Skip to content

Le chardonneret de Donna Tartt

3 février 2016

chardonneretTitre : Le chardonneret

Auteur : Donna Tartt

Traduit de l’anglais par Edith Soonckindt

Editeur : Plon

Date de parution : janvier 2014

795 pages

 

 

 

Le chardonneret c’est un petit tableau de Fabritius qui date de 1654 (voir ci-dessus). Ce tableau est au cœur du roman sans pour autant occuper la première place (on oublie même son existence pendant un gros tiers du livre).

Le héros du roman c’est Théo. On fait sa connaissance lorsqu’il a 13 ans et on le suit jusqu’à l’âge adulte.

J’ai plongé dans ce roman comme on plonge dans une piscine dont l’eau est à 30 °C (j’adore l’eau très chaude, je ne me baigne pas à moins de 30 °) mais qui n’est pas très propre. Hum ! Comparaison un peu audacieuse… voire vaseuse… Je m’explique. C’est un pavé (presque 800 pages) mais j’ai toujours pris du plaisir à l’ouvrir, avide de suivre la vie plus que chaotique, à la limite du glauque, du jeune Théo. Néanmoins, cela ne m’a pas empêchée d’y trouver des longueurs, des répétitions (sincèrement, ce livre n’aurait pas été moins intéressant avec une bonne centaine de pages en moins). J’ai parfois été agacée par le comportement du personnage principal, son goût pour les drogues et l’alcool (parfois, tu as envie de lui donner un bon coup de pied au derrière pour le remuer un peu), ses hésitations et ses tergiversations concernant le tableau mais (et c’est paradoxal) j’adorais reprendre ce livre ! Et ça ne s’explique pas. C’est comme ça. Comme si finalement, je prenais du plaisir à me baigner dans une eau trouble… (Et oui j’aime filer mes métaphores !)

La galerie de personnages est étonnante et foisonnante. Sa mère meurt (dès le début du roman, je ne dévoile donc pas grand-chose), il va alors aller de rencontre en rencontre. Des personnages vont l’aider et l’aimer comme le fabuleux et non moins excentrique Hobie (mon personnage préféré sans conteste possible !) ou Mrs Barbour et son fils Andy…. D’autres vont l’aimer (sûrement mais à leur manière) tout en l’entraînant parfois sur une pente dangereuse, comme son père ou son ami russe Boris. Il rencontre aussi des femmes (essentiellement deux) mais Théo est pudique et ne nous livre pas grand-chose de sa vie sentimentale.

C’est un parcours initiatique, pas banal, durant lequel le bien et le mal se côtoient, voire s’entrecroisent sans cesse. Et c’est cette oscillation constante qui peut éventuellement agacer le lecteur. Choisis ton camp, mon gars, a-t-on envie de dire à Théo ! Mais dans la vie, la vraie, arrive-t-on à faire des choix facilement, et ne sommes-nous pas des êtres ambigus, qui pouvons aussi bien mentir qu’être honnêtes selon les gens que l’on rencontre et la vie que l’on mène ? Bon d’accord, il y a des êtres plus menteurs que d’autres, ou plus honnêtes que d’autres ou plus drogués que d’autres ou plus sages que d’autres… Mais Théo entre sa vie avec Hobie et son ami Boris fait vraiment le grand écart !

Pour conclure, c’est un roman qui peut aussi bien agacer que séduire, me semble-t-il. J’ai été séduite (si j’oublie que parfois je l’ai trouvé un poil longuet).

 

 

Publicités
26 commentaires
  1. C’est vraiment bien quand tu racontes un peu le livre qui t’a plu, je ne suis pas sûre de te suivre sur ce livre car j’hésite à me plonger dans des romans trop longs je garde ça pour l’été ou pour les voyages.

    • J’hésite moi aussi parfois à me lancer dans un gros livre bien épais. C’est vrai qu’il faut être disponible si on ne veut pas que la lecture s’étale sur plusieurs semaines. Mais, là, je l’ai avalé très vite !

  2. J’ai très envie de le lire, j’adore l’écriture de Donna Tartt, j’avais trouvé diabolique Le maître des illusions.

  3. Il est dans ma PAL mais ce sont les 800 pages qui me freinent un peu… mais cette auteure est tellement appréciée sur Babelio et autres que j’y viendrai…

  4. Beaucoup aimé ce roman qui était également mon premier de Donna Tartt… Je comprends que l’on puisse lui trouver des longueurs, et je comprends également qu’il exerce une sorte de fascination addictive. C’est un roman d’une réelle virtuosité qui laisse quand même quelque peu admiratif de la performance… Mais le plus important c’est quand même le plaisir de lecture qu’il procure, celui de retrouver Théo et de l’accompagner encore un bout de chemin. Du coup, Le maître des illusions a rejoint ma PAL…

  5. Je crois que j’aurais peur d’être agacé.

  6. Donna Tartt est une autrice rare et virtuose. Je suis d’accord avec toi, la fin est superflue, mais le roman est addictif. Ses autres romans sont tout aussi magistraux pour moi.

  7. keisha41 permalink

    Je suis exactement de ton avis! Un peu longuet parfois, mais on ne lâche pas!

  8. Effectivement, il y a des longueurs mais j’ai beaucoup aimé ! J’ai d’ailleurs continué avec le maître des illusions !

  9. je ne pense pas le lire. j’ai lu, il y a longtemps Le Maître des illusions, j’avais aimé -oui, je sais, il y a comme une contradiction dans mes propos…

    • Euh … oui… c’est un peu contradictoire. Et en même temps, j’ai l’impression de comprendre ce que tu veux dire parce que j’éprouve moi-même la même chose parfois.

  10. J’avais très envie de le lire et puis j’ai été déçue…trop long,les passages de beuverie et de prise de drogue m’ont saoulées (c’est le cas de le dire ! ) et finalement je me suis plus attachée aux personnages secondaires qu’au héros !Dommage ! MYMY

  11. Contre toute attente, j’ai adoré ce roman comme toi. Et pourtant ce n’était pas gagné ! Gros pavé, peu de temps et un personnage principal qui est torturé au possible. Du coup je tenterai bien Le maître des illusions ou Le petit copain du même auteur. Tu me conseillerais lequel ?

  12. Ah de mon côté j’ai été agacée (notamment la partie où il se drogue avec son meilleur ami, quel manque d’intérêt..). Et le héros m’a légèrement insupportée ! Pourtant j’ai adoré les première pages ! Et je garde un souvenir délicieux du « Maître des illusions » !

    • Moi aussi j’ai adoré les premières pages ! Et comme je le disais, je comprends qu’on puisse être agacé ! Pour le Maître des illusions, tu en rajoutes une couche, c’est bon, j’ai compris, je vais le lire ! 😉

  13. J’ai tellement entendu parler de ce roman! Les avis sont mitigés, je crois bien que je vais quand même me laisser tenter un jour…
    Bonne journée à toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :