Skip to content

Un petit boulot de Iain Levison

23 novembre 2016

petit-boulotTitre : Un petit boulot

Auteur : Iain Levison

Traduit de l’américain par Fanchita Gonzales Battle

Éditeur : Liana Levi

Date de parution : 2003

211 pages en format poche

 

 

 

Cet été, j’ai lu du même auteur,  Ils savent tout de vous. Je n’avais pas rédigé de billet parce que je ne savais pas quoi en dire si ce n’est que j’avais passé un agréable moment de lecture. Je me suis intéressée cependant à l’auteur et lorsque j’ai trouvé son premier roman en format poche, je n’ai pas hésité une seconde et hop !… dans ma poche !

Et je ne suis pas déçue, celui-ci est bien meilleur que l’autre, bien plus piquant, bien plus drôle, bien plus grinçant, la littérature américaine, comme je l’aime ! Ceci dit, les deux romans ne sont pas comparables, ils ne jouent pas dans la même catégorie littéraire, l’un étant davantage ancré dans la réalité tandis que l’autre frise le fantastique (certains personnages étant télépathes).

Revenons à nos moutons noirs, Un petit boulot est le roman de la misère sociale, le roman de la difficulté de vivre lorsqu’on a été licencié, mais aussi le roman noir, une espèce de thriller à l’humour grinçant, le roman décapant par excellence. Le genre que j’affectionne de plus en plus.

Le héros, Jake Skowran,  accepte un « petit boulot » pas comme les autres pour pouvoir payer ses dettes, pour retrouver un semblant de vie sociale et intime, parce qu’il a tout perdu : de son emploi à sa petite amie, en passant par sa télé et la possibilité de chauffer son logement.

J’ai aimé le côté immoral, qui fait qu’on soutient cet anti-héros, qu’on le porte à bout de bras en espérant bien fort qu’il s’en sorte à tout prix, et tant pis pour les dégâts collatéraux ! Oui, c’est immoral, mais ça fait du bien parce qu’on en a marre que la société des bien-pensants gagne toujours.

Et on s’en fiche que l’histoire soit rocambolesque ! Non, on ne s’en fiche pas, on en redemande, on en raffole, on aime que rien ne soit crédible parce qu’on veut, on exige que les pauvres s’en sortent !

En conclusion, si vous n’avez pas encore lu ce petit bijou de la littérature américaine, et bien faites-le au plus vite, parce qu’aujourd’hui avec un cinglé au pouvoir de la première puissance mondiale, il est préférable de choisir la voie du rire, du cynisme afin de ne pas sombrer dans la déprime la plus noire.

« Investir dans l’avenir est un truc de riches. Les pauvres cherchent seulement à rendre le présent supportable. »

 

Publicités
25 commentaires
  1. Plus ça va, plus j’aime les anti-héros…! Du coup, je note, surtout que je crois que je n’ai encore rien lu de cet auteur !

  2. Sandrine permalink

    Oui, une vraie réussite, drôle mais pas que. J’ai aimé le film qui en a été tiré, de et avec Michel Blanc.

  3. Laure Micmelo permalink

    Je garde un excellent souvenir de ce livre, et de son côté piquant comme tu dis très bien, drôle aussi. Bref, je n’ai pas voulu voir le film, pour garder un bon souvenir du livre 😉

  4. Il est trop fort avec ce genre de personnages Levison. « Trois hommes, deux chiens et une langouste est dans la même veine 😉

  5. je n’ai pas encore lu de romans de cet auteur mais pourquoi pas en effet dans ce contexte morose…

  6. J’aime beaucoup les romans de Iain Levison. C’est amusant, ils marchent mieux en France qu’aux Etats-Unis. Sans doute un peu trop caustiques pour plaire là-bas…

  7. Bonne idée, tiens. L’occasion de découvrir cet auteur dont j’ai beaucoup entendu parler… Moi aussi j’aime bien les anti-héros avec une petite dose d’immoralité. (si tu ne l’as pas encore lu, je te conseille Le fils de Jo Nesbo, dans un autre genre mais qui devrait te plaire).

  8. Levison, oh mais c’est incontournable, allez, continue!

  9. J’ai découvert cet auteur avec Arrêtez-moi là, et j’ai accroché tout de suite, même si j’ai trouvé que le récit s’essoufflait un peu. Et pourtant, le titre dont tu parles ici m’a toujours fait de l’oeil, alors si en plus tu le trouves très bon, je ne vais pas m’en priver!

  10. Je n’ai jamais lu cet auteur et ton billet me rappelle combien je lis peu de littérature américaine…

    • Et c’est un tort ! 😉 Je la trouve souvent bien meilleure que la littérature française ! qui me parait bien fade en comparaison…

      • J’attendrai d’avoir un peu plus de bouteille dans ce domaine pour avoir un avis ! 😉

  11. le côté immoral devrait me plaire aussi 🙂 !

  12. j’ai déjà deux livres de cet auteur sur mon blog et celui-là en réserve sur une de mes nombreuses listes , donc j’y viendrai j’en suis sûre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :