Skip to content

Le petit joueur d’échecs de Yôko Ogawa

9 mai 2013

Auteur : Yoko Ogawa
Titre : Le petit joueur d’échecs
Traducteur : Martin Vergne
Éditeur : Actes Sud
Date de parution : mars 2013

 

« Plus l’autre est fort, plus s’accroît la possibilité de trouver un magnifique poème jusqu’alors inédit. »

Comme il est doux de lire un roman de Yôko Ogawa ! Je ne regrette qu’une seule chose : l’avoir terminé.

Chaque roman nous emmène dans un univers particulier et, souvent, tellement serein qu’on ralentit la lecture dans les dernières pages pour profiter encore un peu de cette atmosphère si singulière.

Ici, nous évoluons dans le monde des joueurs d’échecs. Un petit garçon né avec les lèvres scellées ne peut jouer que caché sous l’échiquier… On rencontre une éléphante en haut d’un grand magasin, un chat nommé Pion, un homme obèse qui vit dans un autobus, une piscine, des personnes âgées…
Dans ce roman, les êtres auxquels s’attache le petit joueur disparaissent sur la pointe des pieds ou dans le fracas de la tôle brisée… l’apprentissage de la vie passe aussi par là… mais toujours avec discrétion et délicatesse.

Je ne joue pas aux échecs, j’en connais à peine les règles mais j’ai été subjuguée par cette magnifique histoire.
En revanche, j’ai été surprise par la médiocre qualité d’écriture de quelques rares passages. Certaines phrases mal construites et quelques répétitions de mots… Heureusement, cela n’a pas gâché ma lecture, je me suis plongée dans le monde étrange et envoûtant de l’auteur avec autant de délectation que d’habitude. Et j’ai pardonné les quelques maladresses de langage que j’ai attribuées au traducteur…

« Grandir est un drame. »

 

Publicités
14 commentaires
  1. tu sais donner envie pourtant j’ai du mal avec cet auteur !

  2. Je viens de l’emprunter à ma médiathèque, j’aime beaucoup cette auteure elle a une imagination qui m’impressionne. Par contre pour les phrases bancales ça vient peut – être de la traduction. Je vois que tu a quitté overblog, je vais devoir faire pareil puisque il parait que c’est un « bordel » pas possible d’accepter la nouvelle version. Je vais moi aussi choisir wordpress puisque il y a une version française avant il me semble qu’il n’y en avait pas. C’est bien en plus de changer, mais pour tout transférer par contre quel boulot…… Je vais essayer de voir avec des copains informaticien pour aspirer mon blog. Moi je ne suis pas très douée pour faire cela.

    • J’ai hâte de savoir ce que tu penses de ce roman ! J’ai lu des critiques mitigées y compris chez des personnes qui apprécient Yôko Ogawa. Changer d’hébergeur n’est pas simple. Je n’ai pas pu importer mon blog sur wordpress. Alors je le fais à la main, mais c’est ultra long !!! Et puis je perds les commentaires (mais ça c’est moins grave)…

  3. Je note ce titre ! C’est amusant, les romans de cet auteur, pourtant souvent très brefs, ont toujours un effet excessif sur moi : soit j’adore, soit j’éprouve un sentiment de rejet complet ! 🙂

  4. J’ai lu plusieurs livres d’Ogawa Yôko (au Japon on place le patronyme en premier et j’ai un peu gardé cet habitude) que j’ai beaucoup appréciés. C’est pour cela que je suis surpris de ton avis sur la qualité de son écriture. Mais peut-être est-ce dû en effet à la traduction… même si par ailleurs les auteurs sont parfois inégaux. En tout cas, j’ai toujours été frappé par son univers très singulier…

    • C’est juste par endroits et je pense sincèrement que cela vient de la traduction parce que ce n’est pas le même traducteur que pour les précédents ! J’adore l’écriture de Yoko Ogawa que je trouve fine et subtile, pleine de poésie. Et j’aime aussi beaucoup son univers très particulier.

  5. ça donne envie, en effet! Il en existe des titres avec « échecs » « joueurs d’échecs », dis donc…

  6. Beau billet qui me donne très envie de découvrir cette auteure.

  7. Tu en parles magnifiquement bien.
    C’est un des derniers qu’il me reste à lire de cet auteur, je le fais passer au dessus
    Biz Kroll

    • C’est très gentil Noann ! Je suis bien contente d’avoir de tes nouvelles. J’espère que ce roman te plaira autant qu’à moi ! bises

Trackbacks & Pingbacks

  1. Tristes revanches de Yoko Ogawa | Le blog de Krol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :