Skip to content

Landfall d’Ellen Urbani

29 mai 2016

couv rivireTitre : Landfall

Auteur : Ellen Urbani

Traduit de l’américain par Juliane Nivelt

Editeur : Gallmeister

Date de parution : 3 mars 2016

292 pages

Premier roman

 

 

2005, l’ouragan Katrina, ça vous dit quelque chose ?

Non seulement, Ellen Urbani nous emmène dans l’univers dévasté de La Nouvelle Orléans grâce à une sérieuse documentation, mais elle a donné vie (et mort) à des personnages fictifs d’une grande profondeur et d’une belle humanité.

Voilà ce que j’appelle un écrivain ! Sa plume possède une puissance évocatrice rare. Et pour couronner le tout, Ellen Urbani montre une belle maîtrise dans la construction du roman, dans la narration qui mêle subtilement passé et présent, et dans l’art de captiver son lecteur.

Les chapitres alternent entre Rose et Rosy, la première partant à la recherche d’indices sur la seconde pour « réparer », pour qu’elle ne sombre pas dans l’oubli, pour que sa famille sache, parce qu’elle se sent coupable.

C’est un roman dense, passionnant, entre enquête et portrait de femmes, un roman qui marque, qui laisse des images dans la tête, un roman généreux et pourtant difficile, dur, avec des passages à la limite du supportable, parce que la vie est ainsi faite pour trop de gens.

Tiens, je n’ai pas raconté l’histoire, j’en connais une qui va râler…

Un livre édité par Gallmeister, pas étonnant !

« Étouffés chez les morts, spécifiques aux vivants : la sueur, la puanteur de l’adrénaline, le remugle méphitique de la peur. »

« Rosy ne priait jamais. Non pas qu’elle ne crût pas en Dieu, ou en la possibilité d’un Dieu, mais parce qu’elle doutait que des récitations machinales pussent engendrer quoi que ce soit d’autre qu’une transe méditative chez celui qui priait. »

 

Guillaume en parle bien mieux que moi.

 

 

 

Publicités
18 commentaires
  1. Encore un avis plus qu’enthousiaste, je pense que je vais me plier…

  2. Mais c’est bien de ne rien raconter! Gallmeister, en général, ça suffit comme argument… ^_^

  3. luocine permalink

    Celle qui ne désespèrepas qu’un jour Krol nous raconte l’histoire sans déflorer l’intérêtdu roman . C’est moi : Luocine .Mais cela ne m’empêche nullement d’adorer les billets de Krol et de lui faire confiance.

  4. encore une tentation….

  5. Déjà repéré, je suis presque sûre d’aimer !

  6. Pourquoi pas ? Il pourrait me plaire je pense…!

  7. un livre généreux comme tu dis, comme son auteur qui lors d’une rencontre nous a captivé par sont travail littéraire et son envie de rendre hommage aux hommes et aux femmes frappés par cet ouragan.

    • Oui, bon, je ne reviens pas sur le fait que vous l’avez invité un jeudi après-midi et que je ne n’ai pas pu la rencontrer…

      • From the avenue... permalink

        quand j’y repense, c’était vachement bien (pardon, je suis horrible!) sans rancune ?

  8. Dans ma pal celui-ci. Je me demande ce qu’il y fait encore !

Trackbacks & Pingbacks

  1. Ellen Urbani, Landfall – Lettres exprès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :