Skip to content

Les équinoxes, une BD de Pedrosa

19 mars 2016

équinoxesTitre : Les équinoxes

Auteur et dessinateur : Pedrosa

Editions Dupuis

Collection Aire libre

Date de parution : 2015

330 pages

 

 

 

Quelle BD ! Dense, très dense, ambitieuse, autant du point de vue du texte, de ce qu’il véhicule que de la technique du dessin (utilisation de la couleur et des matériaux).

Au fil des quatre saisons, donc d’une année, on voit vivre plusieurs personnages qui n’ont pas de rapports entre eux, mais qui vont être amenés à se croiser, leur point commun étant leurs tourments intérieurs. Le temps qui passe, la solitude, les regrets, sont le fil conducteur de ce roman graphique tout en nuances et en fondus et la note d’espoir final pour chaque histoire (comme par exemple, la promesse d’un jour meilleur pour le jeune garçon de l’époque préhistorique) nous permet, à nous lecteurs, de ne pas aller nous jeter dans le fleuve sitôt l’objet livre refermé (j’exagère… mais il est vrai que ce n’est pas très joyeux dans l’ensemble). La dernière saison est l’été, lumineuse, celle qui permet à Camille de, enfin, lâcher prise.

Un lien ténu traverse les époques : des traces. Des vraies, des réelles, scellées dans la terre. Ne laissons-nous pas chacun des empreintes de notre passage d’une manière ou d’une autre ? Dans le cœur, à travers nos actes et nos pensées…

L’histoire de chaque personnage est évoquée, on en comprend ce qu’on peut, au gré de notre imagination et des quelques pistes suggérées. Le lecteur a fort à faire dans ce genre de texte, il doit reconstruire, assembler les morceaux du puzzle, aidé par tout ce qu’il ressent.

L’idée de la photographe qui capture des instants « volés » à des passants et qui nous livre ainsi des fragments de vie est excellente. J’ai vraiment beaucoup aimé ces passages-là.

Le gros atout de ce roman graphique est d’ailleurs la partie « littéraire », ces longs textes qui clôturent chaque saison et qui apportent ce que le dessin n’aurait pu traduire, une réflexion sur le sens de l’existence.

C’est un roman graphique qu’il faut lire et relire pour bien en comprendre les liens, les croisements, les effets. Une seule lecture ne suffit pas, c’est certain ! Un bel album !

 

Publicités

From → Bande dessinée

9 commentaires
  1. pourquoi pas? je connais le nom de l’auteur, c’est tout…peut-être une ou des critiques sur babelio.com?

  2. Oui, je suis bien d’accord avec toi, cette bd est à découvrir ! J’ai été emportée par les variations graphiques de Cyril Pedrosa, le dessin est magnifique. La fin est superbe. Une très belle lecture. J’ai lu également « Trois ombres » du même auteur : le dessin est cette fois en noir et blanc mais là encore on est embarqué par une belle émotion.

  3. Je crois que la BD fait definitivement partie de mon univers littéraire, par petite dose , quand j’aime bien je m’y replonge plusieurs fois c’est plus rare avec des romans.

  4. Dire que je suis passé à coté alors que j’adore Pedrosa. Je m’en veux encore, mais je le relirai peut-être un jour du coup.

Trackbacks & Pingbacks

  1. « Les équinoxes , Cyril PEDROSA | «Sur mes brizées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :