Skip to content

Anima de Wajdi Mouawad

28 décembre 2016

anima

Titre : Anima

Auteur : Wajdi Mouawad

Edité par Léméac et Actes sud en 2012

Sorti en poche (babel) en 2015.

 

Wajdi Mouawad est l’auteur de la pièce de théâtre Incendies, adapté à l’écran par Denis Villeneuve en 2010 et qui a laissé une empreinte profonde dans mon cœur.  C’est dire si cet auteur est important pour moi !

Quelle expérience étonnante et fascinante que la lecture de ce roman !

Après de multiples lectures du premier chapitre (je m’y suis bien reprise à trois ou quatre fois), je me demandais toujours qui était ce narrateur qui avait mangé le thon et bu l’eau des toilettes (je ne comprends pas vite !). Ce n’est qu’après le troisième chapitre que j’ai, enfin, compris que chaque chapitre était raconté par un animal, différent à chaque fois, témoin se trouvant sur le chemin de l’homme parti à la recherche de l’assassin de sa femme.

Cette narration originale m’a d’abord empêchée de me concentrer sur l’histoire car ma première mission était de découvrir quel était l’animal narrateur (mouche, moufette, chat ou boa…) et d’observer, d’analyser le procédé, de traquer les tentatives d’anthropomorphisme, de guetter ma proie-auteur dans l’exercice de son art.

Il m’a fallu donc une bonne centaine de pages pour lâcher prise et pour entrer pleinement dans le vif du sujet. Mais à partir de ce moment-là, tous mes sens ont été capturés par les mots. Je ressentais, je sentais, je souffrais avec le personnage principal. La puissance des odeurs, la violence des mots, les scènes à peine supportables, tout m’a happée, m’a fascinée, m’a retournée et vidée de ma propre substance. Parfois, j’ai été obligée de poser le livre, pour reprendre haleine, pour reprendre pied avec ma réalité, moins sauvage, moins bestiale mais tout aussi humaine.

Ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains… personnes sensibles s’abstenir !

Mais quelle construction, quelle puissance ! C’est une descente aux enfers, digne d’une tragédie grecque, une descente pour une possible rédemption et qui passe par des sacrifices obligatoires.

Cette histoire n’est pas seulement celle d’un homme qui part à la poursuite de l’assassin de sa femme, c’est aussi celle d’un homme qui va lever le voile sur ses origines, ce qui va l’emmener à entendre et comprendre ce qui s’est passé à Sabra et Chatila en septembre 1982, ce qui est arrivé à sa famille, comprendre qui il est, d’où il vient et pourquoi il est devenu cet homme-là, broyé par la mort horrible de sa femme, hanté par des images obsédantes.

Je n’arrive pas à mettre des mots sur le dixième de ce que j’ai ressenti à la lecture de ce terrible trésor. Je n’ai qu’une chose à dire : lisez-le… si vous le pouvez. Il est unique, il est d’une beauté effrayante, il est d’une puissance et d’une violence peu égalées en littérature contemporaine.

Voilà un roman que je n’oublierai pas de sitôt. Il est gravé, là, au plus profond de mon être. Je n’aurais pas lu ce livre sans les articles de Mior et Papillon… Merci à elles. En revanche, heureusement que je les avais oubliés, car j’ai apprécié d’être saisie par le procédé narratif.

 

 

Publicités
20 commentaires
  1. j’avoue que ta critique suscite ma curiosité. quand tu dis « âmes sensibles » cela veut dire beaucoup de violence ?

  2. Bien je ne lis pas trop, car je veux le lire, même si je suis une âme sensible

    • J’aimerais bien avoir ton sentiment sur ce livre ! Moi, je peux lire les critiques, je les oublie aussi vite que je les lis… 😉

  3. évidemment ton billet donne autant envie que le contraire. Se lancer ou pas? c’est la question mais comme toi j’ai té marqué par « Incendies » alors la balance penche du côté du oui.

  4. eimelle permalink

    un texte que je veux lire depuis longtemps, tu renforces cette envie!

  5. Je suis d’accord avec toi, on oublie assez vite le procédé narratif, et tant mieux, parce que j’avoue qu’au début, le fait que l’histoire soit racontée par des animaux m’a un peu gênée. Mais c’est surtout un roman très fort.. et l’écriture de Wajdi Mouawad est très belle..

  6. Comment passer à côté de ce titre après la lecture de ton billet? Je note. Et hop, sur ma wishlist !

  7. Acheté il y a peu, ce sera ma lecture exigeante de l’été, comme l’a été Confiteor cette année.

    • Très différent de Confiteor mais exigeante aussi, cette lecture ! Bonne future lecture estivale alors !

  8. Stephie permalink

    Il me semble l’avoir acheté l’an passé… mais ne l’avoir toujours pas lu. Je vais devoir prioriser l’an prochain 😉

  9. On me l’a conseillé à plusieurs reprises mais je l’ai abandonné. Trop dur, trop étrange…J’y reviendrais Peut-être plus tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :