Skip to content

Mommy de Xavier Dolan

27 octobre 2014

Mommy-de-Xavier-Dolan-afficheTitre : Mommy

Réalisateur : Xavier Dolan

Canada

Date de sortie : 8 octobre 2014

Synopsis (source : Allôciné) : Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au cœur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

 

 

 

 

 

« C’est pas parce qu’on aime quelqu’un qu’on peut le sauver. »

« Les sceptiques seront confondus. »

 

Ai-je aimé ce film ?

Il m’a dérangée, bousculée, donné envie de pleurer toutes les larmes de mon corps dès les lumières revenues dans la salle, mais l’ai-je aimé ?

Il m’a dérangée : par la manière de filmer, les gros plans à outrance, on est au milieu des personnages, dans les personnages, dans leurs moindres pores, on est au milieu des scènes de violence, on a peur de se prendre un coup. J’avais parfois envie d’un plan large, j’étouffais.

Il m’a bousculée : la vulgarité excessive de la mère, ses réactions extrêmes, trop spontanées, je me demandais constamment : « mais comment peut-on grandir de façon équilibrée dans une telle atmosphère ? », le jeune a-t-il engendré ce comportement chez la mère ou est-ce l’inverse ? Et par moments, j’avais envie de hurler : STOP !

Il m’a donné envie de pleurer : parce que j’y ai retrouvé des jeunes avec lesquels je travaille, parce qu’il n’y a pas d’espoir contrairement à ce que dit le synopsis, ou je ne l’ai pas vu.

Et puis j’ai admiré le jeu des acteurs, les trois acteurs principaux sont exceptionnels, ils ne jouent pas, ils incarnent leur malaise, leur mal-être et nous le transmettent.

Ai-je aimé ce film ?

Oui. Malgré tout. Parce que j’admire les gens qui me bousculent.

Publicités

From → Cinéma

16 commentaires
  1. J’ai beaucoup aimé aussi. J’y ai trouvé une note d’espoir dans la relation qui se tisse entre les trois personnages. La fin est violente par contre.
    D’accord avec toi sur les plans serrés un peu étouffants 🙂
    Ce qui m’a impressionnée est que Dolan arrive à ouvrir le format durant le film, sans que personnellement je m’en sois aperçue tant j’étais absorbée dans le film. Des amies qui m’accompagnaient ont noté deux fois où il repasse en format rectangle, ça m’avait complètement échappé.

  2. Intéressant ce que tu me dis là sur le format et tu as raison, je m’en suis rendue compte à un moment… La note d’espoir oui, mais la fin l’annule, je trouve…

  3. Pour moi, la fin est restée ouverte. En fait, on peut aussi imaginer qu’il est arrêté dans sa course. Le talent de ce très jeune réalisateur m’a laissée sans voix. Oui c’est un film dur. Assister à ce combat quasi perpétuel est violent. Mais c’est un parcours humain et l’humanité qui se dégage de ce film est extraordinaire.

    • C’est un combat quotidien, violent et qu’a-t-elle pu faire pour s’en sortir si ce n’est l’enfermer à nouveau… 😦

  4. C’est un film qu’il faut absolument que j’aille voir !

  5. A propos du format, j’ai aimé beaucoup le carré, qui donnait de la force à l’image… et je ne me suis rendu compte du changement de format qu’après coup aussi. A un moment, Steve, sur son skate, se dirige vers la caméra en mimant un rectangle avec ses doigts, et il ouvre l’écran sur un grand format. Je l’avais vu sans réaliser !

  6. Un jour, j’aurai la volonté de me mettre aux films de Xavier Dolan. Ils ne m’attirent pas vraiment (sans que je sache pourquoi), quoiqu’un peu plus après ta critique 😉

    • Peut-être parce que les critiques en font trop ?

      • Oui ça joue ! Dès que j’entends qu’il « faut » voir ses films tellement ils sont géniaux, c’est un réflexe, j’ai envie de faire l’inverse^^

  7. J’ai très envie de voir ce film, même si je crains d’être heurtée.

  8. « C’est pas parce qu’on aime quelqu’un qu’on peut le sauver. »
    Quel bel extrait!
    J’adore Dolan, c’est mon chouchou…
    J’ai aussi adoré ce Mommy, troublant, dérangeant, profondément humain.

  9. « les sceptiques seront défaits  » la première réplique de la mère, avec accent canadien et chewing gum et/ou cigarette, je ne suis pas prêt de l’oublier …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :