Skip to content

Le jardin de l’aveugle de Nadeem Aslam

9 octobre 2013

jardin aveugleTitre : Le jardin de l’aveugle

Auteur : Nadeem Aslam

Traducteurs : Claude et Jean Demanuelli

Éditions du Seuil, 2013

409 pages

 

 

 

 

Nous sommes au lendemain des attentats du 11 septembre, au Pakistan (pays d’origine de l’auteur). Deux frères adoptifs décident de partir en Afghanistan pour aider leurs frères musulmans, agressés par les américains… Nous allons suivre la famille de ces personnages tout au long du livre.

Ce roman m’a passionnée presque jusqu’au bout. Cinquante pages avant la fin, j’avoue que j’ai commencé à perdre pied. Je ne comprenais plus pourquoi le personnage Mikal faisait ces choix, pourquoi il ne revenait pas tout simplement auprès de Naheed… Mais ce n’est pas très important.

On comprend (ou tout au moins on entend !!!) les points de vue de chacun, on est immergé dans les conflits de religion et on s’insurge contre l’obscurantisme de certains tout en restant curieux des us et coutumes des habitants de cette région. Pas facile de mettre de côté notre esprit d’occidental et pourtant, grâce à l’écriture de Nadeem Aslam, on n’y parvient pas trop mal… Je dis « on », je devrais dire « je »… Et puis le « pas trop mal »… dépend des passages… En effet, j’ai été troublée par certaines réactions de l’aveugle Rohan… et ceci d’autant plus qu’il n’est pas un extrémiste, juste un musulman pratiquant.

Une histoire d’amour éclaircit un peu ce roman sombre, mais un peu… si peu… L’amour n’est pas non plus vécu comme chez nous. Il est tout en retenue.

J’aime être plongée dans un univers très éloigné du mien, toujours avide de connaître des personnes et des coutumes différentes. Ne pas chercher à condamner du premier abord, sans essayer de comprendre. J’aime être bousculée dans mes certitudes. Ce genre de roman me fait du bien finalement. Les informations des journalistes ne nous délivrent, bien souvent, qu’une version superficielle des faits, les romanciers nous invitent à entrer plus en profondeur dans l’intimité des gens.

C’est un roman intéressant, qui ne m’a pas captivée comme La vaine attente, mais qui mérite qu’on s’y attarde.

« – Tes doigts amputés te font mal ? demande l’homme dans l’obscurité.

– Parfois.

– Alors, c’est signe qu’il y a une vie après la mort. »

Le très beau billet de Luocine ici !

Ce roman entre dans le cadre du challenge 1% de la rentrée littéraire 2013

challenge 1%

Publicités
6 commentaires
  1. Merci pour le lien, je vais renvoyer à ton article moi aussi.
    Je suis totalement d’accord avec toi, lorsque tu parles de la différence entre ce que nous apprend le journalisme et ce que nous fait vivre un romancier.
    un livre à lire , mais attention aux âmes sensibles!
    Luocine

  2. C’est le genre de bouquin qui me tente, et tu en parles très bien et donne envie…

  3. Oui, c’est bien d’essayer de comprendre. Cela demande parfois de prodigieux efforts. Et puis parfois on s’arrête à un seuil au-delà duquel on ne peut plus comprendre. Cela arrive aussi.
    Mais j’avoue que ce roman ne m’attire pas pour l’instant.

    • C’est surtout très intéressant de voir vivre les personnages, avec leurs habitudes, leurs coutumes, qui sont, certes, loin de nos préoccupations d’occidentaux. Quant à la violence, l’occident est aussi fort dans ce domaine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :