Skip to content

Un cheval entre dans un bar de David Grossman

7 mars 2016

cheval barTitre : Un cheval entre dans un bar

Auteur : David Grossman

Traduit de l’hébreu par Nicolas Weill

Edité par le Seuil

Date de parution : août 2015

228 pages

 

Puissant, original voire insolite et surtout très fort (stylistiquement parlant).

C’est un livre que j’ai lu dans un souffle. Impossible de le poser, impossible d’échapper à l’emprise du personnage principal, ensorcelée j’ai été.

Je développe, je développe, pas d’inquiétude !

Ca se passe un soir dans un bar, Dovalé est un humoriste et tout le texte raconte son spectacle, à travers le regard du narrateur, un juge à la retraite invité par le comique, qui voit, pense et se remémore. Il est très difficile de parler de ce roman parce qu’il est complexe et j’ai peur d’en réduire sa portée.

Il y a une puissance folle dans ce texte hallucinant qui saute du coq à l’âne avec une aisance incroyable, qui entremêle blagues dignes de carambar, et autodérision, insolence et cynisme, et finalement aboutit à une espèce de suicide intellectuel et personnel. Comme un clown triste, ce comique met sa vie en scène, se dévêt devant un public médusé.

L’écriture de ce texte est atypique et je pense qu’elle peut produire aussi bien un rejet total du lecteur (à l’image de certains spectateurs qui quittent la salle, exaspérés par les propos de Dovalé et par ses digressions incessantes) qu’une adhésion totale.

Personnellement, vous l’aurez compris j’ai totalement adhéré et je recommande.

J’aime penser que la littérature regorge de petites perles qui sortent des sentiers battus et qui réjouissent un lecteur curieux de nouveautés.

 

 

 

Publicités
17 commentaires
  1. cette histoire me plaît, je trouve toujours une certaine tristesse aux comiques. Je crains un peu le côté décousu du fil narratif.

  2. Ah ah, j’ai vu ce livre, je n’osais pas. On en a peu parlé sur les blogs, alors merci.

  3. Le titre me dit quelque chose mais je ne l’ai pas eu entre les mains.

  4. J’avais adoré « Une femme fuyant l’annonce », d’une belle ampleur et restituant avec beaucoup de finesse les douleurs propres à ce pays. Il y avait aussi pas mal de discours, de tirades, comme cela semble être le cas ici avec ce comique bavard. Je me laisserai bien tenter alors, j’aime bien moi aussi les livres insolites !

    • Et bien maintenant j’ai très envie de lire « Une femme fuyant l’annonce » qui me faisait déjà de l’œil à sa sortie.

  5. pourquoi pas?

  6. Je n’ai jamais lu cet auteur, je tourne autour, et ton billet me convainc d’essayer, voire d’y trouver du plaisir ! 😉

  7. On te sent tellement emballée, difficile de faire l’impasse.

  8. Et bien justement, on ne fait pas l’impasse !

  9. Bonsoir Krolfranca, je pense lire ce roman un des ces jours: d’abord pour le sujet, puis je n’ai encore jamais lu d’ouvrage de D. Grossman et que celui-ci n’est pas trop long. Bonne soirée.

  10. Mais, mais, mais…. c’est déloyal ça !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :