Skip to content

Rue des voleurs de Mathias Enard

14 juin 2016

rue des voleursTitre : Rue des voleurs

Auteur : Mathias Enard

Editeur : Actes Sud

Date de parution : 2012 et 2014 en poche (Babel)

349 pages en poche

 

 

 

 

Je n’ai pas retrouvé le style de Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, sans toutefois être déçue.

La première phrase met immédiatement  le lecteur dans le bain (j’avoue que j’ai été séduite d’emblée) :

« Les hommes sont des chiens, ils se frottent les uns aux autres dans la misère, ils se roulent dans la crasse sans pouvoir en sortir, se lèchent le poil et le sexe à longueur de journée, allongés dans la poussière prêts à tout pour le bout de barbaque ou l’os pourri qu’on voudra bien leur lancer, et moi tout comme eux, je suis un être humain, donc un détritus vicieux esclave de ses instincts, un chien, un chien qui mord quand il a peur et cherche les caresses. »

Lakhdar est un jeune marocain de Tanger, un peu musulman, un peu amoureux de sa cousine, complètement chassé de chez lui, et qui va se retrouver à la rue, côtoyer des gens qui vont l’aider et en même temps l’effrayer,  toujours un livre à la main. C’est un roman de l’errance.

Le narrateur (l’auteur ?) porte un regard désenchanté sur le monde actuel à l’heure des révolutions arabes, et de la montée de l’islamisme. J’ai aimé me perdre dans les ruelles de Tanger puis dans la cour des miracles de la rue des voleurs à Barcelone aussi bien que dans les réflexions du personnage en quête de liberté, de fidélité, d’espoir, s’interrogeant sur le sens de la vie, sur le sens des révoltes, et s’inquiétant de la radicalisation de son ami.

Lakhdar est un personnage sincère, généreux et entier. Son amour pour Judit, son amitié pour Bassam, sa passion pour les polars français, le rendent sympathique et touchant.

Roman d’actualité, roman politique, roman des désillusions, roman d’un auteur qui connaît bien son sujet et qui est capable d’en parler à la faveur d’une histoire riche en péripéties.

« La vie est une machine à arracher l’être ; elle nous dépouille, depuis l’enfance, pour nous repeupler en nous plongeant dans un bain de contacts, de voix, de messages qui nous modifient à l’infini, nous sommes en mouvement ; un cliché instantané ne donne qu’un portrait vide […] »

« […] j’étais en route pour ma prison, déjà enfermé dans la tour d’ivoire des livres, qui est le seul endroit sur terre où il fasse bon vivre. »

 

 

Publicités
15 commentaires
  1. Je ne sais pas pourquoi, je m’étais imaginée que ce roman se déroulait il y a plusieurs siècles (un vague amalgame avec la cour des miracles, peut-être ?)… J’avais bien aimé les batailles, les rois et les éléphants, seul titre lu à ce jour de cet auteur, et j’ai prévu de lire celui-ci, et Zone. Merci pour ce billet qui, sans en dévoiler beaucoup, donne très envie.

  2. Un auteur que je veux absolument découvrir avec Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, j’ai l’impression qu’il n’a rien écrit de mieux depuis.

    • Ah oui , quel beau texte que Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants ! Mais celui-ci n’est pas mal non plus, dans un autre registre. Je tenterais bien Boussole maintenant !

  3. Rue des voleurs, lu pourtant après Parle-leur de rois… m’a enthousiasmée : je lui ai trouvé quelque chose de vrai, d’authentique. Il a dû tomber au bon moment !

  4. la 1e phrase est tentante !!!! la critique me plaît. donc je vais le rajouter.
    hier j’ai commencé « Boussole » qui me plaît beaucoup. je vais garder « parle leur de rois…. » pour la fin

  5. j’ai du mal avec cet auteur…

  6. Deux romans vraiment différents. Je les ai aimé tous les deux pour des raisons différentes aussi.

    • Oui, très différents. Je crois que Mathias Enard est un auteur qui n’écrit pas du tout les mêmes romans. C’est plutôt une bonne chose.

  7. Excellent souvenir ce roman, très différent du précédent Parlez-leur de batailles, etc…
    Pas encore lu Boussole mais j’y viendrai peut-être.
    En tout cas je regarde toujours avec intérêt ce que publie Mathias Enard.

  8. Oui, c’est un auteur français digne d’intérêt ! Une belle écriture, de vrais sujets de romans, un romancier, un vrai !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :