Skip to content

Le pays tranquille de Christine Cerrada

12 janvier 2015

pays silencieuxTitre : Le Pays silencieux

Auteur : Christine Cerrada

Éditeur : Michalon

Date de parution : 28 août 2014

300 pages

 

 

C’est l’histoire d’une femme de 48 ans, atteinte d’un cancer qui décide de mettre par écrit (ou plutôt par oral, à l’aide d’un dictaphone) les dernières étapes du chemin qui la mène vers le Pays silencieux. Pas gai, n’est-ce pas ? Et pourtant, on sourit pendant ce voyage.

 

J’ai eu peur !

Après une quarantaine de pages, je commençais à m’ennuyer. Je trouvais ça redondant, j’avais l’impression que ça tournait un peu en rond et je me disais que je ne tiendrais pas très longtemps à ce rythme-là. Impossible de me mettre vraiment dedans, je restais à distance, en observatrice lointaine et sans grande compassion. Pas glorieux !

Et puis, il y a eu l’arrivée de Paul, l’ami d’enfance amnésique qui aura besoin d’elle comme elle aura besoin de lui. Mais le vrai départ du roman, c’est le voyage dans le sud-ouest, cette équipée incroyable avec son fils, son mari, son ami d’enfance et Blanche, un personnage haut en couleurs, dont ils feront la connaissance dans la maison qu’ils louent.

A partir de ce moment, je me suis sentie concernée, j’ai aimé le ton du livre, un ton très juste, pas forcé, pas larmoyant, juste ce qu’il faut d’émotion pour que le lecteur comprenne le cheminement intérieur de cette femme.

Il y a quelques situations cocasses comme le voyage improvisé à Lourdes (dernier événement du roman). Les personnages qui entourent Laure sont aussi attachants qu’elle, et drôles parfois. Ils ont du corps et ils donnent au roman le piquant nécessaire.

C’est un roman intime, touchant, avec une pointe de légèreté pas désagréable.

 

« J’avais dit cela, assez bravache, au docteur. Celui qui me suit. J’aime bien cette expression. Il me suit mais se gardera bien d’aller où je vais ! »

Merci à Keisha pour la découverte de ce livre voyageur.

Publicités
15 commentaires
  1. comme toi j’ai peur de ce genre de sujet, mais je te fais confiance , je note ce livre.

  2. C’est vrai qu’au départ on a peur que ça tourne un peu en rond, mais non, après on en lâche pas.
    Je suis contente de ton avis, ce livre continue sont p’tit voyage…

  3. Sûr qu’à lire ton résumé, ça ne sonne pas gai du tout ! Et malgré ton enthousiasme, je ne sais pas si j’oserai franchir le pas.

  4. Je trouve intéressant ce sujet, parce qu’il peut nous concerner tous ce voyage, à un moment ou à un autre.

  5. sous les galets permalink

    ouh la, vu l’ambiance actuelle et mon état d’esprit, pour l’instant, je vais passer mon tour je crois. Mais je salue un très beau titre 😉

  6. Le roman est bon, il est bon parce qu’il sonne toujours juste et c’est ce qui m’a le plus impressionné. Que ce soit l’expression des sentiments ou bien les petits détails a priori anodins mais qui vous campent un décor, une situation, Christine Cerrada sait capter l’intérêt du lecteur. Un bouquin qui aura sa place dans votre bibliothèque, au côté – d’une certaine manière – de celui de Christine Orban Le Pays de l’absence, dont il se rapproche par la gravité sans pleurnicheries, la délicatesse mêlées et une fausse homonymie.

  7. Trop de personnes dans mon entourage proche atteintes de cette maladie , je ne peux pas en ce moment…

Trackbacks & Pingbacks

  1. Le Pays silencieux |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :