Skip to content

La servante écarlate de Margaret Atwood

4 septembre 2017

La servante écarlate

Titre original : The handmaid’s tale

Margaret Atwood

Traduit de l’anglais (Canada) par Sylviane Rué

Robert Laffont, 2005

Lu sur liseuse

 

 

 

Depuis la diffusion de la série en avril 2017 sur le site web américain Hulu, on a vu réapparaître le livre dont elle s’est inspirée. Curieuse, j’ai préféré découvrir le roman avant les films.

Roman d’anticipation qui glace les sangs, il décrit une société totalitaire patriarcale dans laquelle les femmes sont divisées en trois catégories : les épouses (souvent infertiles), les Marthas qui entretiennent la maison et les Servantes toujours habillées en rouge et dont on ne doit pas voir le visage, ni aucune partie du corps, qui servent uniquement à la reproduction.

Je crois que je vais garder longtemps l’image de l’homme (le Commandant) copulant avec la servante, l’épouse se tenant au-dessus d’elle…  L’amour est banni, la séduction n’est pas de mise, la société vise la reproduction et rien d’autre.

La servante Defred raconte son histoire, dévoilée tant bien que mal par bribes. La narration est hachée, entrecoupée de commentaires du personnage pas toujours captivants, de son parcours personnel incomplet, et de ce qu’elle vit chez ce Commandant et son épouse. L’action s’accélère un peu dans le troisième tiers du roman mais… trop peu.

La narratrice prévient :

« Je regrette qu’elle (l’histoire) soit en fragments, comme un corps pris sous un feu croisé ou écartelé de force. Mais je ne peux rien faire pour la changer. »

Bah oui, j’ai bien compris mais cela a gêné ma lecture…

Je n’ai pas été subjuguée par ce roman présenté souvent comme un déjà classique de la dystopie. J’ai trouvé le rythme trop lent et surtout j’ai eu l’impression qu’il y avait un décalage entre le message que voulait nous transmettre l’auteure et ce que le lecteur reçoit. L’écriture crée une distance qui nous empêche d’éprouver une réelle empathie pour le personnage de la servante. Et pourtant, objectivement, la situation des femmes ne peut que nous hérisser, nous inquiéter, mais il me semble que l’auteure ne parvient pas à son but (avec moi, en tout cas).

Je suis maintenant encore plus curieuse de découvrir la série parce que je me demande de quelle manière le livre a pu être adapté, étant donné qu’il part un peu dans tous les sens, sans réellement approfondir telle ou telle voie.

 

Moka a bien mieux apprécié que moi.

 

Publicités
29 commentaires
  1. Commencé il y a quelques années, je n’avais pas réussi à m’y intéresser assez pour le finir… je pense que c’est aussi la narration hachée qui avait eu raison de moi. Je ne suis pas assez pateinte parfois ! 😉

  2. A_girl_from_earth permalink

    Je l’ai lu il y a très longtemps et il faisait partie de mes incontournables. Il faudrait que je le relise aujourd’hui parce que les détails sont flous mais je me souviens que j’avais vraiment adoré ce livre.

  3. Je l’ai lu aussi il y a longtemps, je pense que j’avais aimé, et je lisais à l’époque tous les livres de l’auteur qui me tombaient sous la main. Avant 2001 je suppose.

  4. Ce fut un coup de cœur pour moi mais je l’ai lu il y a longtemps. Je l’ai racheté pour le relire mais j’attends un peu. J’ai bien sûr peur d’être déçue.

    • Ah oui parfois nous sommes déçus à la relecture d’un texte qui correspondait à une période de notre vie.

  5. Tu es clairement moins enthousiaste que Moka mais j’ai toujours très envie de le lire pour me faire ma propre idée.

  6. il y a un bon moment que j’hésite et ta critique ne m’incite pas trop à oser cette lecture

  7. Il fait partie de mes projets de lecture.

  8. Cordonnier mal chaussé! Et dire que je n’ai jamais encore lu cette auteure canadienne. J’ai par contre envie de commencerai par « Le fiasco du Labrador »… Mais je compte bien lire un jour cette servante dont on entend tant parler.

  9. Livre découvert pendant mes études, disséqué… et adoré !! Jamais lu en français par contre…!

    • Moi j’ai souvent adoré des livres disséqués lors de mes études et qui ensuite, relus, me plaisaient moins…

  10. Il fait partie des romans que mes ados ont adoré et fait découvrir . Moi j’étais surtout intéressée par leur engouement mais je n’ai jamais été trop fan de la science fiction. J’ai vu quelques épisodes de la série c’est vraiment bien joué et très prenant.

  11. Je comprends tes réticences mais je vois que tu n’en es pas pour autant découragée de découvrir la série…

  12. Un titre qui fait parti de mes incontournables, et que je recommande à tour de bras. je comprends ce que tu dis de la distance instaurée par la narration avec le personnage, et c’est ce qui m’avait fasciné, on n’en sait pas plus que la servante, on ne sait pas où on nous, c’est glaçant, mais peut être dérangeant !

    • Je suis effectivement passée à côté, style trop froid, trop distancié, j’ai besoin qu’on m’implique davantage dans la narration.

  13. Lu il y a très longtemps, mais j’avais beaucoup aimé. Je suis curieuse de voir la série.

  14. c’est vrai qu’il ressurgit partout ce livre. J’avais apprécié mais bon sang, je ne suis pas loin d’avoir été traumatisée! que c’est sombre!

    • Oui c’est une vision quelque peu glaçante, qui peut effrayer. Il ressurgit parce que la série surgit…

  15. J’ai commencé la série mais j’ai trouvé ça trop dur, je n’avais pas envie de ça je pense.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :