Skip to content

Un autre amour de Kate O’Riordan

13 avril 2014

un autre amourTitre : Un autre amour
Auteur : Kate O’Riordan
Traduit de l’anglais (Irlande) par Florence Lévy-Paoloni
Éditeur : Gallimard
Date de parution en poche : mars 2012
Paru en août 2010 chez Joëlle Losfeld

 

 

 

 

Non, ce n’est pas une banale histoire de rupture de couple.

C’est plutôt une analyse subtile de l’ambiguïté des sentiments. L’auteur nous dévoile la fragilité des relations avec une maîtrise incroyable. Il y a une véritable tension dans ce roman, qui augmente au fur et à mesure que l’on tourne les pages.

J’ai eu peur que tout retombe au moment où Matt (le mari) revient chez lui… Heureusement, j’ai vite été rassurée (étrange de se réjouir du malheur des autres…) et la fin étant celle que j’espérais, j’ai fini le roman, comblée ! (en lançant dans les 20 dernières pages : il ne va quand même pas… ou, elle ne va pas accepter que… il faut qu’il… ah, non… oui, c’est ça…) L’auteur décortique avec justesse tout ce qui se passe à l’intérieur d’un cerveau bouillonnant, les allers et retours incessants entre les lois de la raison et celles du cœur, entre ce qui remonte des tripes et ce qui émane de la sagesse, et ainsi, elle malmène le lecteur d’une façon telle qu’on se sent impliquée dans les événements.

Ce roman n’évoque pas seulement le couple, c’est aussi des personnages diablement attachants comme Mary, la meilleure amie du couple, celle qui fait partie de leur vie… Quel portrait ! Et les enfants, surtout Benny, enfant aux traits autistiques qui m’a tant émue…

Si je devais émettre un bémol, ce serait sur le recours à certaines images… qui m’ont laissée perplexe. Dès la première page : « L’air semblait épais et poudreux comme une soupe aux champignons en sachet. » Là, je me suis dit : oh la la, j’espère que tout le livre n’est pas de cet acabit !!! Heureusement, il n’en est rien, j’ai sursauté à la lecture d’autres passages mais pas tant que ça.

Découverte de l’univers de Kate O’Riordan, et, c’est sûr, je ne m’arrêterai pas là. Et si vous avez envie de me conseiller d’autres titres qui vous ont marqués, n’hésitez pas !

« On ne pouvait tout simplement pas décider de cesser d’aimer quelqu’un d’un claquement de doigts, pas plus qu’on ne pouvait l’empêcher d’aimer quelqu’un d’autre. »

 

 

Publicités
17 commentaires
  1. je l’avais dévoré !

  2. Ha, ha ! Je l’ai lu (et aimé) mais j’avais oublié les métaphores comme la soupe aux champignons en sachet… J’imagine la perplexité du traducteur !

  3. Moi aussi j’ai beaucup aimé ce roman ! Découverte à poursuivre aussi pour moi.

  4. Je note , je note .aurais je assez d une vie pour tout lire

  5. keisha41 permalink

    Pas lu, mais le poche pourrait y remédier!

  6. je note, car la critique me plaît bien de même que l’allusion à la soupe aux champignons en sachet !!! quand je vois l’enthousiasme général je l’ajoute à ma PAL qui comme celle de Luocine déborde!!!!

  7. moi aussi j’ai adoré ce livre et j’adore d’ailleurs tout de cet auteur que j’ai eu l’immense chance d’aller interroger l’an dernier lors d’un jury littéraire à Lyon..elle est pas forcément très loquace mais restait passionnante à suivre…et personnellement les images dont tu parles ne m’ont pas géné le moins du monde!!

  8. une écrivain inconnue pour moi, c’est noté ! merci !

  9. Très tentant !! Et tu en parles très bien… ça donne envie !

  10. Tu donnes envies de partir à la découverte de ce roman, c’est clair !

  11. La soupe au champignon en scahet, c’est surprenant ! Je l’avais déjà noté puis un peu oublié, je renote donc 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :