Aller au contenu principal

La folle du logis de Rosa Montero

1 janvier 2018

La folle du logis

Rosa Montero

Traduit de l’espagnol par Bertille Hausberg

Métailié

2004

 

 

 

 

Livre inclassable, il se lit comme un roman, il pourrait être un essai mais n’en est pas un non plus, c’est un livre de réflexions à la fois personnelles, et plus générales, faisant appel à la biographie de certains auteurs ou à son autobiographie (plus fausse que vraie).

Rosa Montero déverse pêle-mêle des pensées sur le métier d’écrivain, sur la vanité des écrivains, sur la naissance d’un roman, sur l’imagination que Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus  nommait « la folle du logis », sur la nature du romancier.

On y lit des anecdotes sur les auteurs, on a envie de découvrir des auteurs peu connus, on relirait bien tel ou tel autre auteur, on s’amuse lorsqu’elle parle d’elle et M à trois reprises pour trois versions différentes, ce qui illustre parfaitement son propos.

Rosa Montero démystifie Zola, Garcia Marquez ou encore Goethe qui ont, chacun à leur manière, perdu leur point d’équilibre avec le pouvoir.

« Pour moi, le fameux engagement de l’écrivain ne consiste pas à mettre ses œuvres au service d’une cause ; il consiste plutôt à rester vigilant face aux lieux communs, à ses propres préjugés, à toutes les idées reçues et non soumises à examen qu’on nous glisse insidieusement dans la tête, idées pernicieuses, vénéneuses comme le cyanure, inertes comme le plomb, qui nous conduisent à la paresse intellectuelle. »

« Pour moi, écrire est une manière de penser et cette pensée doit être la plus propre, la plus libre et la plus rigoureuse possible. »

Ce qui m’agace quand je lis un livre comme celui-ci, c’est que j’en apprécie grandement la lecture sur l’instant, j’en souligne même des passages, j’en lis d’autres plusieurs fois, mais quelques jours après ma lecture, je serais bien incapable de parler du livre, de dire pourquoi j’ai aimé, ce que j’en ai retenu, ou encore d’en évoquer certains passages. J’apprends et j’oublie. Je savoure mais ne mémorise pas autant que je le voudrais. Il me faut transcrire tout de suite mes impressions ou ce que j’ai appris si je veux m’en souvenir. Alors que si je lis un roman, les images me restent plus volontiers en mémoire, je peux raconter l’histoire quelques jours après, voire quelques mois pour certains romans bien denses (j’oublie rapidement les romans courts que j’ai avalés en peu de temps).

J’aimerais tellement me nourrir de propos intelligents sans qu’ils s’évadent de mon esprit aussi vite qu’ils y sont entrés.

Pour conclure sur Rosa Montero, elle m’a fait un plaisir fou lorsqu’elle souligne, à juste titre, qu’un romancier doit s’éloigner le plus possible de la réalité de sa vie pour être un bon romancier. J’ai applaudi des deux mains, des deux pieds et le sourire n’a pas quitté mes lèvres !

« Le romancier doit non seulement savoir mais aussi sentir que narrateur et auteur ne peuvent se confondre. La maîtrise d’un écrivain consiste à trouver cette bonne distance avec son récit. Il faut que ce que vous racontez vous représente de façon profonde et symbolique en tant qu’être humain, comme dans les rêves, tout en n’ayant rien à voir avec l’aspect anecdotique de votre petite vie. »

Et oui ! Et bon nombre de romanciers français devraient lire La folle du logis et choisir d’écrire non pas « roman » sur leur livre, mais autobiographie, fragment de journal intime ou que sais-je encore lorsqu’ils étalent leur vie privée. Et à nous lecteurs, aussi, de ne pas chercher l’auteur derrière le narrateur…

Décidément j’aime Rosa Montero !

 

Je vous souhaite à tous une année riche en lectures variées et passionnantes.

 

Publicités
35 commentaires
  1. Tu me rappelles que je dois continuer à lire cet auteur fabuleux! Excellente année à toi !

  2. keisha41 permalink

    Le seul livre je crois qui a DEUX billets sur mon blog, tellement j’ai aimé!

    • Oui, mais tu es une inconditionnelle de cette auteure, c’est d’ailleurs grâce à toi que je l’ai découverte, comme bien d’autres auteurs d’ailleurs.

  3. je n’ai encore rien lu d’elle! j’avais noté « L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir » dans mon pense-bête mais toujours à l’état de projet 🙂

    • Tu dois lire au plus vite L’idée ridicule…

      • à la bibliothèque, il y a seulement « Des larmes sous la pluie » je vais déjà tenter celui-ci et voir si je trouve « L’idée ridicule… » via internet

  4. A_girl_from_earth permalink

    Un de mes grands incontournables qui m’a fait adorer Montero ! J’adore quand tu dis « J’aimerais tellement me nourrir de propos intelligents sans qu’ils s’évadent de mon esprit aussi vite qu’ils y sont entrés. » Tellement d’accord avec toi !^^

    • J’allais rebondir de la même manière sur les propos de Krol !! J’admire au plus haut point ces lecteurs capables de citer à propos des passages des romans qu’ils ont lus (parfois je ne me dis qu’ils n’ont lu dans leur vie qu’une petite quantité de livres, plusieurs fois chacun…). Sinon, j’avais beaucoup aimé ce titre aussi (et pour m’en souvenir un peu, je dois relire ma chronique).

    • 🙂 Vous me faites rire toutes les deux !

  5. Avec Keisha, vous me donnez envie! Et bone année!

  6. Une très belle année à toi !

  7. Bonsoir Krol, tu n’es pas la première à écrire du bien sur Rosa Montero en général et sur ce livre en particulier. Je l’ai noté. Bonne soirée et très bonne année 2018. Merci encore pour tes visites sur mon blog.

  8. Je dois la découvrir encore. En 2018 qui sait?

  9. eimelle permalink

    je n’ai encore rien lu d’elle non plus, on verra si 2018 est la bonne!

  10. Papillon permalink

    J’adore cette autrice et il faut absolument que je lise ce titre-là, merci de me le remettre en mémoire et une très belle année 2018 !

  11. Philisine Cave permalink

    J’ai adoré cette œuvre et nettement une autre de la même auteure. La folle du logis est vraiment un coup de cœur. Belle année 2018 à toi et à tes proches.

  12. Quelle belle tentation de lecture pour commencer l’année !!!
    Merci à toi et je te souhaite moi aussi une très belle année ! 😉

  13. Et dire que de mon coté je n’ai toujours pas lu Rosa Montero !

  14. J’en ai lu trois romans de cet auteur que j’ai adoré ( sauf le territoire des barbares que j’ai abandonné). Je vais continuer à lire et à acheter ses livres : celui-là me tente beaucoup !

  15. Je crois que « la chair » va bientôt sortir en poche, hâte de la relire aussi et ton billet est très tentateur !!

  16. Une belle année de lectures à toi aussi.

  17. J’ai tellement aimé ce livre ! mais comme toi je voudrais pouvoir en retenir des pages entières. Je l’ai offert et à ma grande surprise il a beaucoup moins plu à mes amies qu’à moi. Je ne sais pas pourquoi.

    • Parfois on pense qu’un livre va plaire à des amis et puis ça fait un flop ! Nous n’avons pas tous les mêmes goûts ! En revanche, j’aime souvent les livres que tu aimes (à quelques exceptions près).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :