Skip to content

La vie rêvée de Virginia Fly écrit par Angela Huth

11 février 2017

virginia-fly

La vie rêvée de Virginia Fly

Ecrit par Angela Huth

Traduit de l’anglais par Anouk Neuhoff

Edité par La table ronde dans la collection Quai Voltaire

Paru en 2017 en France mais en 1972 au Royaume-Uni

217 pages

 

« Vous savez ce que c’est, le réel. Il détruit toujours nos illusions avec une extrême cruauté. Une cruauté dévastatrice. »

 

Une vieille fille de trente ans, vierge, qui rêve d’épouser celui avec qui elle correspondait depuis longtemps, puis qui rêve d’épouser celui qu’elle a rencontré grâce à une tierce personne, puis qui… chut…

Il est terrible ce petit roman, terrible et en même temps très drôle par moments. Et puis il agace aussi.

Je développe.

Qu’est-ce qui agace ? Le personnage de la mère, insupportable, celle qu’on n’aimerait pas avoir, celle qui se mêle de la vie de sa fille à outrance, qui régit tout, celle qui dirige la vie de son mari. Et donc, forcément, le comportement de la fille face à sa mère exaspère le lecteur. On a envie de lui dire : « pars, pars loin de chez toi, décide de tes actes, ne te laisse pas mener par le bout du nez. Tu as trente ans, bazar de bazar ! »

Mais voilà, nous sommes au début des années 70, et non en 2017. La vie n’est pas la même et on se souvient de quelle manière notre propre grand-mère dirigeait notre mère quand nous étions enfant…

Qu’est-ce qui est drôle ? Certains passages sont particulièrement cocasses. Notamment la scène sexuelle entre cette tendre ingénue et l’homme avec qui elle correspondait depuis une dizaine d’années. Angela Huth maîtrise l’art de la description et de l’analyse d’une situation pour le moins surprenante. Elle sait faire naître des images en nous. On vit cette scène à travers les yeux de l’héroïne et cela crée un décalage très drôle.

On ne s’ennuie pas dans ce roman, on s’amuse, on fulmine, on se désespère.

Et puis terrible, parce que finalement Virginia ne vivra jamais la vie qu’elle a rêvée… Bien au contraire, et l’image finale n’en est que plus cruelle. Avec un humour grinçant, Angela Huth nous transmet un message plutôt pessimiste, plutôt pathétique.

 

« Qu’est-ce qu’il y a ?

– Tu fais comme les enfants : tu fermes les yeux et tu t’imagines que les autres ne peuvent pas te voir. Je te vois, tu sais. Et tu as un petit corps magnifique. »

 

« Il se tenait dans le carré de lumière de la lampe : jambes écartées, mains sur les hanches, cheveux toujours ridiculement décoiffés, sourire sarcastique, ventre proéminent, énorme érection violacée prête à lui voler à jamais sa virginité, sans oublier les chaussettes en angora bleues. »

 

 

Publicités
17 commentaires
  1. Centrino permalink

    Il est déjà paru?

    Smack et bon week-end 🙂

    • Je l’ai reçu par l’intermédiaire de Masse critique, j’ai vu plein de critiques sur Babelio, je ne me suis pas posée la question… et tu as raison il va paraître dans 5 jours… D’habitude je fais attention à ne pas parler des livres avant leur parution ! Pfff…

      • Centrino permalink

        Hi hi ne t’inquiète pas.
        C’est juste que j’ai l’oeil 😉

  2. Je n’ai toujours rien lu d’Angela Huth mais j’ai « Les filles de Hallows Farm dans ma PAL. J’aime beaucoup les couvertures bleues de la collection Quai Voltaire chez La Table Ronde

  3. A voir s’il arrive à la bibli, rien d’urgent.

  4. je n’ai encore rien lu de cette auteure alors pourquoi pas?

  5. Voilà qui a tout pour me plaire je crois, noté !

  6. attends! je rêve et je me pince .. tu dis bien « finalement » dans ton billet? c’est un peu une façon de raconter la fin ? je blague, j’adore ton billet et je crois que je vais lire ce petit roman … après tant d’autres qui m’attendent

  7. J’ai hésité à le découvrir mais je vais peut-être me laisser tenter finalement 🙂

  8. Pessimiste et pathétique ? Vendu !^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :