Skip to content

Une part de ciel de Claudie Gallay

3 novembre 2013

part de cielTitre : Une part de ciel

Auteur : Claudie Gallay

Éditeur : Actes Sud, 2013

446 pages

 

 

 

 

 

Un seul mot : bravo !

450 pages durant lesquelles il ne se passe quasiment rien et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Bravo !

J’ai pourtant essayé. Si, si ! J’ai parfois repris le livre avec un petit air critique au coin des lèvres, du style « bon, d’accord, elle fait ça, puis ça, et alors, qu’en a-t-on à faire ? » Et bien, vous me croirez ou pas, mais très vite l’atmosphère m’a envahie à nouveau et j’ai pris plaisir à suivre la vie quotidienne de ce village, sans avoir un seul instant envie de refermer le livre. J’avais l’impression d’être chez moi.

Et pourtant, tout est répétitif, Carole (bah oui, la narratrice s’appelle Carole…) fait les mêmes gestes tous les jours qui passent, jusqu’à prendre la même photo à la même heure, mais Claudie Gallay a un réel talent pour faire du quotidien une succession de petits événements et surtout pour peindre de la pointe d’un pinceau délicat (fait de poils d’écureuil…) les relations pleines de non-dits, d’incompréhension et de souffrance intérieure. Ce roman, c’est une leçon de vie.

Tous les personnages ont leur intérêt, leur caractère, leur profondeur. De Sam qui tient une petite boutique pleine d’objets de toute sorte, à la Baronne propriétaire d’un chenil, du bar à Francky (oui, oui, je sais, la préposition peut heurter, et elle m’a gênée pendant quelques lignes, puis plus du tout…) aux bûcherons qui y traînent… Tous ces personnages qui font la vie du village et qui sont si attachants, contribuent à créer cette ambiance particulière et tellement obsédante que j’ai eu bien souvent de la peine à fermer le livre pour vaquer à mes propres occupations quotidiennes.

Et puis, le frère et les deux soeurs : Gaby, Philippe et Carole, qui s’aiment et n’arrivent pas à se le dire, qui sont maladroits, qui sont humains, tout simplement. Ils sont dans l’attente de leur père, celui qui les a réuni là, peut-être pour qu’ils apprennent à se connaître, pour qu’ils se comprennent, pour qu’ils s’acceptent, pour qu’ils se parlent…

Et puis encore, la neige, le froid, le soleil glacé, la brume hivernale, ce temps qui révèle la misère, mais aussi la part de ciel qui réside en chacun d’eux, en chacun de nous.

« – Tu vas refaire ta vie ?

Je me suis marrée. La vie, on ne la refait pas. On fait des choix et on laisse des choses. »

« – La douleur, c’est la seule justice, elle a soufflé. »

C’est un livre reçu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten (merci à eux et à Actes Sud) et qui s’inscrit aussi dans le challenge 2 % de la rentrée littéraire.

challenge 1%     479x324_logo2_rentree-literaire2013

Publicités
34 commentaires
  1. Centrino permalink

    Quand tu disais la semaine passée (à propos d’Ogawa) que nous partagions la même sensibilité, tu ne pensais pas si bien dire… 😉

    J’ai aussi pioché ce livre chez PriceMinister; je me réjouis déjà de sa lecture, vu tes commentaires élogieux…

    Bon dimanche aux deux Carole ^^

    • J’espère que tu vas l’apprécier ! On verra si nos sensibilités se rencontrent autour de la lecture de ce roman… A bientôt, avant le 1er décembre donc ! Bon dimanche à toi aussi !

  2. voici donc le billet que j’attendais (suite à ton passage sur mon blog où j’expliquais ne pas avoir du tout aimé)
    j ai eu du mal à me plonger dans cette vie quotidienne où il ne se passe rien mais à te lire je me dis que mon soucis est venu du fait que justement j attendais qu’il se passe quelque chose (je pense en fait que j attendais l arrivée de curtil pour y aller dans les non dits familiaux ? ).
    mais bon comme je le disais sur mon billet c est peut etre moi qui n ai pas saisi quelque chose au vu de nombreuses critiques lues 🙂

    • Parfois il ne faut rien attendre et juste profiter de l’instant présent ! 😉

    • Centrino permalink

      Peut-être l’as-tu lu à un moment où le roman n’a pas éveillé de résonance en toi… Peut-être un jour le reliras-tu dans un autre état d’esprit, et la magie opérera… C’est tout le bien que je te souhaite…

  3. J’ai adoré les déferlantes mais j’ai moins aimé ce que j’ai lu après. Dire tout de même que Claudie Gallay est une ancienne institutrice. Ce métier mène à tout…

    • Moi aussi j’ai adoré Les déferlantes mais moins les deux livres que j’ai lu ensuite (dont Seule Venise que beaucoup ont aimé !)…Institutrice ? Ca laisse du temps pour lire et pour écrire…

  4. Centrino permalink

    ‘Seule Venise’ est aussi un livre où il ne semble rien se passer (extérieurement du moins…)

  5. j’avais bien aimé son premier roman, je lirai certainement celui-là!
    merci
    Luocine

  6. Les déferlantes, eh bien j’avais eu du mal avec l’écriture. Alors pas sûr que ça passe mieux cette fois. Même si ça ne me gêne pas qu’il se passe peu de choses.

  7. jackycaudron permalink

    On a lu le même livre…on a ressenti le même plaisir à sa lecture…et tu en parles joliment bien…bon dimanche…Jack

  8. J’aime tellement cet auteur que j’ai tout lu d’elle. 😉 Et ce livre n’a pas fait exception.

    • Je viens de relire ton article que j’avais parcouru rapidement parce que je n’avais pas encore lu le livre… et délicieuse cette comparaison entre le gâteau et le roman, elle est très juste !

  9. Ton billet donne sacrément envie de découvrir ce roman. J’ai Les déferlantes dans ma PAL qui a l’air très bien aussi.
    Bonne après-midi.

  10. Ce n’est pas celui que j’ai choisi pour les Matches de la REntrée, mais j’ai envie de le lire aussi !

    • Lequel as-tu choisi ?

      • Lady Hunt, d’Hélène Frappat, et comme je marraine quelqu’un j’aussi choisi La garçonnière, d’Hélène Grémillon (tiens, deux Hélène, je m’en rends compte maintenant !)

  11. J’aime bcp cette auteure (Les déferlantes, Seule Venise, L’amour est une île), j’ai hâte de lire celui-là (pas encore arrivé dans ma bibliothèque…!)

  12. J’avais aimé Les déferlantes. Pour celui-ci, je n’étais pas en phase. Question d’humeur du moment? Ou un univers qui ne me convient plus?
    J’avais tout de même apprécié quelques personnages secondaires mais Carole m’a lassée.

  13. je l’avais commencé durant nos vacances fin août mais ce n’était pas le bon moment..

  14. C’est vrai que cette auteur sait décrire les ambiances et la vie quotidienne ! Je vais essayer de dénicher ce titre en bibli 😉

  15. centrino permalink

    Oserais-je avouer que je viens de jeter l’éponge à la page 176 sur 444… ? 😉

  16. Je suis en plein dedans, je n’ai pas résisté à jeter un coup d’oeil à ton avis !
    Oui, il ne se passe rien, et on ne s’ennuie jamais ! Il me reste 80 pages.

    • Oh ! je suis bien contente qu’il te plaise… parce que j’ai lu pas mal de critiques négatives ces derniers temps !

  17. J’ai aussi beaucoup aimé ce roman (et d’ailleurs j’AIME Claudie Gallay!) et j’ai aimé comme toi l’atmosphère et les relations humaines. C’est un beau roman!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :