Skip to content

O6 H 41 de Jean-Philippe Blondel

14 mars 2015

06h41Titre : 06 H 41

Auteur : Jean-Philippe Blondel

Éditeur : Buchet-Chastel

Date de parution : 2013

232 pages

 

Je crois que je ne lirai plus de romans pour adultes de Jean-Philippe Blondel. Ce n’est vraiment pas ma tasse de thé ! J’avais essayé déjà avec Et rester vivant, j’ai voulu tenter celui-ci parce que j’avais lu beaucoup de bonnes critiques et puis je me suis ennuyée.

Qu’est-ce que je n’aime pas chez cet auteur ? Son style, et j’ai même envie de dire son absence de style. C’est plat. Ses phrases ne suscitent aucune émotion chez moi, voire très peu d’images… je les lis les unes à la suite des autres sans prendre aucun plaisir et même avec le sentiment désagréable de perdre mon temps. D’autant plus que l’histoire est loin d’être originale.

 

Exemple :

 

« J’ai rencontré sa mère, juste après le divorce. Elle faisait ses courses à l’hypermarché. Elle voulait racheter une télévision. Elle venait de perdre son mari – je n’en avais rien su. Nous avons parlé longtemps. Elle m’a invité à venir le dimanche suivant – celui où je n’avais pas les enfants. Elle me ferait un gâteau. »

 

Captivant, non ?

Sujet, verbe, complément. C’est brut, c’est basique, c’est ennuyeux. Bien sûr, tout le roman n’est pas de cet acabit, mais… presque… Je n’ai vu aucun intérêt à entrer dans les souvenirs de l’un puis de l’autre et je n’ai même pas eu envie de connaître la fin, j’ai stoppé ma lecture à la moitié (page 120), exaspérée et avide de lire autre chose. Tant de livres m’attendent et me tendent les bras sur mon étagère…

 

Voilà, ce fut un second rendez-vous raté avec Jean-Philippe Blondel.

 

 

Publicités
15 commentaires
  1. Centrino permalink

    Tout comme moi… Vide, creux… – bon week-end Carole : )

  2. luocine permalink

    j’avais bien aimé un de ses livres pour ado, après ton commentaire je vais m’arrêter là !. Remarque : quand on commence à parler du style, c’est qu’on est mal dans le livre. Sujet verbe complément cela peut donner du Annie Ernaux :  » Il n’avait pas eu le temps d’apprendre à lire et à écrire.Compter, il savait » , deux phrases à jamais graver dans ma mémoire pour définir des êtres d’une autre génération. Style plus simple ce n’est guère possible et pourtant « la place » est à mon avis un chef d’oeuvre.

    • Mais ce que tu as cité d’Annie Ernaux, que je n’ai d’ailleurs jamais lue, a du sens, c’est même très fort car cette inversion est très parlante. Chez Blondel, nulle chose de ce genre.

  3. Je le connais que comme auteur jeunesse et j’aime beaucoup ce qu’il fait. Je ne sais pas ce que j’en penserais en « adultes ».

    • Je n’ai lu qu’un roman jeunesse que j’avais apprécié mais je suis bien moins attentive au style et bien moins exigeante en littérature jeunesse…

  4. j’ai aimé « Un hiver à Paris » son dernier. le sujet me plaisait beaucoup.
    du coup j’ai acheté 06h 41 mais j’avoue que ta critique ne me donne plus envie de le lire.
    le côté phrases courtes, sujet verbe complément, j’avais noté en effet. et il m’a donné l’impression alors que je pouvais me lancer aussi dans l’écriture !!!! en toute modestie…

  5. J’ai lu deux romans de cet auteur, dont ce 06H41, sans être vraiment convaincue de devoir le relire…

  6. sous les galets permalink

    Oh zut, moi j’avais bien aimé…oui le style paraît plat, mais en fait c’est parce qu’il parle des gens de l’ombre, des quidams…je trouve qu’il a de belles formules à certains moments. Et même si 6h41 n’est pas entièrement abouti, j’ai quand même aimé cette rencontre avec celui ou celle qui appartient à une autre époque ou nous étions différents. Même si le personnage de Cécile m’a un peu agacée, il y a une ambiance qui m’a touchée.
    Bon, normal qu’on ait pas tous les mêmes gouts non plus hein.
    Bonne journée Krol

    • Bah oui, on ne peut pas tous aimer les mêmes livres et heureusement pour certains auteurs !!! qui ne seraient jamais lus sinon… Je sais bien que je fais partie de la minorité qui n’a pas adhéré…

  7. C’est marrant j’avais ressenti la même chose en lisant « Le baby sitter ». Comme beaucoup aime cet auteur, je me questionne, je suis peut-être passée à côté.

  8. Je n’vais pas accroché à Rester vivant.. mais celui m’a plu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :