Skip to content

La biographie de Didier Desbrugères

2 mars 2013

CouvComplete_LaBiographie.inddAuteur : Didier Desbrugères

Titre : La biographie

Éditeur : Gaïa

Date de parution : janvier 2013

Mes lectures se suivent et ne se ressemblent pas…

J’ai découvert cet auteur il y a deux ans lorsque j’ai lu son premier roman Le délégué, roman dense, intelligent et qui m’avait laissée pantoise. Comment pouvait-on manier la langue française avec autant de talent ?

Avec ce second roman, l’auteur nous emmène dans un monde où l’existence de chacun est écrite à l’avance par un biographe. Personne ne semble donc maître de son destin. Les choix n’en sont pas puisque dictés par les mots écrits. Voilà un postulat intéressant.

Se pose alors la question de la liberté. Que signifie être libre ? Et surtout comment peut-on s’approprier cette liberté ? Comment remplir les pages blanches (quand parfois, certains biographes laissent la biographie inachevée) ?

« C’était pourquoi, à cet instant, sans que Simon ne le sût, les rapprochait cette vérité que se montrer libre c’était aussi ne rien expliquer, ne rien justifier. »

« Par-dessus tout, Ferdinand ne craignait pas la mort, et c’est pourquoi, en fin de compte, il s’estimait un homme libre. »

Indéniablement, Didier Desbrugères a un style ! On peut ne pas aimer son utilisation d’un vocabulaire inusité, son respect de la concordance des temps (quel plaisir de lire autant d’imparfaits du subjonctif !), sa syntaxe pas toujours aisée… Moi, j’aime parfois lire de tels livres, qui me résistent, pour lesquels je dois passer du temps et qui, de surcroît, me laissent songeuse… N’écrivons-nous pas nos pages blanches sans réfléchir ? Sommes-nous vraiment libres d’agir à notre guise ? Qu’est-ce que le destin ?…

Et puis, cerise sur le gâteau, je me suis fait avoir !!! Oui, oui, je l’avoue, je n’avais pas reconnu un personnage… Juste avant que l’auteur ne me révèle son identité, j’ai claironné dans la maison (heureusement vide) : « mais oui ! bien sûr ! c’est lui !… mais comment cela a-t-il pu m’échapper ?… », stupéfaite de ne pas y avoir pensé plus tôt…

Voilà, ce ne fut pas une lecture facile mais je l’ai appréciée, pour sa profondeur, son étrangeté, son aspect dérangeant aussi… Cependant, je ne ressens pas le même enthousiasme que pour Le délégué, et je n’arrive pas à expliquer pourquoi…

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :