la chronologie n’existe pas, ni l’ordre des événements qui ont marqué les souvenirs des uns et des autres. Dans notre esprit comme dans nos rêves, il n’est pas rare que l’histoire commence par son épilogue. »

Malgré ça, j’ai eu bien du mal à finir ce roman, je me suis forcée, toujours à deux doigts de l’abandonner. Mais pourquoi donc ? Je me suis ennuyée, bien trop souvent, j’ai trouvé ça long, très long et répétitif. L’écriture (même si c’est une traduction) ne m’a pas séduite du tout. Je n’ai pas retrouvé la verve et l’humour de l’auteur, je n’ai guère aimé les passages centrés sur le narrateur aux Philippines. Seule son enfance au Mexique m’a accrochée, et encore, pas tout le temps. J’ai lu pas mal de passages en diagonale, espérant toujours des pages captivantes… que je n’ai pas vraiment trouvées. Bon, d’accord, j’exagère un tant soit peu, j’ai avalé certaines pages avec plaisir.

Et pourtant, les ingrédients étaient là : deux enfants vivant dans une décharge publique, puis dans un orphelinat, puis dans un cirque, une mère prostituée, une statue de vierge qui tue, un couple composé d’un prêtre et d’un travesti… Le garçon arrache les livres du bûcher pour les lire et traduit les paroles incompréhensibles de sa sœur extra-lucide… C’est barré, c’est fou, ça frise le surnaturel, et pourtant… Sexe, religion et mort sont aux programme et pourtant…

J’ai évidemment apprécié ce qu’Irving disait de la création romanesque, p 390 :

« Il s’était inspiré de ce qui leur était arrivé, mais jamais il n’écrivit un seul mot sur les êtres qu’ils étaient. Autodidacte, le-lecteur-de-la-décharge avait appris tout seul à faire fonctionner son imagination. Et cet aspect de son initiation à la littérature se retrouvait dans sa conviction qu’un écrivain crée ses personnages et construit son récit. Il ne suffit pas de raconter l’histoire des gens qu’on a connus, ou la sienne propre, pour qu’un texte mérite le nom de roman. »

Irving écrit des romans, il a une imagination débordante, et pourtant, avec ce dernier roman, il n’a pas réussi à me distraire, à me séduire, à m’emmener dans son univers.

Je suis tellement désolée de ne pas avoir aimé, malgré des personnages hauts en couleurs et quelques situations cocasses, voire extravagantes, tellement désolée !

Lu dans le cadre du challenge PAL.

 

Publicités
32 commentaires
  1. J’aime Irving mais j’ai tellement entendu d’avis mitigés sur celui-ci… je pense que je vais prendre le précédent, qui est dans ma pile. Je garde une tendresse particulière pour Une prière pour Owen.

  2. je suis assez d’accord avec toi, j’ai soupiré à certains looongs passages (le cirque d’après mes souvenirs) mais un personnage chez Irving, ahhh c’est un Personnage! dernière nuit à Twisted River reste l’un de mes préférés!

  3. eimelle permalink

    je n’en ai pas lu beaucoup de lui, mais je pense donc éviter celui ci!

  4. Si même une fan n’aime pas, je vais l’éviter celui-là, surtout que je ne crois pas avoir lu de romans de cet auteur, donc je ne voudrais pas commencer par un mauvais aperçu…

  5. J’ai été fan, le lisant systématiquement, mais depuis quelque temps, ça ne passe plus…

  6. Pareil que Keisha. Pourtant, qu’est-ce que je l’ai aimé avec ses premiers romans. Ça décoiffait à l’époque !

  7. En fait après Le monde selon Garp que j’avais adoré je n’ai plus réussi à lire aucun livre d’Irving et j’ai fini par abandonner…

  8. j’ai vu que les avis étaient mitigés sur ce roman…
    j’ai lu 2 ou 3 romans d’Irving qui m’avaient plu… J’ai « à moi seul bien des personnages » et « Le monde selon Garp » dans ma PAL donc je vais m’en tenir à ces 2 🙂

  9. Au moins, tu as sorti un livre de ta PAL… quand ils y traînent longtemps, il y a souvent une raison ! 😉

    • C’est parfois vrai mais parfois, j’attends pour lire un livre et je regrette d’avoir tant attendu.

  10. Ah mince ;(. C’est très désagréable quand un auteur aimé par ailleurs déçoit. A très vite oublier alors.

  11. Bonsoir Krol, bravo pour ton courage, personnellement, un livre qui m’ennuie, je ne le termine pas. Bonne soirée.

    • Moi aussi souvent j’abandonne mais là je suis allée jusqu’au bout en lisant beaucoup de passages en diagonale rapide.

  12. Jamais lu Irving mais je ne peux pas dire que tu m’as donné envie de m’y mettre 🙂

    • Franchement, ça devrait te plaire, chez Irving, il y a du très bon, tous ses anciens par exemple, à commencer par Le monde selon Garp. Mais son précédent est très bien aussi.

  13. Livre offert par ma fille et je n’ai été au bout que parce que c’était un cadeau de sa part

  14. Un auteur que j’ai un peu délaissé. Je préfère rester avec mes bons souvenirs de lecture de ses premiers romans.

  15. Je n’ai jamais lu Irving, il faudait je crois.

Trackbacks & Pingbacks

  1. Objectif pal de janvier ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :