Skip to content

Les pêcheurs de Chigozie Obioma

6 mai 2017

Les pêcheurs

Ecrit par Chigozie Obioma

Traduit de l’anglais (Nigeria)  par Serge Chauvin

Editions de l’olivier

Paru en 2016

296 pages

 

 

 

Ben, le narrateur (10 ans au moment des événements), nous raconte la tragédie qui a touché sa famille. Un jour, près du redoutable fleuve Omi-Ala,  Abulu, le fou du village, lance une prophétie sur un des fils de la famille. La vie de ces garçons et de leurs parents ne sera plus jamais la même après cela.

Voilà un roman que j’ai savouré. J’ai pris mon temps pour le lire, pour déguster sa langue imagée, pour m’arrêter sur certains passages.  J’étais au Nigeria dans le village d’Akure avec Ben et ses frères et sans aucune envie de les quitter.

Et pourtant, on suit, atterré, cette descente aux enfers, cette fuite en avant vers l’inéluctable. C’est à la fois, terrible et fascinant. L’écriture y est pour beaucoup. Les croyances et les superstitions se mêlent au réalisme politique et nous livrent un tableau haut en couleurs de ce pays maltraité par des dirigeants véreux et affaibli  par des guerres civiles. L’auteur est un véritable conteur, par la voix de son narrateur. Il nous transporte, nous émeut, nous fait sourire, nous glace, nous horrifie, nous saisit et ne nous lâche pas une seule seconde.

Et si l’écriture m’a subjuguée à ce point, c’est sans doute aussi grâce au talent du traducteur (on ne le souligne jamais assez).

Un premier roman à lire de toute urgence !

« Et, à l’aube, quand la ville se fut allongée dans le sommeil, quand le calme eut reconquis les rues, quand le ciel fut silencieux, l’église déserte, les poissons du fleuve assoupis, quand un vent marmonnant ébouriffa la fourrure de la nuit, quand notre père fut endormi dans le grand fauteuil et notre mère, dans sa chambre avec les deux petits, mon frère franchit de nouveau le portail, et le rideau se referma derrière lui. Alors l’aube, balai infernal, dispersa les débris de la fête – la paix qu’elle apportait, le soulagement et même l’amour sincère – comme autant de confettis jonchant le sol à la fin d’une soirée. »

 

 

Publicités
17 commentaires
  1. luocine permalink

    Joli extrait . Quand on est bien dans un roman, c’est vrai que c’est triste de quitter le monde dans lequel il nous a transporté.

  2. Et en plus c’est un premier roman ? Tout pour plaire !

  3. A_girl_from_earth permalink

    Noté depuis sa sortie, ton billet me donne bien envie de ne plus trop tarder à m’y plonger !

  4. Je suis toujours partant pour un premier roman, surtout que celui-ci a l’air excellent.

  5. l’extrait me plaît beaucoup… donc je note…

  6. Je note aussi. D’autant que je vois, sur Wikipedia, qu’on l’a appelé « l’héritier de Chinua Achebe ». Tout un programme.

  7. Tout à fait d’accord, j’ai beaucoup aimé ce roman !

  8. Il est prévu que je le lise un jour. Sa couverture rouge me tend les bras presque à chaque fois quand je vais à la médiathèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :