Skip to content

J’ai vu un homme d’Owen Sheers

17 septembre 2016

sheers_homme_def.inddTitre : J’ai vu un homme

Auteur : Owen Sheers

Traduit de l’anglais par Mathilde Bach

Editeur : Payot-Rivages

Date de parution : 2015

350 pages

 

 

 

Michael Turner pénètre dans la maison de ses voisins, en leur absence. Pour quelle raison ? Qu’est-ce que cela va engendrer ? Je n’ai pas envie d’en dévoiler davantage. Il est tellement agréable de découvrir au fil de sa lecture le contenu de ce roman. Tout ce que je peux dire c’est qu’il aborde pas mal de sujets divers, actuels et passionnants dont le principal tourne autour du deuil (fait-on jamais son deuil de la perte d’un être cher ?).

La qualité du roman repose sur sa construction. On sent un auteur sûr de lui, qui sait où il veut mener son lecteur, qui sait quand il doit lui révéler certains éléments et quand il doit les taire. Belle maîtrise ! Il jalonne son texte de petites phrases qui indique au lecteur qu’il doit être attentif, qu’ il va se passer quelque chose de tragique, mais il prend son temps pour l’y emmener. Et puis, lorsque « l’événement » a enfin eu lieu, il prend à nouveau son temps pour décortiquer ce que pensent les personnages, ce qu’ils vivent, ce qu’ils ressentent, pour décrire leur plus profond mal-être, avant de clôturer son livre avec panache.

J’ai vraiment apprécié d’être ballotée d’un lieu à un autre, du passé d’un personnage au passé d’un autre, en sachant que l’action « présente » est en suspens pendant ce temps-là. On lit ce livre, haletant, avec la soif d’en savoir toujours davantage d’abord puis avec celle de savoir comment les personnages, meurtris, vont se sortir de cet imbroglio psychologique.

Ce roman m’a passionnée de la première à la dernière phrase. Il m’a surprise, étonnée, interrogée, captivée.

Le roman s’ouvre sur ces mots :

« L’événement qui bouleversa leur existence survint un samedi après-midi de juin, quelques minutes à peine après que Michael Turner, croyant la maison des Nelson déserte, eut franchi le seuil de la porte du jardin. »

 

C’est Luocine qui m’a donné envie de le lire. Et comme elle, je l’ai emprunté à la médiathèque.

 

Publicités
20 commentaires
  1. Je l’ai lu et aimé mais pas de billet ( pourquoi? mystère)

  2. Les avis semblent assez partagés sur ce roman, mais je te fais confiance, j’essayerai de le trouver en bibliothèque, moi aussi.

  3. Hum, je vais aller voir ma bibli aussi, alors! ^_^

  4. En tout cas tu as l’art de faire monter le suspense toi aussi… 😉

  5. merci pour le lien, et tu as vu que j’avais fait un effort pour ne rien dévoiler de la fin. Je ne me suis pas forcée le roman repose sur ça entre autre. J’ai aimé aussi ce que l’auteur raconte du côté « voyeur » indiscret des écrivains.

    • Oui, tu en racontes bien plus que moi (c’est pas difficile) mais tu ne vas pas trop loin. Ceci dit, j’avais lu ton article mais j’avais tout oublié lorsque j’ai eu le livre en main.

  6. Un roman qui t’a ferrée, c’est le moins qu’on puisse dire !

  7. Stephie permalink

    Rhaaaaa mais non, ma PAL urgente s’effondre et maintenant, je n’ai plus qu’une envie : lire CE titre. C’est malin, hein 🙂

  8. Les premières phrases m’accrochent aussi tout de suite, et pour le reste, tu donnes bien envie!

    • Oui elles accrochent bien le lecteur ces premières phrases ! Et on se demande pendant un long moment ce qu’elles cachent…

  9. Il est quelque part dans ma PAL celui là, vite, expédition à la lampe torche à programmer d’urgence !

  10. Ta note ne révèle pas grand chose mais fait envie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :