Skip to content

Ada d’Antoine Bello

8 mars 2017

 

Ada

Ecrit par Antoine Bello

Publié par Gallimard le 25 août 2016

Lu en version numérique

 

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » Rabelais.

 

 

 

Enfin ! Enfin, j’ai retrouvé du plaisir à lire un roman !

En une semaine, quatre ou cinq romans me sont tombés des mains, impossible de m’intéresser à quoi que ce soit. J’ai même abandonné le roman Neverhome de Laird Hunt qui n’a pas réussi à m’émouvoir une seule seconde. Bref ! J’ai traversé une période noire. Heureusement que j’avais des BD !

Et puis, ma médiathèque proposant des livres numériques (téléchargeables de chez moi), j’ai feuilleté leur catalogue et ai arrêté mon choix sur Ada, me rappelant que Keisha avait adoré et vouait à cet auteur une admiration sans bornes.

J’ai su dès les premières lignes que ce livre allait me plaire ! Résultat : j’ai remis à plus tard des tas de choses et j’ai passé une nuit presque blanche.

Que raconte ce roman ? Est-il besoin d’en parler ? Là, j’imagine Luocine fulminant, « bien sûr qu’il faut raconter ! » Oui, mais tu l’as lu ce roman et tu l’as aimé ! Alors ? Je dirai simplement que c’est l’histoire d’un policier qui enquête sur la disparition d’une AI (intelligence artificielle). Evidemment, dit comme ça, ça n’a pas grand intérêt. D’autant plus que je ne lis quasiment jamais de livres policiers et si, en plus, on me parle d’intelligence artificielle, forcément, je vais me sentir bête, tellement peu scientifique dans l’âme.

Alors, pourquoi ce livre m’a-t-il séduite ?

Tout d’abord, le policier est presque aussi inculte que moi en matière d’informatique (non, plus que moi !). J’ai donc tout compris (ou presque). Et puis, j’ai beaucoup apprécié l’humour. Humour dû au décalage entre la vision d’une machine et celle d’un humain, humour du personnage principal et autodérision de l’auteur.

Et surtout bien plus qu’une enquête policière, ce texte est avant tout une réflexion sur l’avenir de notre société économico-policito-informatico-littéraire.  Et si tous les articles de journaux, tous les commentaires n’étaient plus l’œuvre d’un homme ou d’une femme mais d’une intelligence artificielle ? La machine dépassera-t-elle l’homme ? De nombreuses références sont faites à Asimov avec son cycle sur les robots. De vraies questions sont posées qu’il ne faut pas ignorer. Qu’on le veuille ou non, nous allons vers une société de plus en plus informatisée. Ce matin encore, j’entendais à la radio que les traders tendaient à disparaître, les robots faisant le travail à leur place.

Certains passages sont succulents comme celui de la création d’haïkus en direct ou encore la critique du roman écrit par Ada. Et oui, j’avais omis de vous dire qu’Ada a été programmée pour écrire des romans à l’eau de rose, style Harlequin.

Antoine Bello défend dans ce livre le goût des mots, de la langue, s’érige contre les clichés qui abreuvent certains genres littéraires et ne se gêne pas pour se jouer de son lecteur.

Un roman captivant, intelligent et peut-être un peu inquiétant…

Ce livre m’a rappelé l’excellent film Her.

Luocine, Keisha, et Nicole ont aimé.

 

Publicités
28 commentaires
  1. Bello, le retour!!! (et t’inquiète, j’ai aussi baillé avec Neverhome)

  2. Étant donné ton enthousiasme, je crois que je vais me laisser tenter!!!
    j’ai fait une overdose de Grimbert (une amie m’en a prêté 3) et j’ai été limite de lâcher surtout le dernier, mais j’ai une mauvaise habitude, je donne toujours une chance à l’auteur, il va falloir que je change cela, il y a tellement de bons livres qui piaffent d’impatience dans ma PAL!!!!

  3. luocine permalink

    Alors là je suis d’accord pour que tu ne racontes pas tout. J’ai adoré ce roman . J’aime bien cet auteur et celui-là est le meilleur .
    Cela me fait un tel plaisir de sentir ton bonheur de lecture tu le racontes très bien.

  4. Voilà qui est drôlement tentant !!

  5. Ravie que tu aies succombé au charme d’Ada… Un vrai bonheur de lecture, tu as raison.

  6. Chic chic chic !!! Je me le garde sous le coude pour les pannes de lecture alors !

  7. Ton billet donne envie !

  8. C’est rare les livres qui conduisent à la nuit blanche. Et c’est un évident signe de qualité 😉

  9. Je me rappelle que je suis tombée sur un avis plutôt négatif à sa sortie ce qui ne m’a pas du tout donné envie de découvrir cet auteur, même si par la suite j’ai lu de bonnes critiques sur ce roman. Là, je vais peut-être changer d’avis.

  10. J’ai également beaucoup aimé ce roman, et je n’ai pas compris qu’on en ait si peu parlé à sa sortie…

  11. ça fait longtemps que je veux le lire, tu confirmes sa qualité, super !

  12. J’avais beaucoup aimé le film aussi ce livre pourrait-il me plaire.

  13. Le parallèle que tu fais avec Her me convainc et me donne vraiment envie de me lancer.

    • Le seul point commun avec Her c’est le dialogue qui s’établit entre une intelligence artificielle et un homme. Mais c’est très différent…

Trackbacks & Pingbacks

  1. C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) | A l'horizon des mots
  2. L’homme qui s’envola d’Antoine Bello | Le blog de Krol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :