Skip to content

Tropique de la violence de Natasha Appanah

7 décembre 2016

tropique-violenceTitre : Tropique de la violence

Auteur : Natasha Appanah

Éditeur : Gallimard

Date de parution : 25 août 2016

178 pages

 

 

 

 

Encore un roman que j’ai fermé dix pages avant la fin, pour ralentir la cadence. Cette fois-ci, ce n’était pas parce que je le quittais à regret mais plutôt parce que tout avait été trop vite. Il ne m’avait pas assez longtemps imprégnée.

A la fin du premier chapitre, j’ai eu le sentiment de passer à côté de quelque chose, la vie de Marie avait été balayée en quelques mots et je restais sur ma faim. C’était bien sûr, parce que l’histoire n’était pas centrée sur elle mais sur son fils adoptif. Il faut dire que cette voix d’outre-tombe (quoi qu’elle n’était pas sous la tombe mais dans cet entre-deux fantomatique) me gênait aussi un peu.

Et puis l’auteur m’a emmenée ensuite dans la vie trépidante de deux personnages liés par des rapports de dominant et dominé, et c’est à partir de là que le roman s’est fait pressant, jouant sur la corde sensible des émotions, décrivant des actes violents insupportables, et c’est à partir de là que j’ai enchaîné les pages, ne pouvant m’arrêter pour souffler, recevant tous ces mots à toute vitesse sans pouvoir lâcher prise.

Alors, émotionnellement, ce roman  est fort mais je suis un peu déçue. Il manque de densité, de profondeur, les personnages sont esquissés, sont caricaturés mais ils n’ont pas de vie intérieure, de corps, de puissance. En fait, j’aurais aimé que ce livre ait une bonne centaine de pages de plus, de celles qui décrivent vraiment, qui prennent le temps de camper un décor, de décrire des vies aussi désolées soient-elles. J’ai l’impression d’avoir esquissé des histoires sans les avoir creusées.

Ce roman a le mérite d’exister parce qu’il dénonce la réalité de ces adolescents Mahorais (et même ces enfants) qui vivent, survivent dans les rues de Mayotte, livrés à eux-mêmes et donc, qu’ils soient fragiles ou qu’ils jouent les gros durs, toujours à la merci de plus forts qu’eux, à la merci de la drogue, de l’alcool et de la déchéance. Elle est belle la France à Mayotte !

Il y a de très beaux passages que j’ai pris plaisir à relire plusieurs fois.

Et puis ce livre m’a touchée personnellement parce que je connais un jeune adolescent Mahorais reparti à Mayotte et qui, probablement, fait partie de ceux qui traînent aujourd’hui  dans les rues et sûrement en mauvaise compagnie parce que son handicap mental ne lui permet pas de prendre du recul (un Bruce en puissance) et de comprendre mais de comprendre quoi ? Que lire, regarder des films, et faire des jeux de société, peuvent stopper la violence, comme Stéphane, le personnage qui arrive de métropole, le pense, innocemment, à son arrivée sur l’île ? Comprendre que la misère génère inévitablement des comportements déviants ? Et ce livre m’a renvoyé mon inefficacité en pleine figure. Comme on se sent inutile et impuissant à la lecture d’un tel livre !

Publicités
14 commentaires
  1. oui on est souvent impuissant mais il faut toujours essayer, on ne sait jamais.

    • Essayer oui, y croire, toujours… Offrir un havre de paix ! Une goutte d’eau dans l’océan ? Ne pas y penser…

  2. Quel roman ! Plus qu’un coup de cœur pour moi… le meilleur de cette rentrée selon moi et cette même sensation d’injustice et d’impuissance…

  3. Tu es moins enthousiaste que nombre d’autres lectrice, ça rend ton avis d’autant plus intéressant je trouve.

  4. Et pourtant la façon dont tu en parles montre que ce livre t’a beaucoup touchée. J’avoue que le début surprend un peu mais j’ai aimé rous ces artifices ( la façon de balayer ces années de départ, les voix d’outre-tombe, le fait de découvrir par touches successives le lien entre Bruce et Moïse qui finalement, contrairement à toi, me semble bien creusé). C’était ma première lecture de Nathacha ( je me trompe aussi une fois sur deux en écrivant son prénom) Appanah mais ce ne sera pas la dernière.

    • J’ai déjà lu un autre roman de l’auteure (le titre m’échappe) et j’avais eu ce même sentiment mitigé… j’avais aimé mais… Ici, oui il m’a touchée mais j’aurais aimé qu’il me résiste davantage, qu’il soit plus dense !!!

  5. j’ai bien aimé ce livre qui a fait remonter beaucoup d’émotions en moi. j’aurais aussi aimé que l’auteure dilue un peu plus mais peut-être que l’impact n’aurait pas été le même.

  6. J’ai aussi été un peu déçue…

  7. Je n’avais pas vu qu’il était si court. I fait partie du tout petit nombre des romans de septembre qui me tentent encore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :