Skip to content

Instinct primaire de Pia Peterson

5 avril 2014

instinct primaireTitre : Instinct primaire
Auteur : Pia Petersen
Éditeur: NiL
Date de parution : 5 octobre 2013

 

 

 

 

Lettre fictive écrite à son ex-futur mari (qu’elle aime toujours), ce texte apparaît à la fois comme un texte personnel mais aussi (et je dirais surtout) comme un essai sur le rôle et la place de la femme dans la société.

Ai-je aimé ? Je ne peux répondre catégoriquement. (bah oui, vous avez toujours des avis tranchés, vous ?)
Je me suis trouvée en adéquation complète dès les premières lignes du texte (me disant que je pourrais écrire la même chose) mais je n’ai pas adhéré à tout ce qu’elle disait. Quand elle fait l’apologie de l’adultère… bah, bof ! (c’est mon côté réactionnaire !… même si…) En revanche, quand elle défend la position de la femme qui ne désire pas avoir d’enfants, je comprenais très bien ce qu’elle voulait dire (même si j’ai désiré en avoir). La liberté d’être la femme qu’on souhaite (sans avoir à subir les réflexions plus ou moins désagréables des autres femmes et surtout sans avoir besoin de s’expliquer toujours sur ses choix de vie) !
Je recopie ici deux passages intéressants (de mon point de vue) :

Tous ces hommes ont eu des mères. La réponse est donc la femme. Elle éduque les enfants mâles en hommes qui mettent les pieds sous la table. Peut-être que la femme a l’homme qu’elle mérite ? Malgré tout, c’est elle qui lui inculque les premières bases de son existence. […] Les mères mettent en place le modèle social dès les couches. La preuve, c’est qu’elle donne des poupées aux petites filles afin de les préparer à leur rôle à venir. Alors, à qui la faute ? Moi, je dis qu’il faut retirer les poupées aux petites filles.

Le mariage c’est signer un contrat dans lequel il est stipulé qu’il ne faut plus jamais tomber amoureux de quelqu’un d’autre. Est-ce que l’on a si peur de perdre l’autre que l’on soit obligé de lui mettre un contrat autour du cou ? Jamais je ne me suis imaginée t’enchaîner à moi par peur de te perdre. Pourquoi te contraindrais-je à rester avec moi si tu ne le veux pas ? Je ne veux pas d’un homme qui resterait par devoir.

C’était une chronique (à parenthèses) écrite dans le cadre du challenge rentrée littéraire 2013. challenge 1%

 

Publicités
19 commentaires
  1. sous les galets permalink

    Pour être absolument honnête, je n’avais pas beaucoup aimé l’écriture de Petersen dans « un écrivain, un vrai » avec de phrases longues parsemées d’une multitude de « et ». Celui là me tente bien sûr, j’ai bien envie de le découvrir, surtout pour le propos…mais pas maintenant.

  2. j’avoue que je suis mitigée. je ne sais pas trop si ça me donne envie de le lire ou pas. la 1e citation interroge: est-ce une adepte forcenée de la loi du genre? on verra…

  3. luocine permalink

    je ne lirai sans doute pas ce livre, mais je te comprends très bien, il m’arrive parfois de ne trop savoir ce que je pense d’un livre , souvent quand j’y trouve des idées qui me plaisent mais qui ne m’embarquent pas dans le plaisir de lire
    Luocine

  4. argali2 permalink

    Ton avis a titillé ma curiosité mais les extraits me refroidissent. Je ne partage déjà pas son avis sur ces deux sujets, alors je ne pense pas m’infliger tout le livre.
    Comme toi, je n’ai pas d’avis tranché sur tout et je me méfie de ceux qui sont bourrés de certitudes.

  5. keisha41 permalink

    L’écriture de Un écrivain, un vrai, m’a lassée, donc abandon. Pour Instinct primaire et les autres, moyennement envie;
    Et figure toi que j’ai rencontré l’auteur hier à un salon, mais évidemment je n’ai rien dit!Puisque je n’ai pas lu ses livres.Juste posé une question, puis ça a bifurqué sur Percival Everett…

  6. C’est un texte tellement féminin que je ne suis pas certain d’adhérer. J’ai peu peur de rester très extérieur au propos à vrai dire.

  7. J’avais beaucoup aimé, sans adhérer à tout ce qu’elle disait. Un texte nécessaire et intelligent !

  8. Le thème et les réflexions abordées m’interessent même si je ne suis pas non plus dans l’apologie de l’adultère. Je suis assez traditionnelle dans ma façon de concevoir mon couple 😉 J’aime bien en général les témoignages sur la condition des femmes et ce qu’on leur impose encore insidieusement.

  9. Je suis déçue de cette lecture; je pensais, au vu de plusieurs avis, que c’était LE livre indispensable et ce n’est pas du tout le cas. Quelques réflexions intéressantes mais dans l’ensemble ce livre ne m’apporte rien de nouveau et je trouve l’écriture très moyenne.

  10. J’ai aimé ce petit livre pour son intimité assumée (elle a du courage), et pour son discours sur les childfree. C’est dur de ne pas vouloir d’enfants, tout le monde veut te convaincre du contraire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :