Skip to content

Un bonheur parfait de James Salter

5 août 2015

bonheur parfaitTitre : un bonheur parfait

Auteur : James Salter

Traduit de l’américain par Lisa Rosenbaum et Anne Rabinovitch

Paru chez Points en octobre 2008

396 pages

 

 

 

 

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant ennuyée à la lecture d’un roman. J’ai même intercalé d’autres lectures (ce que je ne fais jamais d’ordinaire).

C’est l’histoire de la fin d’un mariage dans le milieu très bobo américain. Ils ont une belle maison, deux jolies filles, un chien, des amis, ils donnent l’apparence d’un couple heureux. Mais voilà, ce qu’on montre n’est pas nécessairement ce qu’on vit. La femme est infidèle et invite son amant chez eux, il est l’ami du mari (qui finit aussi par tromper sa femme mais avec une certaine culpabilité, ce qui n’est pas le cas de la femme). Vous voyez le tableau ! Ils réceptionnent beaucoup, discutent de tout et de rien avec leurs amis. Pas passionnant tout ça ! Et puis les réflexions des riches qui ont l’air heureux mais qui ne le sont pas, m’agacent ! Ce n’est pas mon monde, pas mon univers et la narration quelque peu éclatée, qui part un peu dans tous les sens n’a pas arrangé les choses.

Un roman sur les apparences, sur la futilité de la vie, sur le mariage, sur l’indépendance, sur la fidélité ou plutôt l’infidélité, sur l’amour… Sur tout ça, et je n’ai rien ressenti, pas une once de sympathie pour les personnages, pour leurs choix, pour leur vie. Je lisais, sans conviction mais en ayant toujours envie de savoir où l’auteur allait m’emmener. Bah, nulle part. La vision de ce couple, de ce mariage est terriblement pessimiste et inintéressante. Et le mariage de Viri avec une jeune italienne, à la fin du livre,  m’a stupéfiée. Faut-il faire semblant d’avoir une vie de couple pour supporter sa vie ? De toute façon, ce personnage, passif, m’a beaucoup exaspérée. Il a subi son mariage, comme il a subi sa séparation, comme il a subi son voyage en Italie… La femme ne m’a pas intéressée davantage. Son assurance, son goût pour les apparences, son égoïsme, sa superficialité m’ont tenue éloignée d’elle.

Il parait que James Salter a une plume étonnante, qu’il atteint dans ce roman, la perfection (d’après le magazine Lire). J’avoue que je suis passée complètement à côté.

Et puis cette façon de présenter les gens de plus de quarante-cinq ans comme des vieillards dont la vie est terminée, m’a vraiment exaspérée.

« Il avait quarante-sept ans. Il promenait son front dégarni dans la lumière romaine. […] Quand il voyait, sur les vitrines, son visage éclairé par le soleil, il avait un choc. C’était le visage d’un vieux politicien, d’un retraité, ses rides paraissaient tracées à l’encre noire. Ne me méprisez pas parce que je suis vieux, suppliait-il »

Alors, oui, il y a des passages qui m’ont parlé, j’ai lu certains chapitres avec un peu de plaisir, je suis allée jusqu’au bout, mais dans l’ensemble je suis restée de marbre et n’ai été touchée ni par l’histoire, ni par l’écriture.

 

Publicités
20 commentaires
  1. keisha41 permalink

    Hou là! Récemment je m’ennuyais sur une lecture, alors zou, adieu!

  2. Et bien, ça, c’est fait ! Je n’ai toujours pas lu James Salter, je ne me décide pas. Pour le moins pas prioritaire ( tout comme les critiques de Lire, pas d’affinités ^-^ )

  3. Si tu es passée à côté je vais en faire autant …

  4. J’ai commencé un James Salter une fois (une seule !) et je me suis ennuyée également… je ne me souviens plus du titre, mais je n’ai jamais récidivé !

  5. C’est aussi le seul roman de Salter que j’aie lu. Pas trop de souvenir et je n’ai pas réitéré. Il est vrai que j’ai lu que c’était une grande plume de la littérature américaine. J’en reste à Roth, Harrison, Powers, McCarthy, Hustvedt ou Erdrich. Et il y en a encore plein à découvrir!

  6. Bonjour Krol, je sais que James Salter a des fervents partisans, personnellement, je n’ai pas eu le coup de foudre pour le seul roman que j’ai lu de lui (Et rien d’autre), Il écrit bien, il avait un grand sens de la narration mais je m’étais pas attachée aux personnages et puis j’avais trouvé l’ensemble trop masculin (« macho »). Bonne journée.

  7. ton avis m’intéresse parce que j’ai déjà hésité à en emprunter un. Me voilà refroidie!

  8. sous les galets permalink

    C’est fou tu es la deuxième de mon entourage à me dire qu’elle s’est ennuyée avec Salter, et je préssentais tout cela, ah oui moi les riches qui s’ennuient et qui sont mal mariés, ça ne m’intéresse pas beaucoup, ni dans la vie, ni en littérature. Tout le monde encense ce type, mais je vais plutôt me fier à ton avis.

  9. J’ai lu plusieurs romans de l’écrivain, les critiques que vous formulez ne sont pas fausses mais il faut lui reconnaître un style, une écriture. Je vous conseille « Et rien d’autre », celui que j’ai préféré.

    http://lebouquineur.hautetfort.com/archive/2014/10/26/james-salter-et-rien-d-autre-5476403.html

  10. Geneviève Compère permalink

    J’ai rapidement refermé « Un bonheur parfait » mais j’ai beaucoup aimé « L’homme des hautes solitudes ».
    Néanmoins, je ne lis plus cet auteur même s’il est prolifique malgré son grand âge.

  11. Oups ton avis et le thème sont rédhibitoires…

  12. J’ai voulu le lire aussi, et j’ai abandonné. L’excellence de sa plume se révèle peut-être davantage dans les nouvelles…

  13. Et je plussoie sur le commentaire du Bouquineur : Et rien d’autre m’a beaucoup plu aussi!

  14. C’est le genre de roman qui se savoure. Ce n’est absolument pas un page-turner. Je l’ai trouvé très profond car il décortique très bien les relations d’un couple. Pour moi, c’est équivalent à de la grande littérature, comme du Proust.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :