Skip to content

Les filles au lion de Jessie Burton

9 décembre 2017

Les filles au lion

Titre original : The Muse

Jessie Burton

Traduit de l’anglais par  Jean Esch

Gallimard

Mars 2017

497 pages

Lu sur liseuse

 

Je me sens une humeur  pinailleuse. Ca doit être l’effet du froid sur mon organisme ou alors l’approche des fêtes de fin d’année que je déteste, je ne sais pourquoi mais j’ai envie de dire toutes les petites choses qui m’ont agacé dans ce roman. Globalement, j’ai apprécié, j’avais envie de connaître le fin mot de l’histoire, mais quelques petits détails m’ont froissée.

Le côté too much des personnages. Je m’explique. Odelle vient des Caraïbes, elle vit à Londres en 1967 et subit le racisme ordinaire des gens de couleur. Et bien, il me semble que cela ne sert pas l’intrigue et que, par conséquent, il n’était pas nécessaire d’en rajouter en évoquant ce thème alors que le roman aborde déjà beaucoup de thèmes divers : la création artistique, la place de la femme dans la société en 1936 et en 1967, la difficulté pour la femme d’être reconnue comme artiste, la guerre civile espagnole, le marché de l’art, le mystère familial, l’amour…

Les personnages, donc, me semblent assez caricaturaux et l’auteure donne un très mauvais rôle aux hommes. Ils sont détestables, sans nuance possible. Les personnages féminins ne sont pas plus sympathiques (surtout ceux de 1936), ils peuvent même être agaçants, hormis Odelle (en 1967) qui est à la recherche de la vérité sur ce tableau.

Le style ne m’a pas éblouie, on lit bien ce roman mais il n’a aucune originalité de ton. Je l’ai trouvé assez inégal. Les descriptions des tableaux en revanche sont plutôt réussies, parce qu’on les visualise très bien.

Et pour ne pas finir sur une note discordante (par rapport au reste des critiques), j’ai aimé qu’il s’agisse d’une réflexion autour du désir de reconnaissance (ou non) d’un artiste, qu’il soit peintre ou écrivain, et d’ailleurs le parallèle entre Olive et Odelle est intéressant, que le roman navigue entre les deux époques (celle de la naissance de l’œuvre et celle de sa redécouverte), que l’arrière-plan historique  ne soit pas qu’un arrière-plan, j’ai aimé me tromper (et non, ce n’était pas celle à laquelle je pensais ! Que je suis niaise !), j’ai aimé dénouer les fils de cette intrigue. Mais sans plus.

Je crois qu’il serait bon que je lise Miniaturiste, le premier roman de Jessie Burton que tout le monde porte aux nues.

 

 

Publicités
31 commentaires
  1. Ce n’est pas moi qui vais te recommander de lire Miniaturiste, que je n’ai même pas fini : j’avais trouvé que l’auteure en faisait trop, que les personnages frôlaient la caricature, (étonnant comme on a eu le même sentiment) et je n’ai pas eu envie de savoir la fin.

  2. J’ai toujours pensé que le miniaturiste me conviendrait mieux mais à lire le commentaire de Kathel juste au dessus je me me demande s’il ne serait pas préférable de faire l’impasse.

  3. Mon homme a lu ce titre en anglais, il a adoré au début, puis de moins en moins, puis plus du tout … Et comme le Miniaturiste m’avait déjà laissé un goût de déception, ma foi, tes agacements me conviennent !

  4. J’ai beaucoup aimé Miniaturiste donc je pense que son dernier roman me plaira aussi. Je l’ai acheté en polonais et il attend son tour.

  5. A_girl_from_earth permalink

    Oh ben je ne sais pas si tu vas aimer Miniaturiste après ça, haha ! J’ai moi-même un peu pinaillé sur ce roman alors que tout le monde était très enthousiaste, et j’ai l’impression, en te lisant, de retrouver les mêmes « défauts » – le too much, le style ok sans plus, même si au final, sympathique et pas inintéressant, loin de là.

  6. je vais passer mon tour…

  7. LEs deux ( le miniaturiste) me font envie. Ce livre a été très médiatisé mais j’ai quand même vu pas mal de critiques nuancées…

    • S’il vous fait envie, il ne faut pas hésiter à le lire. Moi aussi, il me faisait envie ! Ce n’est qu’en le lisant qu’on sait si le roman nous plait ou pas, n’est-ce pas ?

  8. keisha41 permalink

    Je n’ai pas grimpé aux murs avec Miniaturiste, je pense que la maison de poupée était sans trop d’intérêt, ou du moins comment l’auteur l’utilise (c’est ballot, c’est quand même le titre et un morceau de l’histoire), j’ai lu ton billet pour savoir si ce roman ci m’irait, mais je crains que non.

  9. Aïe, j’ai préféré ce roman-çi à Miniaturiste. Mais j’attends de lire ton ressenti.

  10. Comment croyais tu que tout le monde avait aimé ? déjà j’avais des réserves sur miniaturistes qui est bien meilleur que celui-là et tous les avis que j’ai lus sur « les filles au lion » sont aussi négatifs que le tien. Je n’ai pas détesté mais vraiment pas séduite.

    • C’est sur Miniaturiste que les critiques lues étaient quasi unanimes. Et sur celui-ci, j’ai lu quelques critiques positives qui m’ont incitée à le découvrir. D’ailleurs la tienne est plutôt en demi-teinte.

  11. Oui, Miniaturiste est bien meilleur !

  12. eimelle permalink

    j’ai Miniaturiste dans ma Pal mais pas encore lu….

  13. ah zut, je voulais le lire (bon pas tout de suite) et au vu de ton billet et d’autres commentaires… bof bof !J’avais adoré Le miniaturiste que j’avais trouvé passionnant et jubilatoire!

  14. Je n’ai pas encore découvert l’auteur… mais je suis tentée quand même. Malgré plein de billets en demi-teinte.

  15. J’ai beaucoup aimé celui là mais j’ai préféré Miniaturiste. Je suis presque certaine que tu y trouverais ton compte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :