Skip to content

L’hypothèse des saisons de Nathalie Nohant

15 juin 2013

Titre : L’hypothèse des saisons

Auteur : Nathalie Nohant

Éditeur : Le Passage

Date de parution : 2013

 

Trois personnes, une femme et deux hommes se retrouvent tous les jours dans un café en bord de Marne. Elle vient de vivre une rupture amoureuse, un des hommes aussi.

L’auteure décortique, dans ce premier roman, les sentiments amoureux, elle les tourne et les retourne. C’est presqu’une observation clinique.

J’ai tout de suite apprécié le style, la façon qu’elle avait de nous emmener dans son univers. Les premières phrases m’ont frappée par leur justesse et par les images qu’elles provoquaient en moi, comme des plans cinématographiques. D’ailleurs, l’auteure fait un large clin d’oeil au film Jules et Jim… (euh… plus qu’un clin d’oeil, une allusion ouverte et assumée !)

Mais malheureusement, je me suis vite essoufflée. Elle m’a laissée à distance, à cause de cette manière de parler d’eux comme à travers une caméra qui les filmerait de loin, puis en plans rapprochés mais sans jamais susciter d’émotion. Certaines phrases m’ont pourtant séduite, mais globalement, je me suis ennuyée, j’ai regardé les personnages sans plaisir, sans éprouver la moindre empathie pour leurs sentiments.

Je suis restée sur le trottoir, en face de ce café sans y pénétrer, sans boire un café avec eux, parfois même indifférente…

Dommage.

 

J’ai cependant noté certains passages :

 

« Le temps est continûment un problème. Celui qui enflamme comme celui qui résorbe. L’un fait en quelques instants parfois ce que l’autre aura à charge de défaire durant des années. »

 

« J’ai mis du temps à découvrir que nous ne sommes le centre de rien ni de personne. C’est une illusion que nous entretenons plus ou moins longtemps, un avantage qui nous garde de la peur de mourir et que l’amour encourage dans sa forme la plus aiguë. »

 

« C’est drôle comme le sexe n’est pas l’intimité finalement… »

 

Livre lu dans le cadre de Masse critique de Babelio. Merci aux éditions LePassage pour cet envoi.

 

 

Publicités
12 commentaires
  1. je comprends très bien ce que tu décris, le nombre de livres qui me font cet effet….. de bonnes idées mais un effort d ‘écriture pas complètement terminé
    Luocine

    • ici ce n’est pas tout à fait ça, parce que c’est plutôt très bien écrit… mais il y a une distance… qui m’a gênée.

  2. centrino permalink

    jolies citations en effet; j´ai aussi parfois un peu de mal avec le style ´clinique´.

    Bon week end Krole 🙂

    • Tiens des nouvelles de Centrino ! Ca fait plaisir ! Bon week-end à toi aussi !

      • Centrino permalink

        Je ne suis jamais très loin tu sais; et si tu veux m’écrire, je te répondrai avec plaisir 😉

  3. Tix permalink

    Oh, c’est dommage ! Un roman qui vaut plus pour son écriture et ses petites trouvailles que pour l’émotion procurée alors ?
    Bein, je le garde quand même dans un coin de la tête au cas où !

  4. C’est dommage de rester froid comme cela; la rencontre ne se fait pas.

    • centrino permalink

      Dommage non, c’est la vie; lire un livre c’est un peu comme se rendre à un rendez-vous : parfois le courant passe, et parfois pas…

  5. Ah mince… Je viens de l’acheter. Je verrai quand je le lirai 😉
    bonne soirée 🙂

  6. même sentiment…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :