Skip to content

Le club des miracles relatifs de Nancy Huston

13 juillet 2016

miracles relatifsTitre : Le club des miracles relatifs

Auteur : Nancy Huston

Editeur : Actes sud

Date de parution : avril 2016

295 pages

 

 

 

 

 

Voilà un roman qui ne peut pas laisser le lecteur indifférent. On aime, on adhère totalement ou pas du tout.

Roman d’anticipation ou roman dénonçant les dérives actuelles ? Un peu des deux sûrement. Le résultat est hallucinant. Original, violent, stupéfiant. Il nous emporte ou il nous noie.

J’ai été emportée, littéralement, par la langue d’abord, par les mots, par les halètements de Varian, le personnage principal, par la beauté de certaines phrases, par la cruauté de certaines autres, j’ai été emportée dans une grande vague glacée.

L’histoire ? Les histoires, plutôt… Varian est un enfant pour le moins singulier, peu viril, à la voix haut perchée, d’une intelligence extrême, vulnérable mais monstrueux de froideur.

Ce roman exploite plusieurs thèmes : l’écologie (avec les descriptions d’une terre déchiquetée par les hommes pour en extraire les ressources énergétiques), la violence inhérente à ce travail (viol des femmes, alcool, prostitution),  l’humiliation et la torture dans certaines prisons…

L’autre grand intérêt de ce roman réside dans ses multiples interprétations. C’est un roman qui suscite des débats. Chaque lecteur n’a pas forcément la même lecture de ce livre. Et ça, c’est passionnant. L’auteur suggère tellement qu’elle n’apporte aucune certitude. Varian a été arrêté parce qu’on le soupçonne d’être un militant écologiste en lien avec des réseaux islamistes mais à travers les chapitres «couleurs de l’arc-en-ciel », on soupçonne, on peut penser que ses crimes sont ailleurs… Et ces chapitres-là sont fort intéressants, ils décrivent dans un style fluide et captivant la vie des femmes arrivées dans cette région pour une raison ou pour une autre.

Ce roman est un cauchemar vivant, et ce qui est le plus inquiétant c’est qu’on sent, on sait que notre société du profit génère toute cette violence, qu’elle est là, déjà là…

C’est un livre qu’on ressent avec son corps, avec ses sens, c’est d’une grande puissance évocatrice.

 

« – Pour moi, avait alors répondu Luka, l’âme c’est comme le coucher de soleil. – Comment      ça ?     – Eh bien, du point de vue scientifique, on sait avec certitude que ça n’existe pas. Le soleil ne se lève ni ne se couche, et l’âme c’est un truc qu’au long des millénaires le cerveau humain a appris à construire, à des fins de survie. Mais, même s’ils ne sont pas réels, ils sont importants. »

 

 

 

Publicités
21 commentaires
  1. From the avenue... permalink

    je note, je note, je note ! ça me fait penser à un autre roman, celui de Vincent Message : « Défaite des maîtres et possesseurs » où j’ai pris une grosse claque !

  2. Woaww, j’attendais de lire des avis sur le nouveau titre de cette auteure que j’aime beaucoup, mais dont les dernières parutions m’ont un peu déçue. Dire que là, tu me fais envie, est un euphémisme !! La grande force de Nancy Huston est de savoir sortir de sa zone de confort en expérimentant des genres très divers, et j’ai l’impression que là, elle s’est vraiment lâchée… j’adore l’idée !

  3. Je dirais bien comme Inganmic, tiens! et comme From the avenue (pour le v message)(que je recommande). Bon, et la couverture est plutôt laide, non?

  4. …mais le titre est intrigant ! Cela semble sortir des sujets habituels de Huston ( qui avait fini par me lasser…) mais sa palette reste sombre manifestement…

  5. Tu es vraiment emballée ! Et dire que je n’ai jamais lu Nancy Huston !

  6. j’avais déjà noté mais… « un cauchemar vivant »!? brrrr … Bon, j’irai me faire mon propre avis!

  7. oui la violence est parmi nous je lis ton billet après le 14 juillet de Nice, alors tu comprends!

  8. Forcément, cela donne très envie, surtout lorsqu’on a déjà lu Nancy Huston et qu’on connaît ses multiples talents.

  9. Mais c’est fou, je ne savais même pas qu’elle avait sorti un nouveau roman. J’aime plutôt ce qu’elle fait maintenant que ces grands succès alors je suis tentée.

  10. Il est récent ! Mais c’est vrai qu’on ne l’a pas beaucoup vu…

  11. pourquoi pas en effet.
    côté violence, j’ai eu ma dose avec « Tropique de la violence » de Natacha Appanah qui m’a laissée sur le carreau mais très bon roman…

  12. J’ai une théorie sur le personnage principal de ce roman : je pense qu’il est né avec des organes génitaux féminins incomplets et qu’à sa naissance on l’a assigné garçon en l’opérant ! Mon avis ici https://femmesdelettres.wordpress.com/2016/07/23/nancy-huston-le-club-des-miracles-relatifs-avril-2016/

Trackbacks & Pingbacks

  1. Défaite des maîtres et possesseurs de Vincent Message | Le blog de Krol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :