Skip to content

En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut

18 mai 2016

en-attendant-bojanglesTitre : En attendant Bojangles

Auteur : Olivier Bourdeaut

Editeur : Finitude

Date de parution : 7 janvier 2016

159 pages

Premier roman

 

 

 

Il fallait qu’il arrivât un jour, ce grand moment de solitude !

Ce roman a été encensé par la majorité des blogueurs et blogueuses, par la presse, et je suis restée (presque) insensible au charme de ce livre.

Mais pourquoi donc ?

Première raison très importante : je connaissais tout de l’histoire, à force de l’avoir lue et relue sur les blogs (par conséquent, je ne vous ferai pas l’affront de la re-raconter). Donc aucun effet de surprise. La fin est totalement prévisible. Donc, là encore, je n’ai pas été étonnée.

Faut-il être surpris pour aimer un roman ? me direz-vous.

Et bien, c’est comme en amour, si l’autre ne vous étonne pas un peu, on s’ennuie.

Et, je me suis quelque peu ennuyée. L’écriture ne m’a pas enthousiasmée. Autant l’histoire est une succession d’anecdotes, autant l’écriture n’a rien d’attrayant. Et c’est ce décalage entre le manque de fantaisie du style et le côté déjanté de l’histoire qui m’a le plus gênée. Ce n’était pas en adéquation. Deux voix : celle du petit garçon avec son innocence (mais ça ne tient pas sur la longueur me semble-t-il), et celle du mari, ordinaire.

Un goût de trop peu aussi. La fin me semble bâclée (à  partir du moment où elle est internée), elle manque de corps (la fin du roman pas la femme). On sent que l’auteur est moins à l’aise avec la folie dans ce qu’elle a de terrible… Tout le roman me semble manquer de densité.

Autre raison : j’ai adoré le livre précédent et question style, il n’y a pas photo ! La comparaison entre les deux romans ne laisse aucune chance au second.

Tout n’est pas à jeter, bien sûr : j’ai aimé cette façon de traiter la folie comme une normalité (dans la vie de ce couple), l’auteur ne verse jamais dans le pathos et tant mieux mais… peut-être que si j’avais lu ce roman le 8 janvier sans avoir lu aucune ligne à son propos, j’aurais été charmée… peut-être…

C’est donc un premier roman sympathique mais sans plus. Reste à voir comment l’auteur va transformer l’essai.

 

 

Publicités
27 commentaires
  1. J’ai eu la chance de le lire sans rien en savoir du tout, et sans doute ça change tout! Bojangles pour moi ça ne signifiait rien (je suis une bille pour ces chansons). j’ai donc été sous le charme (à part une ou deux facilités)
    Si ça peut te donner une idée : on m’avait raconté les visiteurs (à l’époque) et le film ne m’a ensuite pas du tout amusée…
    Bon, difficile de ne rien dire d’un livre, que faire ensuite? Sans doute ce roman doit-il être ‘découvert’ sans rien en savoir?

    • J’aurai effectivement préféré le lire sans en rien savoir. Mais, même malgré cela, je ne sais pas si j’aurais apprécié autant que vous tous !

  2. luocine permalink

    Je suis d’accord avec toi, et je comprends très bien tes réactions . Mais en plus je suis toujours mal à l’aise quand on décrit la maladie mentale de façon festive.

  3. j’ai aimé la façon dont il parle des troubles bipolaires car j’ai une vision pro donc le décalage me plaît. cela m’a rappelé l’écume des jours en moins bien.
    par contre la fin m’a révoltée: on ne fait pas un enfant si c’est pour lui faire ça…

  4. Sans doute à force d’en entendre parler, on a le temps de construire l’image du livre que l’on pense lire… C’est tout le problème, on risque fort la déception. Moi je l’ai lu très tôt en janvier et je suis tombée sous le charme, j’en ai retenu la légèreté (malgré le sujet) et la volonté d’enchanter le quotidien. On ne va pas crier au chef d’œuvre mais c’est incontestablement un livre singulier, qui interpelle à plusieurs niveaux, qui pourra choquer certains ou au contraire, comme moi, faire regretter d’être trop raisonnable…

  5. Je me sentais un peu seule quand, après l’avoir lu il y a quelques mois, j’avais du mal à comprendre cet engouement. Depuis quelque temps des avis moins enthousiastes apparaissent ici et là. Moi, c’est surtout son côté déjanté qui m’a dérangée.

  6. Idem pour moi, j’ai été déçue et ai été plutôt agacée par la voix enfantine. J’ai quand même eu les larmes aux yeux à la fin du livre mais quand même, cela ne m’ a pas suffit.

  7. Toujours pas lu…

    • Je serais pourtant intéressée par ton point de vue. Peut-être laisser passer quelques années pour ne plus se souvenir du sujet.

  8. C’est ce roman (que je n’ai pas lu) et les commentaires négatifs qu’il commençait à susciter qui m’a donné envie d’écrire un billet sur ces moments de solitude que nous avons tous connus. Outre qu’on connaît déjà presque tout avant de l’ouvrir (je déteste ça !) c’est à mon avis le genre de roman qui convient mieux à des gens qui lisent trois livres dans l’année, qu’à des lecteurs un peu plus exigeants.

    • Et c’est ton article qui m’a convaincue d’écrire un article sur ce livre. Lorsque je suis à contre-courant, je préfère souvent ne rien écrire, tellement je me sens seule !

  9. Je n’ai pas eu l’envie de l’acheter, je me méfie beaucoup de ces engouements spontanés…Mais tant mieux s’il fait lire!

  10. Pour un premier roman, je l’ai trouvé original et culotté.

  11. Patrice permalink

    Je peux comprendre ta réaction. Je l’ai trouvé quant à moi vraiment réussi. Mais il y a pour moi des romans de la rentrée littéraire 2016, sur des thèmes et styles très différents, qui lui sont supérieurs (je pense tout de suite à Vincent Message – Défaite des maîtres et possesseurs).

    • Ah oui, il y en a plein ! Notamment le livre de Chalandon ! Qui traite un peu du même sujet finalement. Mais la qualité stylistique est bien supérieure.

  12. C’est dommage oui. Je l’ai lu au tout début, avant le déferlement médiatique et sa flopée de prix que je trouve totalement mérité… Et je me suis régalée du début à la fin. Comme quoi 😉

  13. Dès le début j’ai pensé qu’il n’était pas pour moi…alors maintenant !… Déjà je n’aime pas bcp les bouquins qui utilisent un enfant comme narrateur, c’est très casse gueule ( bien sûr il y a des exceptions formidables!) …et puis maintenant qu’il n ‘y a plus aucun suspens…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :